Navigation – Plan du site

Les labels du Patrimoine culturel

Marion Roux-Durand
p. 28-37

Résumé

L’auteur propose ici d’identifier les labels culturels, de comprendre la démarche de labellisation, d’évaluer – à la lueur des enjeux actuels de la sphère patrimoniale les principes de mise en œuvre dans de telles initiatives pour en définitive se demander si le nombre croissant des labels n’entraînera pas à terme une forme de redéfinition des musées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

label, patrimoine culturel
Haut de page

Texte intégral

1Les labels, dans le domaine de la Culture, ne semblent souvent être abordés que par l’omniprésence de l’appellation « Musée de France », accaparant l’attention des spécialistes comme celle des professionnels des musées. Ce vide documentaire a précisément motivé notre réflexion qui a pris place dans le cadre d’un mémoire de recherche en muséologie à l’École du Louvre. Le recensement de ces labels dé­jà complexe ne saurait être ici exhaustif.

Qu’est-ce qu’un label culturel ?

2Question cruciale, s’il en est, à laquelle il semble difficile de répondre, même pour des professionnels di­rectement impliqués. Mieux connus dans les sphères commerciales, les labels ont peu à peu ga­gné de nouveaux champs d’application : celui du tourisme et, plus récemment, celui de la culture. La multiplicité des la­bels issus de la sphère commerciale ou ceux relevant d’autres ministères sont légion, et ne pourraient être tous évoqués, sinon à titre de comparaison. En effet, les points communs pouvant être établis en­tre ces différents domaines révèlent une dé­finition re­lativement vague et, malheureusement, insatisfaisante. Une recherche étymologique permet dans ce cas de révéler toute la polysémie du terme : dès le Moyen-Âge, le terme de « lambel », synonyme de « blason », affirme l’importance des notions de visibilité mais aussi d’identité dans la compréhension du mot. Ré­apparu en France au XVIIe siècle, après avoir été ap­proprié par la langue anglaise, le terme nous revient comme désignant une étiquette, une bande de pa­pier collée sur un produit donnant des indications quant à son appellation, son origine, sa composition et son usage. Une définition qui n’est pas sans rappeler que dans les pays anglo-saxons, «  label  » désigne encore ce que nous appelons désormais le cartel d’une œuvre.

Sur les différents supports de communication employés par les musées, le logotype symbolisant le label « Musée de France » apparaît comme une caution scientifique reconnue du public et des professionnels.

Sur les différents supports de communication employés par les musées, le logotype symbolisant le label « Musée de France » apparaît comme une caution scientifique reconnue du public et des professionnels.

© Ville de Crépy-en-Valois

3L’acception la plus courante demeure toutefois, et sans conteste, porteuse d’un sens mercantile, tendant à assimiler le label à la marque déposée qui garantit la qualité voire la conformité d’un produit avec des normes de fabrication préétablies. Cette con­notation com­­merciale qui, a priori, est en complète opposition avec la déontologie culturelle d’un musée se refusant tout profit, crée un paradoxe d’autant plus instructif que leur monopole est détenu par l’administration du mi­nistère de la Culture et de la Communication.

4« Certificat de conformité », « signe de reconnais­sance  », il y a tout lieu de penser que le label joue le rôle d’iden­tification pour le « produit » qui l’arbore, immédiatement reconnaissable par le logotype qui lui est associé. Littéralement, le label est un symbole, puisque sa possession implique une démarche et un engagement de la part de ceux qui souhaitent s’y rallier : porteur d’une identité, le label définit et reconnaît ainsi les qualités d’une action, d’un produit, les distinguant par là-même d’un ensemble ju­gé commun. Bien souvent, on peut remarquer que la définition de «  la­bel  » se fait en né­gatif, par comparaison avec des notions qui nous sont mieux con­nues : il se distingue ainsi d’une marque dé­posée, d’une appellation, mais aussi d’un prix que l’on reçoit à l’issue d’un concours.

5Cette étude a pu révéler en outre que la signification du mot « label » est parfois fluctuante, apposée sur des démarches variées, au point qu’il semble que chaque initiative livre sa propre compréhension du terme. Nous avons de ce fait choisi de retenir com­me critère de définition que le label est la marque d’une contractualisation, s’apparentant à un signe de ralliement fédérateur d’un réseau d’acteurs dont té­moigne la mise en place de logotypes et de chartes graphiques conçus à cet effet. Il est ainsi porteur d’un ensemble d’informations, pour qui sait le lire, s’inscrivant en même temps dans un système de communication complexe.

Labels mondiaux, labels européens

6Avant même d’aborder les labels inscrits dans la lé­gis­lation française, il convient de considérer d’autres mesures de reconnaissance qui bénéficient d’une large considération auprès des responsables culturels français, européens et internationaux, au point qu’en France, l’État et les collectivités territoriales, ne puissent faire autrement que de les inclure dans leurs actions. Ainsi en est-il des labels délivrés par l’UNESCO tels que « Patrimoine mondial », « Pa­tri­moine immatériel » ou « Mémoire du Monde », qui sont peu à peu devenus synonymes de l’identité culturelle mondiale, des symboles très convoités puisqu’à l’heure actuelle 936 sites sont inscrits. Les la­bels de l’UNESCO n’incarnent pourtant qu’une pe­tite partie de l’action de l’organisation mondiale, la plus grande part de ses ac­tivités se concentrant plu­tôt sur la mise en place de conventions, dont l’objectif est de mettre en lumière la nécessité d’une protection imminente de patrimoines jugés en péril.

7Le rôle essentiellement prescriptif de l’UNESCO re­joint de ce point de vue les initiatives d’autres orga­nisations plus spécialisées telles que l’ICCROM, l’ICO­­MOS ou l’ICOM, qui proposent leur expertise tout en établissant des normes supranationales dans les domaines de la conservation et de la restauration d’œuvres d’art, des monuments et des sites mais aussi des musées. Bien qu’on ne puisse pas à proprement parler de « label » concernant ces organismes, on peut observer des similitudes de fonctionnement. L’ICOM qui a pour formule « Les musées, les professionnels des musées, le label d’excellence » ne reconnaît que les institutions répondant aux exigences déontologiques et à la définition qu’il propose. L’ICCROM et l’ICOMOS se positionnent également comme les garants d’une excellence qu’ils partagent avec leurs membres, fédérant ainsi tout un réseau d’établissements pour qui l’adhésion à ces normes constitue en soi une labellisation.

  • 1 Enquête sur les Européens, les patrimoines de l’Europe et le patrimoine européen. Ipsos/ministère d (...)

8Le contexte est relativement différent en ce qui con­cerne les labels culturels délivrés par la Conseil de l’Eu­rope notamment parce qu’une fois ratifiées, ces directives doivent être transposées dans les systèmes législatifs respectifs de chaque pays membre. D’a­près un sondage réalisé par IPSOS en 2007, «  l’Eu­rope cul­turelle semble être aujourd’hui une réalité véritablement ressentie par une bonne part des citoyens de l’Union Européenne »1. Ce sondage révèle en partie les résultats de plusieurs initiatives menées depuis plus de trente ans visant à construire ce sentiment d’appartenance. Dès 1987, le Conseil de l’Europe lançait les « Itinéraires culturels », avec pour objectif «  de démontrer, à travers le voyage dans l’espace et dans le temps, que le patrimoine des différents pays d’Eu­rope et leur culture contribuent au patrimoine cul­turel commun ». Un accord élargi contribua par la suite à renforcer les coopérations en matière culturelle, en insistant sur les éléments symboliques d’unité, d’histoire et de valeurs européennes. Rejoi­gnant cette volonté, le label « Patrimoine européen » fut lancé en 2007, s’adressant aux sites ayant joué un rôle important dans le processus d’intégration européenne. Un troisième exemple, que nous four­nit la création en 2008 du label «  Évè­nement culturel de l’Eu­rope », per­met de comprendre le rôle que le Conseil de l’Eu­rope attribue à ce type de reconnaissance : en s’inscrivant dans les valeurs fondamentales de l’Union européenne, les labels sont chargés de construire des références communes et sont em­ployés comme des promoteurs d’une identité culturelle encore en construction.

Les labels du ministère de la Culture et de la Communication

Un label pour protéger

9L’apparition de labels spécifiques au domaine patrimonial français remonte aux années 1980, bien que le classement et l’inscription au titre des Monu­ments His­toriques puissent à certains égards apparaître com­me des précurseurs dans ce domaine. Ini­tié en 1985 avec le label « Ville et Pays d’art et d’histoire », le mouvement de labellisation ne semble réellement se ré­pandre qu’à partir des années 2000, à commencer par l’incontournable label « Musée de France ».

  • 2 Projet de loi sur les musées, La Lettre des Musées de France, n° 29, 29 janvier 1993.

10Avant que ne soit promulguée la loi du 4 janvier 2001, le projet d’un texte venant abroger l’ordon­nance provisoire de 1945 faisait déjà débat. Dès 1993, une proposition de loi, rapportée par La Lettre des Musées de France, précisait : « le principe général du texte de loi est celui d’une politique contractuelle, fondée sur la liberté laissée aux collectivités gestionnaires de musées d’adhérer à un certain nombre de règles essentielles au bon fonctionnement des musées »2. La question était alors de savoir quels établissements méritaient l’appellation de « musée », mais également quelles collections devaient être protégées et selon quels mo­yens. Le fait que l’État se prévale du rôle de juge en matière de patrimoine national avait alors hérissé les collectivités locales, tout comme il avait inquiété les collectionneurs privés. Près de vingt ans plus tard, les réflexions aboutirent à un projet plus souple, oc­troyant d’office cette appellation aux anciens mu­sées classés et contrôlés ainsi qu’aux établissements na­tionaux, laissant en revanche la possibilité de faire la demande de ce label aux autres propriétaires de collections, sous certaines conditions.

  • 3 Grange, S. Le projet de loi Musées de France après le vote des Assemblées : patrimoine ou marché ? (...)

11L’octroi du label « Musée de France », qui comme son retrait est détaillé dans le Code du Patrimoine, nous révèle un dispositif très protecteur pour les collections, envisageant désormais un statut pour les dépôts et les prêts d’œuvres. Autre mesure essentielle, la loi précise les missions fondamentales de­vant être assurées par l’établissement détenteur du label, soulignant le caractère professionnel de ces activités et permettant par là même de distinguer «  les lieux de la mémoire collective des échoppes commerciales usant et abusant du terme générique de mu­sée »3. Bien que cette loi soit aujourd’hui bien assimilée, le label demeure encore contesté par bien des professionnels de musées qui préfèrent le désigner comme une appellation. Le doublement de la loi par un label apparaît pour certains quelque peu incompréhensible, allant jusqu’à amoindrir les dispositions législatives selon ceux qui auraient préféré une protection du statut même de « musée ». Peut-on y voir une manière de hiérarchiser entre eux les musées publics, de les mettre en concurrence afin d’accélérer la réalisation d’objectifs et, à terme, d’homogénéiser le niveau de qualité des établissements mu­séaux ? Nous pouvons pour le moins remarquer que le label « Musée de France » est un outil de normalisation pour le ministère de la Culture et de la Com­munication, comparable en cela à l’accréditation program de l’American Association of Museums.

Des labels pour sensibiliser

12Les autres labels du ministère de la Culture et de la Communication étonnent par leur grande diversité. Le premier à avoir intégré ce corpus est celui de «  Ville et Pays d’art et d’histoire », créé en 1985 par Max Querrien, alors directeur de la Caisse nationale des Mo­numents Historiques et des Sites. Il se présente com­me une convention signée entre le ministère et les acteurs territoriaux, affichant comme enjeu principal la sensibilisation et la préservation du cadre de vie, bien que les volets financiers et touristiques soient également essentiels dans cette démarche de valorisation. En contrepartie du label, les termes de l’échange en­gagent les collectivités à mo­bi­liser des moyens hu­mains et matériels pour lui donner un sens en fonction des considérations et des priorités locales. Ainsi, des struc­tures d’accueil touristique sont mises en place afin de protéger un patrimoine, diffuser sa connaissance tout en augmentant l’attractivité d’un territoire.

13Cette démarche de valorisation qui s’inscrit pleinement dans la notion moderne de projet culturel s’est peu à peu étendue à de nouveaux patrimoines, permettant à chacun de mettre en place sa propre politique de développement local. C’est dans ce même but que le label « Patrimoine du XXe siècle » a vu le jour à l’aube des années 2000, avec pour objectif de sensibiliser le grand public à une architecture mo­derne qui lui est souvent méconnue. À la différence du patrimoine industriel qui, une fois inscrit sur les registres de l’Inventaire régional, peut recevoir les mesures d’inscription et de classement, et contrairement au label « Musée de France » qui fournit une législation adaptée aux collections, cette reconnaissance n’implique pas de protection, même si dans les faits elle en constitue souvent le préalable. Cette mesure est en effet présentée comme une alterna­tive aux lourdes procédures de préservation existantes, justifiée en outre par le manque de recul actuel qui rend difficiles les choix de protection. La mise en place de labels cherche ainsi à s’adapter à une ouverture de la définition classique de la culture mais c’est aussi, semble-t-il, un moyen de cerner les spécificités de chaque patrimoine.

14Cela explique la grande diversité de statuts juridiques et de clauses qu’im­posent les la­bels, à l’ex­emple des «  Jar­dins re­mar­quables  », créés par circu­laire le 17 février 2004, dont la la­bellisation n’a une durée effective que de cinq ans seulement et s’adresse éga­­lement aux propriétaires réalisant des bénéfices commerciaux. La démarche de labellisation repose principalement sur une relation d’échange, le de­mandeur pouvant bénéficier d’un soutien scientifique et technique en contrepartie de son engagement à respecter des critères de conformité fixés par le détenteur du label. Une évolution de cette pratique de contractualisation est toutefois à noter : cer­tains labels offrent la possibilité d’apporter un soutien financier aux établissements qui en font la de­mande, sous réserve bien entendu de remplir les conditions imposées par les organismes détenteurs, publics ou privés.

Des labels pour valoriser

15Le label de la Fondation du Patrimoine agit ainsi par le biais de subventions accordées aux propriétaires de biens immobiliers dignes d’intérêt mais non protégés par l’État. L’idée sous-jacente dès sa création en 1996 était bel et bien de mettre en place un trust apportant son aide financière et technique afin de «  promouvoir la connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine national ». Ces dispositions permettent de ce fait de mettre en valeur des monuments qui ne sont pas jugés « prioritaires » par le ministère et de les intégrer à un réseau, à l’exemple du patrimoine rural qui demeure bien souvent à la charge exclusive de son propriétaire. La Fondation du Patrimoine s’inspire ainsi largement de l’exemple an­glais et de l’organisation non gouvernementale En­glish Heritage qui remplit ce rôle de protecteur de la mé­moire collective dont nous estimons en France qu’il est du ressort de la puissance publique. Le la­bel est dans ce cas le signe visible d’une adaptation à une nouvelle réalité économique, comme le souligne le préambule du Livre blanc des Musées de France : « Le propriétaire et éventuellement d’autres par­tenaires tels que l’État, des collectivités, des entreprises ou des personnes privées, apportent des ressources complémentaires sous la forme de subventions d’équilibre ou de dotations (mécénat) sans lesquelles le musée ne pourrait remplir ses missions de service public ».

16De ce fait, aucun établissement culturel ne peut fonc­tionner sans soutien financier, et c’est en partie dans ce contexte que fut créé le label « Exposition d’intérêt national », expérimenté dès 1999 par le ministère de la Culture et de la Communication et qui a pour but de primer chaque année les expositions les plus remarquables pour leur intérêt scientifique, leurs efforts en terme de médiation culturelle et leur ca­ractère innovant. Cette aide spécifique dirigée vers les musées de région a permis, en 2011, de doter les seize musées primés de subventions allant de 10 000 à 50 000 euros. Plusieurs remarques peuvent dès lors être émises, notamment quant à la nature de ce label : tout d’abord, pourquoi créer un label et non simplement un prix venant récompenser les efforts d’une institution ? Choisir le label est en effet étonnant si l’on considère la courte durée de son attribution. Par ailleurs, le montant des subventions oc­troyées, s’il semble conséquent aux yeux du grand pu­blic, apparaît bien en deçà des réels coûts de mon­tage d’une exposition. On peut dès lors se demander si ce label ne poursuit pas d’autres buts : plus qu’un véritable soutien, il constitue en effet un moyen im­portant de communication, et pour l’État et pour les établissements primés, qui espèrent accroître leur attractivité auprès du public. Ce que l’on pourrait redouter à terme serait une mise en concurrence gé­néralisée des musées qui, avec les rétrécissements budgétaires, devraient justifier un soutien financier supplémentaire.

La démarche de labellisation : enjeux et limites

17Dans un contexte où la demande de patrimoine est très forte, les institutions muséales doivent défendre leur singularité et la qualité de leur offre. Qu’ils le veuillent ou non, les musées s’inscrivent désormais dans un « marché culturel » dans lequel la labellisation et le système de marques sont des moyens mis en œuvre depuis longtemps déjà, notamment par les professionnels du tourisme. Les labels émis par le ministère du Tourisme, mais aussi ceux déployés par les professionnels, les associations et les fédérations constituent des atouts communicationnels indéniables dans la promotion d’une offre et de l’attractivité d’un site, comme l’ont aussi bien compris les collectivités territoriales. À cela s’ajoute la création de la­bels « mixtes », qui ciblent leur clientèle en couplant labels environnementaux et patrimoniaux. Le secteur touristique propose ainsi des prestations de plus en plus adaptées, centrées sur les attentes du public et venant concurrencer directement les musées sur le terrain de l’offre culturelle.

  • 4 Audrerie, D. Questions sur le patrimoine. Bordeaux : Confluences, 2003, 119 p.
  • 5 Gob, A. Le musée, une institution dépassée ? Paris : Armand Colin, 2010, pp. 49-55.

18Pour beaucoup, à l’instar de Dominique Audrerie, «  le label est ainsi un argument de notoriété, dont se servent les marchands de patrimoine pour séduire un public et attirer des visiteurs » 4. Il en résulte, selon lui, une forte ambiguïté dans l’usage qui est fait du mot « label  » dont le sens premier ne semble pas correspondre à un bien patrimonial, au contraire. Il n’en demeure pas moins que dans ce contexte, les politiques culturelles cherchent elles aussi à innover, se positionnant parfois même au cœur de contradictions avec les objectifs initiaux des musées. La firme Gug­genheim offre un exemple emblématique de ce que peuvent devenir les établissements patrimoniaux en adoptant la logique de l’ingénierie culturelle, structurés en « maison-mère » et en filiales, selon un procédé qualifié par André Gob de « mimétisme entrepreneurial »5.

19Bien qu’encore réticents, les grands musées occidentaux savent qu’ils sont aussi devenus des outils de con­currence commerciale, économique et touristique. La polémique qui entoure la création d’une succursale du Louvre à Abou Dhabi souligne ce malaise : au-delà même des termes financiers qui président cette tractation avec les Émirats arabes unis, la question de l’exportation de l’appellation « Louvre » pose un problème éthique car, contrairement à la marque de la fondation Guggenheim, il s’agit d’une propriété pu­blique dont on ne peut disposer comme d’un bien familial. Cet exemple extrême illustre la nuance ténue qui existe entre le « label » et la «  marque », le premier préfigurant peut-être une évolution vers la seconde.

La nécessité d’un réseau

20Les exemples figurant l’insertion progressive de certains musées dans une « économie de l’immatériel » révèlent les besoins croissants des institutions patrimoniales afin de valoriser leurs collections. On peut de ce fait voir dans la mise en place de labels, en particulier dans la volonté d’instaurer entre les établissements labellisés une forme de coopération, un moyen de pallier l’ab­sence de ressources nouvelles en encourageant une certaine forme de mutualisation. Plus nombreuses dans le domaine des arts du spectacle, de telles initiatives existent aussi pour les musées, que ce soit par la conception commune d’une exposition temporaire, l’ali­mentation d’une base de données mutua­lisée, et la volonté de mise en réseau est d’ailleurs affirmée par chaque décret ministériel portant création d’un nouveau label. Il convient toutefois de nuancer la portée effective de cette orientation, en remarquant par ex­emple que, malgré le rôle conséquent joué par les DRAC, les partenariats entre « Musées de France  » sont plutôt le fruit de volontés particulières que d’une politique active de mise en réseau dépassant le simple recensement des établissements labellisés.

21À l’inverse, des réseaux sans labels existent, à l’exemple de la Fédération des écomusées et des musées de société qui a su moderniser son approche patrimoniale en intégrant les musées de société et les centres d’interprétation, et a fait de la coopération une dimension essentielle, notamment pour des struc­tures qui ne peuvent s’appuyer que sur de faibles subventions.

L’enjeu de visibilité

22Signes de prestige et de reconnaissance, les labels semblent créer une émulation entre établissements et sites patrimoniaux afin de hausser les exigences de l’offre culturelle. Les dispositions qui les accompagnent, symbolisées par des logotypes, agissent donc aussi comme des outils de communication, pouvant s’intégrer dans une démarche de marketing destinée à promouvoir un établissement, une démarche, un ré­seau culturel. C’est ce qu’ont compris les collectivités territoriales qui bien souvent usent de la notoriété d’un site labellisé afin de développer l’identité d’un territoire, mettant parfois en place son propre système de labellisation pour générer une cohésion locale.

23Il paraît cependant étonnant que la communication au niveau ministériel demeure relativement faible, les professionnels n’étant pas toujours informés des dispositions nouvelles et de leur possibilité d’y adhérer. Plus surprenante encore est la méconnaissance du grand public qui n’identifie pas forcément l’ori­gine ou l’implication des labels officiels, qui pourraient pourtant agir telles des garanties de haute qua­lité voire, pour les plus avertis, comme un argument supplémentaire de fréquentation. Ce manque de visibilité nous conduit à nous interroger sur les ca­tégories de personnes auxquelles les labels s’adressent. Les labels sont-ils vraiment faits pour le visiteur ? Il n’existe aujourd’hui aucune étude recensant l’impact de telles initiatives sur le public ni de démarche de suivi pour les labels les plus anciens, contrairement au secteur touristique qui a coutume de mener ce type d’enquête.

Peut-on parler d’une redéfinition des institutions patrimoniales ?

24Si l’emploi de labels n’impose pas directement une refonte globale du fonctionnement des établissements culturels, on peut constater qu’il instaure tout du moins la prise en compte de nouveaux domaines. À l’instar du ministère de l’En­­seignement supérieur et de la Re­cherche – qui, dès 2008, a mis en place pour les centres de culture scientifique, technique et industrielle le label «  Science et Cul­ture, Innovation » – les labels de la Culture semblent être des moyens pour établir des passerelles transdisciplinaires qui enrichissent et re­nouvellent les discours portant sur le patrimoine national.

25En fin de compte, la multiplicité de ces labels révèle des démarches et des finalités parfois fort variées, qui suscitent bien plus de questions qu’elles n’apportent de réponses. Quelques perspectives d’évolution sont toutefois perceptibles, à commencer par une hiérarchisation croissante entre musées, distinguant les institutions capables de s’inscrire dans un marché international et différenciant les structures concurrentielles à l’échelle nationale ou territoriale. Par ailleurs, la recherche de partenariats et de nouvelles formes de coopération incite de plus en plus les acteurs à coordonner leurs démarches, invitant les établissements patrimoniaux à devenir facteurs de dévelop­pement économique mais aussi social. Ces orientations induisent de nouveaux paramètres qui, sans abolir la définition classique des musées, les obligent à se repositionner et à intégrer les attentes dont ils sont désormais investis.

Haut de page

Bibliographie

Gob, A. Le musée : une institution dépassée ? Paris : Armand Colin, 2010, 160 p.

Greffe, X. et Pflieger, S. La politique culturelle en France. Paris : La Documentation française, 2009, 288 p.

Mairesse, F. Le musée hybride. Paris : La Documentation française, 2010, 208 p.

Origet du Cluzeau, C. et Tobelem, J.-M. (dir.) Culture, tourisme et développement : les voies d’un rapprochement. Paris : L’Harmattan, 2009, 271p.

Haut de page

Annexe

Pourquoi un label plutôt qu’un prix ?

La question se pose de savoir quelle différence distingue un label d’un prix de récompense, mais aussi de comprendre pourquoi, depuis quelques années, le nombre de labels s’est multiplié, au point parfois de concurrencer des initiatives déjà existantes. La différence principale semble résider dans le fait que le label s’inscrit dans une durée, il est efficient sur plusieurs années et répond à des caractéristiques précises, à une grille de normes préétablies. De manière différente, le prix est attribué par un jury (et non un comité d’experts) qui, régulièrement, récompense une initiative globale jugée innovante.

Ainsi, le label « Tourisme et Handicap » est attribué en reconnaissance de l’adaptation d’un établissement à une déficience spécifique, selon une liste de critères définie à l’avance, tandis que le prix « Musée pour Tous » vient récompenser une démarche qui ne récompense pas seulement l’aménagement du bâti mais aussi le traitement des informations, l’accueil du public handicapé et les efforts déployés pour que tous les publics bénéficient ensemble de ces transformations.

En outre, l’intérêt du prix est de susciter une émulation parmi les participants, créant un contexte de compétition propre à valoriser ce type d’initiative auprès des élus. Il est possible que ce soit justement pour éviter l’amalgame avec une mise en concurrence que les initiateurs des « Expositions d’intérêt na­tional » ont choisi de les concrétiser sous le statut du label plutôt que d’un prix. Il n’en demeure pas moins que cette démarche s’apparente dans les faits plus à un concours qu’à une accréditation. Les labels ne seraient-ils finalement qu’un abus de langage ?

Les associations, moteurs de labellisation

Les initiatives privées peuvent constituer une source d’inspiration pour les pouvoirs publics, mais elles per­mettent également d’ouvrir les établissements patrimoniaux à de nouvelles préoccupations de société. En effet, les 150 000 associations culturelles, qui représentent près d’un cinquième du nombre total d’associations en France, jouent un rôle puissant dans le développement du patrimoine national, ne serait-ce que parce qu’elles bénéficient du soutien des collectivités territoriales et du ministère, qui leur accorde plus de subventions qu’à toute autre forme d’organisation.

Un des meilleurs exemples de cette impulsion associative est celui de « Tourisme et Handicap » qui a mis en place un label reconnu par les pouvoirs pu­blics permettant de délivrer des informations précises et objectives sur l’accessibilité des sites culturels et des équipements touristiques, en prenant en compte tous les types de handicaps identifiés chacun par un pictogramme. Tout en œuvrant pour un meilleur accès aux structures patrimoniales, le label permet aux professionnels qui l’arborent de faire valoir un avantage concurrentiel important à l’échelle nationale, européenne, voire internationale. Preuve de réussite pour l’association, le secrétariat d’État au Tourisme et le secrétariat en charge de la Famille et de la Solidarité ont publié le 22 septembre 2010 un appel à candidature pour le recrutement de territoires pilotes d’un nouveau label appelé « Destination pour tous ». « Tourisme et Handicap » a ainsi trouvé un réel soutien dans l’action publique, bien que la gestion du réseau lui soit encore pour une grande part déléguée.

Une certification de plus en plus recherchée

Les labels patrimoniaux semblent refléter de nou­velles préoccupations envers les publics, qu’ils soient envisagés en termes de clientèle ou en tant que visiteurs auxquels les institutions publiques doivent un service. Il est intéressant de noter que la labellisation, en dehors du cas particulier que constitue le label « Musée de France », porte principalement sur les aspects visibles de l’établissement patrimonial, ils sont en quelque sorte un moyen de guider le regard en désignant ce qui fait partie du patrimoine, actualisant un domaine en perpétuelle évolution. Plus encore, les différents labels forment un répertoire d’initiatives agréées par le ministère de la Culture et de la Communication : ils sont investis d’un pourvoir efficace octroyant une reconnaissance officielle, s’ap­parentant à une forme de certification.

Coup de jeune ou coup de bluff ? Les labels, qui sont dans une certaine mesure des instruments d’évaluation dans le sens où ils distinguent entre eux différents établissements, ne portent en réalité que très peu sur des pratiques concrètes, l’efficacité ou la valeur de tel ou tel pôle d’activité dans le fonctionnement d’une institution. Ils entérinent des dé­marches existantes et ne s’inscrivent qu’à posteriori dans le mouvement de modernisation qu’engagent les établissements culturels. En cela, ils sont moins un instrument de mesure qu’une authentification par l’État.

D’autres critères ont cependant vu le jour, mis en place par des agences officielles de normalisation tel­les que l’AFNOR ou la COFRAC, auxquels de plus en plus de collectivités territoriales et de mu­sées font appel pour certifier leur bonne administration. Pourrait-on à l’avenir imaginer des labels portant sur les activités vitales d’un musée, permettant par exemple de garantir l’excellence de méthodes de conservation préventive, l’expérience de médiations réussies ou l’inventaire exhaustif de collections ? Ce type de garantie de bon fonctionnement est déjà à l’œuvre dans les administrations publi­ques, à l’exemple de la charte Marianne de­venue label Ma­rianne, qui sanctionne une politique d’accueil dans les services de l’État.

Et si, à terme, les labels se convertissaient en indicateurs de performance pour les institutions mu­séales, ne devraient-ils pas être octroyés par ceux à qui ils s’adressent, à savoir les visiteurs ? Une coopération plus étroite entre les musées et leurs publics est déjà source de réflexion pour nombre de ces établissements, et notamment à l’étranger. Des expériences concluantes si on se réfère à l’ouvrage de Nina Simon, The participatory museum.

Haut de page

Notes

1 Enquête sur les Européens, les patrimoines de l’Europe et le patrimoine européen. Ipsos/ministère de la Culture et de la Communication, mars 2007.

2 Projet de loi sur les musées, La Lettre des Musées de France, n° 29, 29 janvier 1993.

3 Grange, S. Le projet de loi Musées de France après le vote des Assemblées : patrimoine ou marché ? Le Journal des Arts, 24 novembre 2001, p. 3.

4 Audrerie, D. Questions sur le patrimoine. Bordeaux : Confluences, 2003, 119 p.

5 Gob, A. Le musée, une institution dépassée ? Paris : Armand Colin, 2010, pp. 49-55.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sur les différents supports de communication employés par les musées, le logotype symbolisant le label « Musée de France » apparaît comme une caution scientifique reconnue du public et des professionnels.
Crédits © Ville de Crépy-en-Valois
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Roux-Durand, « Les labels du Patrimoine culturel », La Lettre de l’OCIM, 142 | 2012, 28-37.

Référence électronique

Marion Roux-Durand, « Les labels du Patrimoine culturel », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 142 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/1095 ; DOI : 10.4000/ocim.1095

Haut de page

Auteur

Marion Roux-Durand

Marion Roux-Durand est attachée de conservation du patrimoine, responsable du musée de l’Archerie et du Valois à Crépy-en-Valois. marion.roux@mairie-crepy-en-valois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org