Navigation – Plan du site

Le musée Exploramer : à la découverte du milieu marin du Saint-Laurent

Sandra Gauthier
p. 48-51

Résumé

Organisé autour de la muséologie et des sciences marines, Exploramer a pour principale mission de sensibiliser les publics à la préservation et à la reconnaissance du milieu marin du Saint-Laurent dans l’environnement à travers des activités de vulgarisation scientifique proposées au musée mais également lors d’excursions en mer.

Haut de page

Texte intégral

1À Sainte-Anne-des-Monts, ville du littoral nord de la péninsule gaspésienne au Québec, la mer définit le quo­tidien de sa population. En fait, Sainte-Anne-des-Monts est située à la limite de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Ce grand fleuve prend sa source dans les Grands Lacs, au cœur de l’Amérique du Nord, pour se jeter dans l’océan Atlantique par le Détroit de Cabot entre Terre-Neuve et la Nouvelle-Écosse.

2L’équipe du musée Exploramer y anime une institution entièrement dédiée à la découverte et à la préservation des habitats et des espèces marines du Saint-Laurent, avec pour objectif principal de partager ses connaissances auprès d’un large public. En plus d’offrir une exposition permanente dédiée aux ressources marines du Saint-Laurent, l’équipe d’Ex­ploramer offre aux visiteurs la possibilité de se ren­dre en mer sur un bateau conçu pour la découverte du monde marin.

Le site d’Exploramer

Le site d’Exploramer

© Exploramer

En vedette : les bassins tactiles

3La tournée des bassins de ce parc aquarium permet aux visiteurs de toucher et de manipuler une vingtaine d’espèces de crustacés, mollusques et échinodermes vivants. L’aménagement de cet espace pédagogique éveille les sens des visiteurs tout en piquant leur cu­riosité. Les homards, crabes, bernard-l’hermite, oursins, concombres de mer, étoiles de mer polaires et différents mollusques peuvent être manipulés avec soin, sous la supervision de guides-naturalistes. Les bassins tactiles sont ainsi devenus une marque de commerce d’Exploramer. On y retrouve aussi une quin­zaine d’aquariums et de bassins qui composent l’exposition permanente Un jardin sous la mer. On y présente une collection vivante constituée d’environ qua­tre-vingts espèces marines totalisant plus de 800 in­dividus dont le loup atlantique, la raie tachetée, l’our­sin vert, le crabe commun et l’anémone plumeuse. L’ensemble traite de la biodiversité du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent en fonction des profondeurs marines et de leur relief.

4Le musée propose notamment l’exposition Yeux ou­verts dans la mer, où l’on observe les fonds marins par la lunette d’un scaphandrier. Aussi, afin de comparer les cinq sens traditionnels de l’Homme avec ceux des mammifères marins, l’équipe a conçu l’exposition La mer dans tous les sens. Celle-ci suggère, entre autres, de tester le goût chez le phoque ou la vision complètement séparée des côtés droit et gauche de la tête du cachalot. Un exercice pour le moins dé­concertant. Également, l’équipe a voulu favoriser un réel contact de ses visiteurs avec le milieu marin et ainsi leur faire apprivoiser la vie avec la mer omniprésente. Des excursions écologiques sont ainsi proposées à bord du navire JV Exploramer. Paral­lè­le­ment, selon le rythme des marées, une activité de cueillette de poissons à l’aide d’un verveux (filet de pêche en forme d’entonnoir) se fait les pieds dans l’eau, à marée basse, près de la rive et du quai.

Fourchette bleue et Guide de consommation écoresponsable

5Il est apparu logique à l’équipe d’Exploramer d’inciter le public à goûter, et ainsi apprécier à leur juste valeur, les diverses espèces de poissons et de crustacés peuplant la zone côtière. Pour cela Exploramer a créé le label Fourchette bleue, un programme de certification des restaurants et poissonneries qui choisissent de s’investir dans une démarche favorisant une saine utilisation des ressources marines. À Sainte-Anne-des-Monts, les pêcheurs sont les voisins d’Ex­ploramer. L’institution a donc souhaité développer un concept de développement durable où l’industrie de la pêche devient un acteur de la préservation du Saint-Laurent et non pas un secteur économique mon­tré du doigt comme un simple exploiteur de la ressource. Après avoir vu certains concepts mis de l’avant par d’autres aquariums tels que ceux de Van­couver ou de Boston, où les produits de la mer les plus populaires sont différenciés selon des feux : rouge (espèces à ne pas consommer), jaune (à con­sommer rarement) et vert (sans restriction), Ex­plo­ramer a plutôt opté pour l’idée de «  déguster autre chose ». Avec cette nouvelle étiquette Fourchette bleue, associée au développement durable, les pêcheurs peuvent maintenant diversifier leurs prises en ramenant au quai des espèces de pois­sons et invertébrés autrefois rejetées à la mer parce qu’elles ne trouvaient pas preneur. Les pê­cheurs, distributeurs et restaurateurs se disent en­thousiastes de l’élan créé par ce programme favorisant la mise en valeur de poissons, crustacés, mollusques et échinodermes méconnus. Pour les grands chefs, inscrits dorénavant au firmament des « rock stars du petit écran », ces nouvelles espèces représentent des défis culinaires forts intéressants. Ils peuvent maintenant apprêter par exemple l’hémitriptère, le chaboisseau, le crabe araignée, le crabe commun ou la mactre de Stimpson.

Exploramer propose aux visiteurs de participer à la cueillette de données scientifiques dans les eaux du Saint-Laurent.

Exploramer propose aux visiteurs de participer à la cueillette de données scientifiques dans les eaux du Saint-Laurent.

© Exploramer/Pascal Lévesque

6Exploramer s’est également associé au Biodôme de Montréal dans le cadre d’un projet de développement d’un guide écoresponsable de la consommation des produits de la mer. En effet, alors que tout nous rappelle qu’il faut faire des choix responsables pour aider notre planète, le consommateur se sent parfois coupable quand il va acheter du saumon d’élevage ou du thon rouge à la poissonnerie. La con­som­mation de poisson est bénéfique pour la santé hu­maine : or, de nos jours, on généralise au point où l’acte de manger du poisson est souvent synonyme d’un appui à la dégradation de notre environnement et à des mises en garde liées à leur contamination. Afin d’aider le consommateur dans ses choix, il existe une multitude de programmes de sensibilisation sur les produits marins. Ils prennent généralement la forme de petits feuillets éducatifs qui se glissent dans la poche et qui fournissent une liste de choix à faire aux abords des étalages des poissonniers. La cause est juste : elle fait appel à l’urgence d’agir pour que l’industrie mondiale des pêches se conforme aux prin­cipes de conservation des populations de poissons démontrant des indices d’épuisement.

7Mais dresser une liste c’est forcément exclure des espèces ou des secteurs de cette industrie. Ces feuil­lets sont-ils trop alarmistes ou biaisés ? Manquent-ils leur cible ? L’équipe du Biodôme de Montréal s’est penchée sur les grands principes et la rigueur scientifique des méthodes d’évaluation dis­po­nibles au Canada afin de mesurer la pertinence de ces ou­tils éducatifs. Elle a conclu que la base de ces outils s’appuie sur une méthodologie qui semble rigou­reuse, mais ces guides font souvent abstraction de no­tions de proximité de la ressource et de la présence d’une industrie canadienne des pêches et de l’aquaculture respectueuses de l’environnement et des avis et règlements.

Des excursions en bateau qui permettent de découvrir la faune du Saint-Laurent.

Des excursions en bateau qui permettent de découvrir la faune du Saint-Laurent.

© Exploramer

8Au grand étonnement des spécialistes du Biodôme, ces listes sont souvent élaborées à l’extérieur des frontières canadiennes ou calquées sur des outils décisionnels déjà bien implantés. Elles préconisent des espèces non-indigènes et elles ne considèrent que très peu les aspects socio-économiques liés aux pêcheries et à l’aqua­culture comme des activités de développement du­rable et moteurs économiques des régions côtières.

9Le Biodôme de Montréal, en collaboration avec Ex­ploramer, est donc en train d’élaborer un guide écoresponsable pour la consommation de poissons ma­rins et de fruits de mer pour l’Est du Canada. Un gui­de sans liste ! Il favorisera l’aspect éducatif touchant l’exploitation des ressources marines de ma­nière durable et responsable et la responsabilisation du consommateur. Ce guide misera sur le jugement des consommateurs et abordera les grands concepts liés à l’acquisition de comportement écoresponsables dans les habitudes de consommation. En attendant la version finale de ce guide, le meilleur geste à po­ser est de questionner son poissonnier, car plus il y aura de réponses, plus le consommateur pourra faire des choix sensés : on parlera alors de traçabilité et d’une approche holistique.

En mission 12 mois sur 12

10Avec le temps, l’équipe d’Exploramer a conçu des activités pédagogiques extra-muros, à l’instar d’Ex­plo­-Mer. Il s’agit d’un concours inspiré des « expos-scien­ces » qui s’adresse au premier cycle du cours secondaire dans les écoles des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie toutes deux situées sur le territoire maritime du Québec. L’ensemble des activités liées à Explo-Mer s’intègre au cours d’initiation aux sciences et à la technologie. Un chapitre du programme pédagogique de ce cours est dévolu à l’étude de la biodiversité du Saint-Laurent. Ainsi, les biologistes d’Exploramer présentent en classe toute une portion consacrée à la biologie marine, sous ses aspects académiques et di­dactiques. Les guides-naturalistes enrichissent leurs présentations avec l’usage de bassins tactiles portatifs. Les élèves doivent, à leur tour, faire une recherche scientifique sur une espèce qu’ils ont eux-mê­mes choisi d’étudier plus à fond. Ils auront ensuite à répondre à la problématique suivante : comment votre espèce survivra-t-elle aux changements climatiques  ?

Animation autour du Tourteau

Animation autour du Tourteau

© Exploramer

La clef de la réussite : les guides-naturalistes

11Les guides-naturalistes, dans les diverses activités pro­posées, s’illustrent comme de véritables protagonistes, spécialistes de la biodiversité des habitats ma­rins du Saint-Laurent, qui vulgarisent toute l’information pertinente. Les visites guidées et les activités tactiles représentent le cœur de la programmation d’in­­terprétation d’Exploramer. Les excursions en mer s’ef­fectuent trois fois quotidiennement et la cueillette de poissons dans le verveux se réalise au moins une fois chaque jour.

12Aujourd’hui, Exploramer semble avoir trouvé sa vi­tesse de croisière. D’autres projets mijotent dont ce­lui de dé­velopper une nouvelle exposition sur les re­quins du Saint-Laurent. L’équipe d’Exploramer de­meure con­vain­cue de la nécessité d’une meilleure transmission des connaissances pour favoriser une plus grande sensibilisation à la fragilité de l’écosystème marin du Saint-Laurent.

Haut de page

Bibliographie

Adey, W-H. et Loveland, K. Dynamic Aquaria: Building Living Ecosystems. San Diego : Academic press, 2007, 528 p.

Fontaine, P-H. La faune sous-marine du Saint-Laurent. Québec. Éditions Multimondes, 2005, 227 p.

Colt, J. et Huguenin, J-E. Design and Operating Guide for Aquaculture Seawater Systems, Developments in Aquaculture and Fisheries Science, vol. 33. Seattle et Woodshole: Éditions Elsevier, 2002, 328 p.

Scott, M-G. et Scott, W-B. Atlantic Fishes of Canada. Toronto : Presses de l’université de Toronto, 1998, 730 p.

Pêche impact, le journal des pêches, périodique bimestriel, Grande-Rivière (Québec), Impression Acadie Presse (www.pecheimpact.com)

www.exploramer.qc.ca

Haut de page

Annexe

Deux reconnaissances pour des actions concrètes de participation citoyenne

En 2010, le musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts reçoit le prix québécois de l’entreprise ci­toyenne, dans la catégorie secteur coopératif, pour son programme incitatif Fourchette bleue. En faisant de la sensibilisation et de l’éducation auprès de ses pu­blics, Exploramer amorce ainsi une réflexion sur les actions concrètes à entreprendre, par les citoyens, pour contribuer à préserver la biodiversité dans le fleuve Saint-Laurent. Ce programme novateur passe à l’action en valorisant, par l’intermédiaire des restaurants et poissonneries, des espèces marines mé­connues et non menacées.

Voici la liste officielle des espèces de l’année 2012 recommandée par l’équipe de scientifiques du musée  : Baudroie d’Amérique, Bigorneau, Buccin commun (bour­gots), Calmar du Saint-Laurent, Caplan, Cha­boisseau sp., Crabe araignée, Crabe commun, Flétan Atlantique, Flétan du Groenland (turbot), Hémi­tri­ptère Atlantique, Huître (aquaculture), Laminaire, Ma­c­tre de Stimpson, Maquereau bleu, Moule bleue (aqua­culture), Mye commune (aquaculture), Oursin vert, Pé­toncle géant (aquaculture), Phoque du Groenland.

Il s’agit ainsi de diversifier la consommation de produits et de réduire la pression de pêche sur les espèces en difficulté. Au lieu de dresser une liste rouge d’espèces à ne pas consommer, Fourchette bleue revalorise d’autres espèces à découvrir. Une stratégie aussi astucieuse qu’éthique, qui respecte autant l’environnement que le travail des pêcheurs.

Puis en 2012, Exploramer est sélectionné pour rejoindre les rangs de la Collection d’expériences distinctives (CED) de la Commission canadienne du tourisme pour l’activité Un laboratoire sur la mer. Une excursion en mer permet, aux visiteurs du musée, de participer à la cueillette de données scientifiques et à la remontée des casiers de pêche. Puis, à l’aide d’ins­truments scientifiques, les visiteurs observent le mon­de de l’infiniment petit à l’infiniment grand, du plancton aux baleines. Les membres de la Col­lec­tion d’expériences distinctives sont choisis pour la qualité et l’originalité de l’expérience touristique qu’ils proposent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le site d’Exploramer
Crédits © Exploramer
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Exploramer propose aux visiteurs de participer à la cueillette de données scientifiques dans les eaux du Saint-Laurent.
Crédits © Exploramer/Pascal Lévesque
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Des excursions en bateau qui permettent de découvrir la faune du Saint-Laurent.
Crédits © Exploramer
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Animation autour du Tourteau
Crédits © Exploramer
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Gauthier, « Le musée Exploramer : à la découverte du milieu marin du Saint-Laurent », La Lettre de l’OCIM, 144 | 2012, 48-51.

Référence électronique

Sandra Gauthier, « Le musée Exploramer : à la découverte du milieu marin du Saint-Laurent », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 144 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/1136 ; DOI : 10.4000/ocim.1136

Haut de page

Auteur

Sandra Gauthier

Sandra Gauthier est directrice générale d’Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts (Québec. sandra.gauthier@exploramer.qc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org