Navigation – Plan du site

La gestion d’une collection zoologique en fluide

Alexandre Mille, Amandine Péquignot et Santiago Aragón
p. 25-32

Résumé

À partir de l’élaboration d’une grille de recensement spécifique et du constat d’état, les auteurs mettent en évidence la valeur patrimoniale de cette collection zoologique en fluide et plus largement plaident pour la mise en place d’un cadre général de normalisation adapté à la conservation et à la valorisation des collections d’étude des établissements universitaires.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier Gil Hortault, adjoint technique de la collection zoologique de l’UPMC, pour les informations transmises, Guillaume Oses pour la réalisation de la campagne photographique, Frédérique Andry-Cazin, assistante projet culture scientifique et char­gée du patrimoine (Direction de la culture, UMPC) pour le soutien apporté à ce travail. Ils remercient spécialement Henri Reiling pour avoir partagé ses connaissances et les documents sur Frič.

1Le service d’enseignement de Biologie animale de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris possède une riche collection zoologique que l’on com­mence à redécouvrir et à exploiter (Aragón et al., 2007 ; Dequaire, 2006 ; Morille, 2006 ; Messiaen, 2008 ; Olive, 2008 ; Mille, 2011). Cette contribution fournit un outil pour augmenter la connaissance détaillée de cet ensemble et pour parer à toute perte d’information ou d’objets durant le prochain déménagement de la salle des collections, prévu à l’horizon 2015.

Des objets qui racontent une histoire

2La collection de Zoologie de l’UPMC est issue d’une partie des collections d’enseignement de la Sor­bon­ne, rassemblées depuis le XIXe siècle sur le site historique de la doyenne des universités françaises. Pour faire face au manque d’espace, le nouveau bâ­timent pour la faculté des Sciences est édifié à partir de 1957 près de la Seine et du Jardin des Plan­tes. Les collections scientifiques sont alors transférées sur le nouveau campus, dit de Jussieu. En 1970 la faculté des Sciences éclate en deux universités, Paris 6 et Paris 7, qui vont se partager le patrimoine scientifique et historique. La collection de Zoologie est donc divisée en deux. Le partage décidé repose uniquement sur des critères pédagogiques et ne tient pas compte de l’unité de l’ensemble ou de son aspect patrimonial. L’univer­sité Paris 6, appelée Pierre et Marie Curie depuis 2007, a toutefois conservé une majorité des spécimens.

Les salles des collections de Zoologie de l’université Pierre et Marie Curie de Paris

Les salles des collections de Zoologie de l’université Pierre et Marie Curie de Paris

© Alexandre Mille

3Aujourd’hui, la collection comporte plusieurs mil­liers de spécimens. La pluralité de leurs provenances fait écho à la diversité de leurs préparations  : des animaux naturalisés côtoient des squelettes, des spécimens en fluide, des fossiles, des boîtes entomologi­ques ou encore des moulages, des modèles pour l’enseignement, et autres productions animales (nids, ter­mitières, ruches…). Nombre de ces pièces sont ac­compagnées de planches pédagogiques conçues au moment de l’installation, lors des années 1960. Con­cernant la documentation, seul un inventaire très lacunaire sur fiches a été réalisé au moment de son arrivée sur le site de Jussieu. Du fait de ce manque d’informations relatives aux pièces, la valeur patrimo­niale de l’ensemble demeure masquée. Un retour aux objets s’impose donc au moment d’envisager l’étude historique de cet héritage.

4Parmi la grande variété des pièces présentes, un nombre non négligeable de spécimens disséqués conservés en fluide porte l’étiquette « Naturaliste V. Frič à Prague (Bohême) » (voir encadré). Ces préparations particulières, laissant apparaître notamment le système nerveux pour certains animaux et l’appareil circulatoire ou le squelette pour d’autres, sont accompagnées de panneaux explicatifs. Mais, au-delà de leur intérêt pédagogique, ces objets de science révèlent des aspects techniques, historiques et esthétiques remarquables.

Un échantillon de la collection Frič et un support pédagogique associé permettent d’identifier les différentes structures anatomiques visibles lors de la dissection.

Un échantillon de la collection Frič et un support pédagogique associé permettent d’identifier les différentes structures anatomiques visibles lors de la dissection.

© Santiago Aragón

5L’article de Reiling et Spunarová (2005) fait prendre conscience de la valeur patrimoniale de ces objets et du besoin d’intervention. L’article présente une pho­tographie prise lors de l’Exposition Universelle de Pa­ris (en 1889), montrant différents échantillons Frič. Cette illustration apporte des indices précieux pour la détermination de certaines pièces qui semblent cor­respondre à celles de la collection de l’UPMC. Par ailleurs, les auteurs évoquent la particularité de certaines de ces préparations, notamment celles des spécimens dont les artères ont été injectées avec de la cire, un savoir-faire perdu, ainsi que leur rareté dans les collections d’Histoire naturelle de l’Europe de l’Est. En conséquence, grâce à ces précisions, des objets jusque-là considérés comme de simples supports pédagogiques ac­quièrent un intérêt inattendu comme témoins du passé.

Recensement des pièces

6Dans notre démarche, nous avons délibérément choi­si d’utiliser le terme de « recensement » et non ceux d’«  in­ven­taire » ou de « récolement » définis par la loi Mu­sées de France (loi du 4 janvier 2002). Nous justifions ce choix par l’absence d’un document fiable auquel nous pouvions nous référer et du manque de vision globale sur l’ensemble. Ce travail s’est donc con­centré sur les pièces Frič recensées sous une grille (format Excel 2000). Le recensement a imposé dans un premier temps une recherche et une ré-identification des pièces selon des caractères et des mar­ques précises portées par celles-ci. En effet, une at­tribution non équivoque est possible grâce à la présence de l’étiquette « Naturaliste V. Frič à Prague (Bohême) » sur l’objet. En son absence, le condition­nement en fluide (spécificité du lutage, typologie des flûtes), la préparation mise en œuvre par Frič (soin ap­porté aux dissections et aux injections) et sa présentation (pla­que de verre, passage des liens pour maintenir l’animal) ont été des indices fiables pour l’authentification. Ces différents critères ont permis d’identifier 24 spécimens au sein de la collection. Par ailleurs, l’étude de la bibliographie très restreinte sur le marchand naturaliste (Reiling et Spunarová, 2005) et du catalogue du magasin Frič (Frič, 1914), représentant les spécimens à la vente, ont permis d’identifier deux spécimens fortement modifiés qui ont pu être ad­joints, portant l’ensemble Frič à l’UPMC à 26 pièces.

7L’établissement d’une grille de recensement des ob­jets Frič pose des difficultés. D’une part, l’In­ventaire général du patrimoine culturel ne concerne pas ce genre de pièces. En effet, dans le thesaurus des ob­jets mobiliers (Magnien et al., 2001), ils rentreraient dans la catégorie des « objets de représentation scientifique » car ils servent « dans le cadre de l’enseignement ou la réflexion scientifique ». Or, ne sont véritablement considérés comme tels dans le domaine de l’Histoire naturelle que les « objets de représentation volumique d’organismes ou de parties d’organismes, élaborés en cire, en plâtre, en celluloïd, en latex peints, à l’exclusion des animaux naturalisés ou empaillés », au­trement dit, des éléments entièrement fabriqués de main d’homme. Néan­moins, les préparations de Frič apposent le savoir-faire du préparateur sur tout ou partie d’un animal. D’autre part, à ce jour, l’UPMC ne possède aucune ligne directrice commune au su­jet des collections, laissant à chaque laboratoire ou service d’enseignement la réalisation d’un inventaire de ses collections, tant sur le fond que sur la forme.

Quelques éléments caractéristiques de pièces Frič dites « originales ».

Quelques éléments caractéristiques de pièces Frič dites « originales ».

© UPMC/Guillaume Oses

  • 1 Décret du 2 mai 2002 (Journal Officiel du 05/05/02) pris en application de la loi n° 2002-5 du 4 ja (...)

8Dans ce contexte particulier, notre grille de recensement s’est fortement inspirée de l’inventaire dit « à 18 colonnes » défini par la loi Musées de France1, permettant à l’avenir la réalisation d’une base commune au sein de l’UPMC ainsi qu’une homogénéisation entre le patrimoine universitaire et celui des musées. Des champs qui ne pouvaient être renseignés ont été délibérément abandonnés, en revanche d’autres propres aux exigences de la collection, tels le positionnement systématique du spécimen, les caractéristiques physiques, les utilisations pédagogiques... ont été développés. Nous avons fait le choix de con­signer un maximum d’informations relatives aux ob­jets et à leur exposition afin de garder la mé­moire du contexte muséologique, scientifique et pé­dagogique avant leur futur déménagement. Le recensement des pièces a été réalisé au fur et à me­sure de la progression physique dans les salles de collection.

9Tout d’abord, un « Identifiant » temporaire a été attribué à chaque pièce. Sa forme, totalement arbitraire,

10reprend le nom du préparateur, l’année de recensement et un numéro à incrémentation, par exemple «  Fric2011.8  » dans le cas de la dissection et mise en évidence de l’appareil circulatoire du spermophile, un écureuil terrestre qui, dorénavant, nous sert d’ex­emple. Ce numéro d’identification s’éloigne délibé­ré­ment des recommandations prescrites aux musées de France pour limiter les confusions dans le futur. Se­lon le Guide méthodologique du marquage des collections publiques (Ministère de la Culture et de la Com­mu­nication, 2008), l’inscription de l’identifiant sur ver­re doit être effectuée à l’encre de Chine entre deux couches de vernis. Dans notre cas, étant temporaire, il a été choisi un marquage de type DYMO®, imprimé sur ruban plastique, en attente de sa confirmation ou d’un nouveau numéro définitif. L’identifiant est ap­posé sur la flûte de manière à être facilement accessible sans toutefois gêner la lecture du spécimen ou occulter une précédente étiquette. Le spécimen a été décrit (« Désignation du spécimen ») en quel­ques mots afin de spécifier le type de préparation et le nom vernaculaire de l’animal. Sa « Systématique » est également mentionnée par le binôme spécifique (Genre et espèce) figurant sur les étiquettes Frič. Ces spécimens étant toujours utilisés pour l’enseignement et la recherche, ces données systématiques ont été ac­tua­lisées en ajoutant le nom valide en date de 2011, ainsi que la Classe et l’Ordre.

11La « Préparation » a été prise en compte dans son intégralité et notamment dans un premier temps le nom du préparateur pour faciliter la recherche de l’ensemble Frič au sein de la collection. Les méthodes de dissection employées et le système anatomi­que qu’elles révèlent ont été également reportés. Étant donné leur valeur patrimoniale, les flûtes n’ont pas été ouvertes pour prendre connaissance de la nature du ou des fluide(s) utilisé(s) et des colorants. Cette opération aurait causé des dégradations irréversibles au niveau du lutage notamment. Signature du sa­voir-faire de Frič au même titre que les étiquettes et la pré­paration, le mode de « Présentation  » de l’animal a été détaillé : la nature et la couleur du support sur le­quel repose l’animal, le nombre et la nature des liens l’y fixant ainsi que le soin porté aux perforations pour leur passage, la présence de tiges ou de pointes mé­talliques maintenant la peau ou les organes en place.

12Sachant que les étiquettes sont la mémoire du mouvement des objets, nous les avons incorporées dans la grille et hiérarchisées en raison de leur localisation et de l’information intrinsèque qu’elles portent. Tout d’abord, l’étiquette à l’origine de l’ensemble : l’étiquette Frič, typographiée et localisée sur la plaque de verre. Celle-ci est parfois associée à une seconde pré­cisant la systématique du spécimen. Parfois, un numéro est également inscrit à l’encre blanche sur le haut de la flûte et sur le bouchon lorsque le lutage est absent. Après étude du catalogue du magasin Frič (Frič, 1914), ces numéros se sont révélés être le prix de vente en couronnes austro-hongroises des spécimens. Tous ces éléments apposés sur les pièces par l’atelier Frič sont regroupés sous l’appellation « Étiquettes et marques originales », en opposition avec le second groupe «  Étiquettes postérieures », liées à la vie, aux mouvements des objets. Certains spécimens portent la men­tion Laboratoire Anatomie comparée Sorbonne ty­pographiée sur une étiquette carrée de petites di­mensions, souvent associée à une seconde portant un numéro propre à chacun d’entre eux. Cette numérotation correspondrait vrai­sem­blablement à un inventaire du laboratoire de la Sor­bonne. D’autres types d’étiquettes ont été identifiés, indiquant un nombre et une lettre reportés en caractères d’imprimerie ou manuellement, et corres­pondant à l’inventaire encore présent (inventaire Pa­ris 6). Ce couple nombre-lettre renverrait à la localisation actuelle des objets dans les salles. D’autres marquages n’ont pu être rapprochés d’aucun document connu et ont été néanmoins reportés dans la colonne « Précision ». Enfin, certains objets portent une gommette orange sur la flûte, dont la si­gni­fi­ca­tion est totalement inconnue.

13La grille de recensement fait également état des «  Di­mensions » du spécimen (taille et poids), afin de mi­eux programmer le déménagement des collections (ma­nipulation, emballage, caisse) et les futurs besoins en terme de stockage.

14Certains spécimens Frič sont employés comme support matériel pour l’enseignement. Certains sont exposés en vitrine et associés à des fiches permettant à l’étu­diant, seul, de les interpréter. D’autres sont très sollicités pour illustrer les séances de travaux dirigés (Aragón, 2003). Avant que le déménagement ne vienne séparer ces objets de leurs supports pédagogiques, la documentation de leur mise en exposition – révélatrice de l’enseignement universitaire auquel ils étaient destinés – était nécessaire. Ainsi, la « Localisation » (salle, vitrine, étagère) des pièces et leur « Fonction pédagogique » contemporaine ont été ajoutées à la grille. Les rares fiches de l’« Inventaire papier » lacunaire, réalisé au moment de l’installation sur le site de Jussieu, ont été recopiées stricto sensu (fautes d’or­thographe, majuscules…). Cette information inclut le numéro attribué à l’objet, la désignation du spécimen en latin et le système mis en avant, la classification systématique de l’époque, parfois un ancien numéro, une gommette ou autre.

Exemple développé de l’information concernant le spécimen Fric2011.8 contenu sur la grille de recensement (partie I).

Exemple développé de l’information concernant le spécimen Fric2011.8 contenu sur la grille de recensement (partie I).

15Une rubrique « Remarques » a été laissée pour mentionner toute observation nouvelle, les publications où peut figurer l’objet, ainsi que les interventions (prêt, restauration…) qu’il pourrait subir. Pour con­clure, les « Correspondances », aussi bien d’es­pèce que de discours pédagogique de chaque échantillon par rapport au reste de l’ensemble Frič ont été indiquées. Chaque pièce à fait l’objet de trois photographies : deux prises de vue de face faisant apparaître l’identifiant et une face arrière. Certains spécimens ont fait l’objet de plus de clichés pour attirer l’attention sur le système d’accroche, sur certaines étiquettes…

Une collection bien préservée

16Ce type de collection pose des problèmes de conservation à différentes échelles à savoir le contenant, le fluide conservateur, et le spécimen (Péquignot et al., 2011). Les observations du constat d’état ont été con­signées physiquement dans un second onglet du fi­chier Excel relié au premier (grille de recensement) par l’identifiant et la désignation de la pièce.

17Se basant sur la démarche de Waller et Simmons (2003), nous avons tout abord pris en compte le «  Contenant ». Il est précisé si il s’agit d’une flûte originelle ou non, ainsi que son état de conservation (fissures, bris recollés, colmatage…). Le « Lutage » re­prend les mêmes rubriques développées pour le «  Con­tenant ». La nature et la concentration du «  Fluide  », quant à elles, n’ont pu être identifiées dans la plupart des cas, car notre choix a été de ne pas ouvrir les flûtes afin de préserver le lutage originel et ne pas compromettre la conservation des pièces inutilement. Si l’on considère que la collection a été acquise à la fin du XIXe siècle, le liquide conservateur doit être vraisemblablement à base d’alcool. Le formol n’a été reconnu comme élément de con­ser­vation qu’en 1893 (Péquignot et al., 2011). En re­vanche, la con­centration du fluide demeure in­con­nue. D’ailleurs, dans un passé récent, le travail de restauration de certaines pièces endommagées a per­mis de confirmer la présence d’alcool dans les fioles (Hortault, communication personnelle). Les informations con­cer­nant le volume total de la flûte, le niveau du liquide à l’intérieur et la couleur du fluide, ainsi que la présence de débris, ont été consignées dans la mesure du possible. L’état de conservation des « Étiquettes » présentes a été réalisé, ainsi que celui du « Support » regroupant plusieurs éléments (plaque, liens et éléments de fixation) qui peuvent être autant de causes de dégradation. Enfin, la « Conservation du spécimen  » prend en compte la préservation de sa couleur originelle, son degré d’immersion dans le fluide, les déformations du corps, les dégradations et son intégrité.

Grille de constat d’état du spécimen Fric2011.8 choisi comme exemple.

Grille de constat d’état du spécimen Fric2011.8 choisi comme exemple.

18Dans leur ensemble, les spécimens sont remarquablement bien conservés. Seul le squelette d’aiguillat est entièrement dégradé à l’intérieur de sa flûte lutée à la vessie de porc, ce qui laisse penser à un problème de fixation du matériel biologique à l’atelier Frič. La dissection du système nerveux du lézard vert présente un début de dégradation. La conservation des cou­leurs des animaux est acceptable bien que ces der­niers soient ternis. Concernant le contenant, vingt spé­cimens sont encore dans leur flûte d’origine. Parmi eux, seuls treize montrent encore le lutage ancien à la ves­sie de porc. Les autres ont été manipulés à des mo­ments indéterminés et relutés par la suite à la paraf­fine, au goudron ou au silicone transparent. Une bon­ne partie des exemplaires présente une diminution du ni­veau de remplissage du fluide, indiquant une faible ef­ficacité du lutage ou des fissures sur le contenant. Dans le cas le plus extrême, celui du squelette de salamandre, la totalité du liquide est perdue et l’échantil­lon est resté à sec bien que conservé.

19Les étiquettes disposées à l’intérieur de la flûte sont toutes en très bon état de conservation. Une seule est décollée du support en verre. Par contre, les étiquettes apposées sur la jarre sont moins bien préservées. Beau­coup sont brunies, parfois illisibles, sous l’action des UV. Certaines étiquettes de l’inventaire de la Sor­bonne s’effritent, ce qui peut être dû à des variations du taux d’humidité relative.

Les restes du squelette d’aiguillat à l’intérieur d’une flûte lutée à la vessie de porc

Les restes du squelette d’aiguillat à l’intérieur d’une flûte lutée à la vessie de porc

© UPMC/Guillaume Oses

Le début de dégradation au niveau de l’œil droit du lézard vert (Fric2011.11) disséqué pour mettre en évidence son système nerveux.

Le début de dégradation au niveau de l’œil droit du lézard vert (Fric2011.11) disséqué pour mettre en évidence son système nerveux.

© UPMC/Guillaume Oses

Un nouvel avenir

20D’une façon générale, mise à part la dispersion (six échantillons Frič ont été retrouvés à l’université Di­derot, ancienne université Paris 7), les deux types d’intervention qu’ont pu subir les échantillons objets de cette étude sont jusqu’à présent le transfert du spécimen dans un nouveau récipient et le renouvellement du fluide de conservation. Malgré l’élaboration de normes concernant la conservation des collections en fluide (Moore, 1999), leur application au quotidien est toute­fois difficile (moyens, personnel, place, utilisation des collections…). Si aucune restauration n’est à prévoir, par contre un protocole de gestion s’avère in­contournable. Le fait que les échantillons Frič soient encore utilisés pour l’enseignement, plus de cent ans après leur création, prouve leur qualité pédagogique voulue par Frič lui-même. L’usage courant de l’objet devient alors préjudiciable à la conservation de ses aspects patrimoniaux.

21Même si dans notre cas les spécimens ont avant tout une vocation pédagogique, il n’en demeure pas moins qu’ils sont également des objets d’études pour d’au­tres domaines (Ferriot et Lourenço, 2004). En effet, une collec­tion s’enrichit certes par l’acquisition de pièces mais également par son histoire (scientifique, technique ou pé­dagogique) qu’il faut retracer malgré les lacunes documen­taires.

22Cette valeur patrimoniale fait de la collection une source pour l’épistémologie et un objet de recherche en muséologie. Ne pas assurer la conservation des spécimens serait hypothéquer leur valeur polysémique.

23L’élaboration des grilles de recensement et de constat d’état a permis une connaissance approfondie de la col­lection, de son potentiel et de son histoire. Tou­te­fois, comme dans de nombreuses autres universités, une valorisation adaptée de ces pièces se heurte à la politique culturelle de l’établissement. Il y a eu une tentative de fédérer les collections par la mise en place du Pôle Musée et Collections en 2005. Mais cette ini­tiative est aujourd’hui tombée en désuétude, notamment par le manque de moyens alloués pour la gestion des collections à la direction de la Culture de l’UPMC (Andry-Cazin, communication personnelle). L’éta­blis­sement ne fait pas exception au problème d’une politique inconstante des universités au sujet de leur patrimoine, et au danger qu’elle fait planer sur leurs collections. La mise en place de cadres normalisés permettrait une meilleure valorisation de ces collections et instaurerait la reconnaissance par l’État de leur importance. Ce manque est aujourd’hui pallié par des initiatives locales mais reste un frein au développement d’un réseau susceptible de fédérer l’ensemble des établissements autour d’un patrimoine universitaire commun.

Haut de page

Bibliographie

Aragón, S. Las colecciones zoológicas, un útil pedagógico irremplazable, Revista de Museología, n° 27-28, 2003, pp. 54-60.

Aragón, S., Péquignot, A., Morille, Ch-H., Dequaire, A. et Hornault, G. Las colecciones científicas universitarias, un patrimonio en proceso de recuperación, Revista de Museología, n° 38, 2007, pp. 72-80.

Dequaire, A. La collection de zoologie de l’UPMC : collection témoin de l’héritage de l’enseignement du XIXe et du XXe siècles ou collection d’objets prétextes à l’enseignement ? Mémoire de Master de Muséologie, Sciences et Sociétés, Muséum national d’Histoire naturelle, 2006, 102 p.

Ferriot, D. et Lourenco, M. De l’utilité des musées et collections des universités, La Lettre de l’OCIM, n° 93, 2004, pp. 4-16.

Fričč, V. Naturhistorisches Lehrmittel-Institut, Prag, n° 1544.-II, 1914.

Magnien, A., Benoit-Cattin, R., Chamoux, H., Chaplain, C., Corbion, J., Davoigneau, J., Duboy-Lahonde, C., Noël, M. et Pabois, M. Thesaurus des objets mobiliers. Éditions du Patrimoine, 2001, 348 p.

Messiaen, S., Vignes-Lebbe, R. et Aragón, S. La reflexión semántica : primera etapa en el proceso de informatización de una colección universitaria de ciencias naturales con vocación pedagógica, Revista de Museología, n° 43, 2008, pp. 56-65.

Ministère de la Culture et de la Communication, Marquage des collections publiques guide méthodologique : évaluation des produits et procédés de marquage. 2008, 53 p.

Mille, A. La collection Frič de l’UPMC : recensement et constat d’état. Mémoire de Master de Muséologie, Sciences et Sociétés, Muséum national d’Histoire naturelle, 2011, 100 p.

Moore, S. Fluid preservation, in Carter, D. et Walker, A.-K. Care and Conservation of Natural History Collections. Oxford Butterworth-Heinmann, 1999, pp. 92-132.

Morille, Ch-H. Entre usages et Conservation, l’appropriation de la collection zoologique de l’université Pierre et Marie Curie. Master de Muséologie, Sciences et Sociétés, Muséum national d’Histoire naturelle, 2006, 93 p.

Olive, S. La collection de zoologie de l’UPMC : un rapport pédagogique adapté à l’enseignement universitaire ? Mémoire de Master de Muséologie, Sciences et Sociétés, Muséum national d’Histoire naturelle, 2008, 110 p.

Péquignot, A., Sarot, E., Duranthon, F., Pensel, A., et Carillo-Baraglioli, M.-F. Fixation specimen without formalin in natural history collections: Utopia or Reality?, ICOM-CC, 16th Triennial Conference, 2011.

Reiling, H. et Spunarová, T. Václav Frič (1839-1916) and his influence on collecting natural history, Journal of the History of Collections, n° 17, 2005, pp. 23-43.

Waller, R. et Simmons, J. An Exploratory Assessment of the State of a Fluid-Preserved Herpetological Collection, Collection Forum, n° 18, 2003, pp. 1-37.

Haut de page

Annexe

Václav Frič (1839-1916) : Préparateur de pièces d’Histoire naturelle

Étudiant en chimie, passionné d’Histoire naturelle et formé à la taxidermie, Václav Frič s’oriente tout d’abord vers la photographie. Puis il décide de tenter sa chance dans le commerce de pièces d’Histoire naturelle alors en plein essor. Sa boutique, ouverte à Prague dès 1862, est spécialisée dans les préparations à des fins d’enseignement et compte parmi sa clientèle des particuliers, des musées et des universités. Frič propose dans un premier temps autant des pièces géologiques que biologiques réunies au sein de collections dans l’esprit des cabinets d’Histoire naturelle. Par la suite, il se tourne vers l’illustration de disciplines scientifiques telles l’Anatomie comparée, l’Embryologie et la Paléontologie.

La qualité de ses réalisations le fait remarquer et sa réputation dépasse bientôt les frontières de son pays. Sa participation à plusieurs expositions universelles et notamment celles de Paris (1878, 1889) accroît la renommée de son établissement. L’homme tisse tout un réseau de fournisseurs couvrant de nombreux territoires. Il établit aussi des partenariats avec d’autres commerçants comme les Blaschka, maîtres verriers. À son décès, son fils oriente la boutique vers l’En­tomologie jusqu’à sa fermeture en 1958.

Aucune archive relative aux modes de préparation des produits proposés n’a pu être retrouvée. Les derniers témoins des travaux de V. Frič sont désormais dans les collections des musées et universités, disséminés à travers le monde.

Haut de page

Notes

1 Décret du 2 mai 2002 (Journal Officiel du 05/05/02) pris en application de la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France définissant l’inventaire des biens d’un musée de France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les salles des collections de Zoologie de l’université Pierre et Marie Curie de Paris
Crédits © Alexandre Mille
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Un échantillon de la collection Frič et un support pédagogique associé permettent d’identifier les différentes structures anatomiques visibles lors de la dissection.
Crédits © Santiago Aragón
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Quelques éléments caractéristiques de pièces Frič dites « originales ».
Crédits © UPMC/Guillaume Oses
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-3.png
Fichier image/png, 129k
Titre Exemple développé de l’information concernant le spécimen Fric2011.8 contenu sur la grille de recensement (partie I).
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Grille de constat d’état du spécimen Fric2011.8 choisi comme exemple.
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Les restes du squelette d’aiguillat à l’intérieur d’une flûte lutée à la vessie de porc
Crédits © UPMC/Guillaume Oses
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Le début de dégradation au niveau de l’œil droit du lézard vert (Fric2011.11) disséqué pour mettre en évidence son système nerveux.
Crédits © UPMC/Guillaume Oses
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1184/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Mille, Amandine Péquignot et Santiago Aragón, « La gestion d’une collection zoologique en fluide », La Lettre de l’OCIM, 145 | 2013, 25-32.

Référence électronique

Alexandre Mille, Amandine Péquignot et Santiago Aragón, « La gestion d’une collection zoologique en fluide », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 145 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://ocim.revues.org/1184 ; DOI : 10.4000/ocim.1184

Haut de page

Auteurs

Alexandre Mille

Alexandre Mille est étudiant en Master de Muséologie Sciences, Cultures et Sociétés, au Muséum national d’Histoire naturelle.

Amandine Péquignot

Amandine Péquignot est maître de conférences, UMR 208 Patrimoines locaux au Muséum national d’Histoire naturelle, département Hommes, Natures, Société

Articles du même auteur

Santiago Aragón

Santiago Aragón est maître de conférences à l’université Pierre et Marie Curie à Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org