Navigation – Plan du site

La complétude des spécimens et les processus de conservation

Alexis Martin et Jacques Cuisin
p. 19-28

Résumé

À partir de l’analyse statistique des données d’inventaire des collections anatomiques du Muséum national d’Histoire naturelle, cette contribution propose une étude des facteurs de conservation qui affectent la complétude des spécimens dans les collections ostéologiques.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le domaine de l’Histoire naturelle, la notion de « complétude » répond à l’enjeu d’exploitabilité même des collections de spécimens. L’utilisation scientifique des animaux naturalisés ou préparés de diverses manières s’inscrit dans l’héritage scientifique de l’anatomie comparée de la fin du XVIIIe siècle, qui fait de l’étude des « séries » d’objets, plus que des objets eux-mêmes, le socle de l’interprétation rationaliste de la diversité du vivant.

2La nécessité de pouvoir s’appuyer sur des séries «  complètes » est une contrainte incontournable, qu’il s’agisse de travaux de systématique, de biogéographie, d’archéo­zoologie, de paléontologie ou d’écologie. Nous pouvons citer par exemple la nécessité pour l’écologue de posséder en collection des représentants de tous les ta­xons présents dans une même aire d’étude, ou, à l’inverse, de posséder pour un même taxon des spécimens en provenance de toute son aire de répartition. L’im­portance de la complétude se révèle également pour le systématicien dont le travail s’appuiera nécessairement sur l’étude de séries exhaustives de spécimens de tous les taxons connus au sein d’un même groupe classifié.

3La complétude peut également s’évaluer à l’échelle du spécimen du point de vue anatomique. Ce facteur est déterminant pour les collections ostéologiques. Composé de plusieurs centaines d’os, les squelettes de vertébrés impliquent pour le conservateur des en­jeux tout à fait spécifiques. Si les objets individuels, les os, sont relativement robustes et physiquement fa­ciles à conserver, il n’en est pas de même pour la di­mension « documentaire » qu’induit leur mise en co­hérence. Séparé du reste du squelette, un os perdu n’aura ainsi plus aucun intérêt car il sera impossible d’en tirer la moindre information scientifique exploitable. Un squelette trop partiel verra également son exploitabilité amoindrie. Ces enjeux sont d’autant plus importants que les risques de pertes sont multiples dans la vie d’une collection (Bello et al., 2003).

Organisation générale du squelette et localisation des parties anatomiques

Organisation générale du squelette et localisation des parties anatomiques

Source de l’image : infographie d’après «  Mammifères Pl. 4 », Atlas Zoologique du Voyage de la corvette La Bonite, 1853, Wikimedia Commons)

4Le travail que nous présentons s’appuie sur l’étude des collections ostéologiques du Muséum National d’His­toire Naturelle à Paris. Nous avons analysé statistique­ment une partie des résultats d’inventaires anatomi­ques exhaustifs que nous avons réalisés dans deux collections historiques de l’établissement. À partir de ces résultats, nous proposons une interprétation et nous essayons de comprendre quels sont les facteurs de conservation qui peuvent permettre d’expliquer l’intégrité anatomique des spécimens.

Hypothèses de travail

5La première hypothèse que nous souhaitons tester est celle d’une corrélation entre l’ancienneté des sque­lettes et leur complétude. Il est raisonnable de suppo­ser que plus un squelette sera ancien, moins il se­ra complet du fait de l’accumulation dans le temps des risques de pertes d’éléments, lors des consultations ou lors des travaux de conservation eux-mêmes (dé­placements, reconditionnements).

6Nous souhaitons également vérifier un lien éventuel entre la dimension physique des squelettes et le de­gré de complétude. Deux présupposés peuvent être opposés l’un à l’autre. Un squelette de plus grande taille pour­rait avoir une plus grande probabilité d’être plus complet, ses constituants étant moins faciles à égarer. À l’inverse, il est raisonnable d’envisager qu’un sque­lette de plus petite taille sera en règle générale globalement plus complet qu’un squelette de grande taille, car plus facilement et plus souvent rassemblé en un conditionnement unique garantissant son uni­té de rangement.

7La troisième hypothèse est celle du lien entre le mode de préparation et le degré de complétude. Deux ty­pologies existent. La préparation dite en «  connexion ligamentaire » est obtenue par un long et fin travail de dissection au scalpel. Le préparateur retire toutes les parties carnées d’un cadavre frais, et conserve le squelette avec tous ses tissus connectifs. Les os restent alors tous reliés entre eux par les ligaments, sé­chés une fois la préparation terminée. À l’inverse, il est possible de préparer un squelette « en vrac ». Le processus de préparation fait intervenir la digestion enzymatique des tissus et permet de ne conserver que les os. Tous les tissus mous, y compris les ligaments, sont détruits. Les os sont alors entièrement dé­solidarisés les uns des autres. L’observation des spécimens permet de voir que les squelettes en con­nexion ligamentaire sont en général, et logiquement, globalement plus complets que leurs homologues en vrac. Nous souhaitons vérifier l’hypothèse et mesurer le phénomène d’un point de vue statistique.

Un squelette incomplètement préparé, dont certains segments ont été laissés en connexion ligamentaires. Le risque de perte de petits éléments est moindre, celui de bris est augmenté par la rigidité de l’ensemble, la place de stockage nécessaire augmente, ici à cause de la colonne vertébrale entièrement connectée.

Un squelette incomplètement préparé, dont certains segments ont été laissés en connexion ligamentaires. Le risque de perte de petits éléments est moindre, celui de bris est augmenté par la rigidité de l’ensemble, la place de stockage nécessaire augmente, ici à cause de la colonne vertébrale entièrement connectée.

© J. Cuisin

Un squelette en déconnexion ligamentaire, aussi dit « en vrac  ». Les différents éléments, séparés, se prêtent plus facilement à la perte. Le bris est plus rare, la place de stockage est réduite.

Un squelette en déconnexion ligamentaire, aussi dit « en vrac  ». Les différents éléments, séparés, se prêtent plus facilement à la perte. Le bris est plus rare, la place de stockage est réduite.

© J. Cuisin

8L’étude a également pour objectif de vérifier la persis­tance et l’incidence des différents facteurs susceptibles d’affecter la complétude (anatomie, historique conservatoire, dimension des spécimens), au sein de collections de taxons différents, toutefois suffisamment proches pour être comparables. Enfin, l’étude a pour but d’analyser tous ces facteurs à l’échelle de la complétude globale des squelettes ainsi qu’à celle de différentes sous-régions anatomiques cohérentes. Nous souhaitons alors vérifier si des parties sont plus ou moins sensibles que d’autres aux différents facteurs testés.

Matériels et méthodes

9L’étude est fondée sur l’analyse statistique des résultats d’inventaire de deux sections complètes des collections ostéologiques des laboratoires d’Anatomie Com­parée et de Zoologie Mammifères et Oiseaux du Muséum na­tional d’Histoire naturelle (Martin, 2005). L’inventaire a été conduit dans le cadre du chantier de rénovation des collections de l’établissement, impliquant une opé­ration conjointe de reconditionnement individuel des spécimens (Cuisin et al., 2006).

Les données

10Parmi les données disponibles que nous avons re­cueil­lies lors du chantier, nous avons retenu pour notre analyse celles des squelettes complets ou partiels de la collection des mammifères du groupe des carnivores dits « de petite et de moyenne taille », ainsi que celles de la collection des lacertiliens (lézards). Les nombreux spécimens uniquement constitués du crâne ne sont pas retenus dans le corpus d’étude.

11Les deux séries analysées présentent l’intérêt d’être cha­cune homogène en tant qu’entité de collection, du point de vue de leur passé conservatoire et de leur utilisation. De plus, les squelettes de ces deux groupes sont distribués suivant des classes de tailles similaires. Ils sont également comparables au plan de la complexité et de la composition anatomique. En­fin, les utilisateurs de ces collections sont différents étant donné le cloisonnement disciplinaire lié à la systématique.

12La comparaison des analyses menées indépendamment sur ces deux suites de données permettra ainsi de corroborer les différentes interprétations ou au con­traire de les différencier.

13Nous n’avons pas retenu d’autres jeux de données dis­ponibles, constitués lors d’inventaires complets que nous avons effectués en parallèle pour les be­soins du chantier de rénovation. Les collections de mammi­fères du groupe des artiodactyles sont composées de spécimens de très grande taille et impliquent des con­ditions de conditionnement et de stockage totalement différentes. Les collections d’ophidiens (serpents) sont constituées de squelettes de dimensions comparables aux lacertiliens, et partagent un même historique de conservation et d’exploitation. Néan­moins, la complexi­fication ostéologique différente d’un groupe à l’autre ne permet pas de les comparer suivant leur complétude  : les lacertiliens sont des ani­maux tétrapodes, tandis que les squelettes des ophi­diens sont constitués d’un crâne et d’un squelette axial.

L’examen des collections

14Lors de l’inventaire, chaque squelette fait l’objet d’un examen complet. Nous enregistrons et vérifions le taxon, ainsi que le détail ostéologique en déterminant tous les os présents (Martin, 2005). Nous no­tons la présence ou l’absence de chacun pour l’intégralité des os crâniens externes, les deux premières ver­tèbres cervicales, le sacrum, les os des ceintures scapulaire et pelvienne, les rotules, ainsi que les os dits « longs  » des quatre membres. Pour certaines régions du squelette nous effectuons des regroupements typologiques et spa­tialisés, et nous notons la présence en totalité, la présence partielle ou l’absence : les vertèbres cervicales, dorsales et cau­dales, les côtes, ainsi que les basipodes (carpes et tarses), métapodes (métacarpes et métatarses) et acropodes (phalanges) de chaque membre.

15Les données non biologiques utiles à la conservation et à la gestion des collections sont également re­cueil­lies lors de l’inventaire. Nous retiendrons parmi ces in­formations trois variables dont la relation avec la com­plétude sera analysée.

16La référence du produit utilisé pour le reconditionnement de chaque spécimen est ainsi enregistrée. En connaissant le volume de chacun des conditionnements normalisés que nous utilisons, il nous est alors possible d’obtenir une approximation du volume individuel des squelettes. La normalisation nous permet en outre de profiter d’une série de classes de tailles régulières et identiques dans les deux collections ana­lysées, autorisant ainsi les comparaisons.

17Le numéro de catalogue de chaque spécimen est également enregistré. Cet identifiant millésimé est composé de l’année d’inscription du squelette en collection et d’un incrément régulier d’une unité pour cha­que spécimen rentré la même année. Il est ainsi possible, grâce à cet identifiant, d’extraire l’année d’entrée de chaque squelette et de posséder une variable liée à son ancienneté en tant qu’objet de collection.

18Enfin, le type de préparation est mentionné lors de l’inventaire : nous spécifions la présence ou non des connexions ligamentaires.

Le traitement des données

19Au total, l’étude implique l’examen et la détermination d’environ 140 000 pièces ostéologiques, provenant de squelettes inscrits au catalogue entre les an­nées 1840 et 2006.

20Les données recueillies sur les carnivores constituent une matrice de 327 spécimens qualifiés par 72 descripteurs ostéologiques de présence/absence, un ta­xon et trois variables qualitatives, soit l’enregistrement de 24 852 variables. Les données recueillies sur les la­certiliens constituent une matrice similaire de 397 spé­cimens qualifiés par 106 descripteurs anatomi­ques, soit l’enregistrement de 43 670 variables.

21Au sein de chaque matrice et pour chaque spécimen, nous calculons alors un pourcentage de complétude de quatre régions anatomiques : le crâne, les ceintures, les os longs et les autopodes (ensemble formé des tarses/

22carpes, métatarses/métacarpes et des phalanges).

23Pour ces derniers, par sous-groupe anatomique (carpes/tarses, métacarpes/métatarses, phalanges) et par membre (antérieur et postérieur, droit et gauche), nous attribuons 0 % en cas « d’absence », 100 % en cas de « présence complète » et 50 % en cas de « pré­sence partielle ». Le pourcentage de complétude des autopodes est ensuite obtenu par une moyenne des 12 valeurs enregistrées (trois sous-groupes anatomi­ques pour quatre membres).

24Ce pourcentage contient donc l’approximation de l’attribution de 50 % aux autopodes partiels. Mais l’approximation n’amplifie ni ne minimise la complétude à l’échelle du lot de données, car on lui attribue une valeur centrale. Les valeurs de « 0 % » et «  100  %  », qui concernent en outre la grande majorité des spécimens, sont des valeurs exactes.

25Pour le crâne, les ceintures et les os longs, le pourcentage de complétude est un indice exact, l’inventaire étant conduit de façon exhaustive, avec un en­registrement os par os.

Squelette monté. Ce type de préparation se prête à une érosion des extrémités, qui affecte la complétude.

Squelette monté. Ce type de préparation se prête à une érosion des extrémités, qui affecte la complétude.

© J. Cuisin

L’analyse statistique

26Le pourcentage de complétude globale de chaque squelette est obtenu ensuite par la moyenne des complé­tudes des quatre différentes régions, qui contribuent donc à égalité au calcul. L’approximation pour l’enregistrement des autopodes partiels introduit une erreur maximale théorique de plus ou moins 4 % dans le calcul de la complétude globale (l’autopode est l’extrémi­té des membres chez les vertébrés tétrapodes, qui s’organise en 3 parties : basi-, méta- et acropode, soit tarse ou carpe, métacarpiens ou -tarsiens, et phalanges). Pour limiter le biais potentiel à ce chiffre, nous faisons le choix de ne pas conserver dans l’analyse l’enregistrement des côtes et des vertèbres, également approximé lors de l’inventaire pour des questions de faisabilité technique.

27Nous observons ensuite la distribution de chaque sé­rie de données et effectuons des analyses statisti­ques à l’aide du logiciel R (R Development Core Team, 2008). L’étude préalable des effectifs, de la normalité et de la variance des distributions nous permet de choisir les tests statistiques appropriés.

28Pour tester l’influence du facteur « ancienneté » sur la complétude, nous testons au sein de chaque série la corrélation linéaire entre l’année d’inscription au catalogue et le pourcentage de complétude globale de chaque spécimen.

29Pour tester l’influence du facteur « volume », nous testons au sein de chaque série la corrélation entre la dimension du conditionnement et le pourcentage de complétude globale.

30Suivant leur réussite, les tests de corrélation sont dé­clinés aux sous-régions anatomiques définies plus haut. Étant donné l’utilisation de variables discontinues com­me facteurs, nous retenons l’utilisation du test de cor­rélation de Spearman (Spearman, 1910).

31Pour tester l’influence du facteur « préparation », nous comparons entre elles au sein de chaque taxon les distributions de pourcentages de complétude selon la présence ou non des connexions ligamentaires. La taille des échantillons nous permet d’utiliser le test de Student (Gosset, 1908).

32Nous testons l’hypothèse unilatérale d’une complétude supérieure chez les spécimens en connexion ligamentaire, au niveau global et dans chacune des sous-régions du squelette.

33Le test est ajusté selon l’égalité ou non de la variance des distributions comparées.

Résultats

Influence du facteur année

34Les données ne permettent pas d’observer une tendance générale dans l’évolution de la complétude anatomique actuelle des spécimens selon leur année d’inscription en collection, que ce soit pour les carnivores ou pour les lacertiliens.

35Cette observation se trouve en outre corroborée par l’analyse statistique. Les résultats des tests indiquent en effet, avec une pro­babilité d’erreur extrêmement faible dans les deux cas, qu’il n’existe pas de corrélation significative liant ancienneté de l’inscription en collection et complétude des squelettes. La valeur de la p-value ob­tenue pour chacun des tests statistiques indique la va­leur de cette probabilité, calculée sur la base de la struc­turation mathématique du jeu de données récolté. Pour les carnivores, la p-value de 0,7983 traduit le fait qu’il y a 79,83 % de chances de se tromper, au plan statistique, en affirmant l’hypothèse que la complétude et l’année d’inscription sont corrélées mathématiquement. Pour les lacertiliens, les chances de se tromper en ad­mettant l’hypothèse de cette mê­me corrélation sont éva­luées à 42,25 % (p-value  = 0,4225). Classiquement, on considère dans le domaine scientifique qu’un test statistique est rejeté si la valeur de la p-value est supérieure à 5 % soit 0,005. Dans notre cas, l’hypothèse d’une corrélation peut donc être rejetée sans hésitation.

Influence du facteur volume

36Les données permettent en revanche d’observer une progression importante de la complétude anatomi­que globale avec l’accroissement du volume individuel des squelettes, pour les carnivores et pour les lacertiliens, quel que soit le type de préparation.

37Chez les carnivores, la complétude varie ainsi en moy­enne de 5 à 25 % seulement avec les plus petits spécimens (135 cm3), selon la préparation, pour attein­dre une fourchette de 63 à 80 % avec les squelettes les plus grands (8 640 cm3). Chez les lacertiliens, la complétude moyenne varie d’une fourchette basse de 25 à environ 50 % chez les petits animaux, pour atteindre 75 % avec les plus grands (en connexion ligamentaire).

38Les tests statistiques confirment en outre une corrélation linéaire importante et fortement significative, tant pour les carnivores que pour les lacertiliens.

39Déclinés à chacune des régions squelettiques, les tests montrent également que cette corrélation est similaire en force et en significativité pour les différentes parties de chaque spécimen, dans les deux ensembles taxinomiques.

40Les valeurs de p-value des tests statistiques, pour tous les taxons et pour toutes les parties anatomiques, sont ainsi toujours proches de 0. Elles indiquent que la probabilité de se tromper en affirmant l’hypothèse d’une corrélation entre volume et complétude est quasi-nulle dans les différents cas. Une valeur de p-value non seulement inférieure à 5 % mais également proche de zéro témoigne en outre de la forte significati­vité du phénomène de corrélation révélé par le test.

41La valeur de la statistique rho indique elle la force et la direction de la corrélation linéaire mise en évidence. Cet indice peut varier de zéro à un et être positif ou négatif. Pour les carnivores, les valeurs positives de rho de 0,4466 pour le test global et de 0,29 à 0,43 pour les sous-régions témoignent d’une corrélation positive et relativement forte : elles indiquent que la complétude augmente, et de manière relativement importante, quand on augmente le vo­lume du spécimen, pour chaque squelette dans son ensemble et pour chaque partie anatomique prise séparément. Les valeurs de rho permettent de con­clure de manière identique pour les lacertiliens, avec un résultat du test global de 0,2936 et des valeurs de 0,22 à 0,37 pour le même test appliqué aux sous-groupes anatomiques.

Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).

Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).

Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).

Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).

Influence du type de préparation

42L’observation montre que les spécimens préparés en connexion ligamentaire sont en moyenne globalement plus complets que les squelettes préparés en déconnexion, aussi bien chez les carnivores que chez les la­certiliens, quelle que soit la classe de taille concernée.

43Chez les carnivores et selon les classes de taille, la com­plétude des spécimens préparés en connexion ligamentaire est ainsi supérieure de 10 à 23 % en moyenne.

44Chez les lacertiliens, la complétude des squelettes pré­parés en connexion peut être de quelques points su­périeure à celle des spécimens en déconnexion, ou jusqu’à 27 % supérieure en moyenne chez les animaux les plus petits.

45L’analyse statistique appliquée à chaque région du squelette permet en outre d’affiner le résultat.

46Les tests montrent ainsi que les squelettes préparés en connexion ligamentaire sont significativement plus complets au niveau des autopodes, des os longs et des ceintures, dans les deux groupes. Pour les carnivores et les lacertiliens, et pour ces différents sous-groupes anatomiques, la p-value proche de zéro indique que la probabilité de se tromper est quasi-nulle en affirmant l’hypothèse que la moyenne de la complétude des spécimens préparés en connexion ligamentaire est significativement supérieure.

47Les crânes des lacertiliens sont également significativement plus complets lorsque les ligaments sont con­servés. La p-value du test est proche de zéro et in­di­que ainsi que la probabilité de se tromper est très faible si l’on retient l’hypothèse d’une complétude supérieure des crânes en préparation ligamentaire.

48En revanche, la présence des connexions n’influence pas la complétude des crânes de carnivores. Le test entraîne une p-value de 0,1143 soit un risque de 11,43  % de chances de se tromper en affirmant que les crânes des mammifères préparés en connexion ligamentaire sont significativement plus complets. Cette valeur est supérieure au seuil généralement admis de 5 % et nous amène donc à rejeter l’hypothèse.

Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).

Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).

Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).

Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).

Discussion

49La complétude des squelettes ne semble pas liée à l’ancienneté de leur inscription en collection. Il est possible de formuler deux hypothèses à partir de ce constat.

50Tout d’abord, les résultats pourraient indiquer que les pertes éventuelles et les dégradations liées à l’uti­li­sation des spécimens lors des consultations ou aux travaux de conservation ne s’accumuleraient pas dans le temps de façon significative. Ceci peut témoigner soit de l’efficacité des mesures de conservation sur la col­lection étudiée, soit du fait que le facteur «  ancienneté » serait en soi négligeable du point de vue de la com­plétude anatomique. Dans ce cas de figure, l’étude in­diquerait que la mise à disposition et la con­sultation pourraient être considérées comme des étapes peu pro­pices à la perte de constituants squelettiques.

51La seconde hypothèse tient à celle d’un biais possible de l’étude. En effet, le facteur « ancienneté » est directement lié à la nature du spécimen : sauvage ou issu de captivité. L’implication en termes d’exploitation diffère : les spécimens anciens sont en général peu documentés, mais correspondent parfaitement à la demande des exploitants en systématique ou archéozoologie, par exemple. À l’inverse, les spécimens plus récents sont très bien documentés, mais peuvent être délaissés au motif qu’ils ont subi une période plus ou moins longue de captivité. Le facteur « quantité d’utilisations » est corrélé, quoique de manière non linéaire, à ce point. Il en résulterait que l’année d’inscription des spécimens au catalogue ne saurait pas forcément constituer une variable de contrôle pertinente pour mesurer l’impact dans le temps de l’exploitation de la collection, sur les pertes et les dégradations subies par les objets.

52Le facteur « volume » est en revanche clairement identifié comme particulièrement déterminant : les squelettes de plus grande taille sont en moyenne beau­coup plus complets que les squelettes de petite taille, de façon très significative, et suivant une courbe de croissance régulière.

53En outre, le facteur volume est déterminant indépen­damment de toutes les autres mesures de con­trôle retenues pour l’étude :

  • les squelettes de plus grande taille sont plus complets quels que soient le taxon et le type de préparation,

  • prises une à une, toutes les régions du squelette sont également significativement plus complètes chez les spécimens de plus grande taille.

54Le type de préparation impacte également la complétude. La conservation des connexions ligamentaires est ainsi déterminante et accroît sensiblement la complétude de toutes les régions squelettiques incluant une grande quantité d’éléments individuels. C’est le cas des crânes de lacertiliens et de toutes les régions post-crâniennes de tous les taxons. En revanche, le type de préparation n’est pas déterminant pour les crânes de carnivores, dont les os sont principalement soudés entre eux et constituent ainsi des ensembles unitaires. De plus, nous pouvons noter que la présence des connexions n’est pas significativement plus impactante pour la complétude des autopodes qu’elle ne l’est, par exemple, pour les os longs, pourtant moins nombreux et plus facilement identifiables.

Vue générale de la salle dite « de la Girafe », où sont stockés la grande majorité des spécimens de petite et moyenne taille : tout est fait pour que la complétude des spécimens soit respectée.

Vue générale de la salle dite « de la Girafe », où sont stockés la grande majorité des spécimens de petite et moyenne taille : tout est fait pour que la complétude des spécimens soit respectée.

© J. Cuisin

55L’importance de la présence des connexions ligamen­taires semble donc moins liée à la complexité des parties du squelette qu’au simple fait de la con­nectivité ostéologique elle-même.

56Enfin, la conjonction des résultats des tests statisti­ques nous permet de situer l’impact des facteurs signi­ficatifs au sein des étapes successives de la vie de la collection.

57Si le test de corrélation entre le facteur année et la complétude s’était avéré être le seul significatif, les facteurs impactants n’auraient pu être identifiés, mais auraient pu être néanmoins situés après l’inscription des squelettes au catalogue.

58Si les risques de pertes liés à la taille du squelette ou l’absence des tissus connectifs étaient bien les facteurs explicatifs de la complétude, mais liés à la con­sultation des pièces, les phénomènes se seraient am­plifiés dans le temps et auraient transmis un signal statistique mesurable par une corrélation significative entre le facteur année et la complétude.

59Dans notre cas d’étude, sous réserve de la possibilité du biais évoqué au début de cette section de discussion, les facteurs volume et type de préparation ne s’ac­cumuleraient pas dans le temps et impacteraient donc la complétude avant la consultation des squelettes, et donc avant leur inscription au catalogue.

60Cet ensemble de résultats et d’observations permet alors d’envisager l’hypothèse globale suivante : l’étape de la préparation des spécimens est probablement la plus importante et la plus impactante pour la complétude anatomique des spécimens ; suivant cette hypo­thèse, la phase de conservation serait, pour le critère de complétude strictement, beaucoup moins sensible.

61Dans notre cas d’étude, il est ainsi très probable que le taux de complétude des spécimens s’explique plus facilement à l’issue du processus de préparation, plu­tôt qu’au moment de leur inscription en collection (les deux étapes peuvent être séparées d’un temps variable).

62La préparation en connexion ligamentaire permet en effet de conserver une unité physique des squelettes, de la dissection jusqu’au conditionnement, et ainsi de limiter très fortement les risques de perte d’éléments. En outre, ce mode de préparation implique une attention importante et exclusive du préparateur pour son spécimen. Enfin, la conservation des connexions est obtenue par un travail de dissection qui limite « l’abandon » des spécimens préparés dans des solutions di­verses de traitement, ainsi que la multiplication des étapes où le spécimen est déplacé.

63En revanche, la préparation sans la conservation des connexions est obtenue par un processus rationalisé et standardisé, beaucoup plus complexe, impliquant la multiplication des étapes du traitement et du nombre de spécimens traités en une même session de travail.

64Les phases de découpe, de traitement enzymatique, de rinçages multiples mettant en œuvre des filtres, de dégraissage, puis de séchage entraînent ainsi la multiplication des transferts de spécimens en cours de préparation d’un récipient à un autre, augmentant d’autant les risques de pertes d’os qu’ils sont dé­solidarisés après l’étape de traitement enzymatique.

65Enfin la détectabilité des éléments selon leur taille sera le facteur le plus déterminant. Les risques de pertes d’objets lors de la préparation, en connexion ligamentaire ou non, seront d’autant plus grands que les squelettes seront de petite taille. L’étude et la vérification statistique démontrent, de façon solide, l’im­portance de ce critère.

66La conséquence de cette donnée peut être traduite en approche préventive, non seulement de la con­servation, mais aussi de la préparation : préparer en sorte que le produit fini sera le plus complet possible pour une valorisation optimale permet d’anticiper certaines étapes potentiellement plus risquées en termes de pertes. Il y a en effet une augmentation des risques de pertes d’une part lors des différents rinçages, qui font appel à de l’eau courante ou coulante, et d’autre part lors des périodes de séchage, lorsque le spécimen est laissé pendant un temps plus ou moins long de manière isolée mais à l’air libre et sans élément recouvrant.

67À la suite de la préparation, le stockage est lui aussi source de pertes, surtout pour les spécimens de pe­tite taille (vertébrés de moins de 12 cm de long lors­que vivants, par exemple). Les plus petits os ne sont pas ai­sé­ment distinguables à l’œil nu (on pense à des carpes ou tarses de musaraignes, peu discernables de grains de graviers en première approche…). Il importe de prévenir cette perte par confusion via l’emploi de tubes ou de sachets transparents non électrostatiques et d’é­paisseur suffisante, ces premiers contenants eux-mê­mes disposés dans des boîtes elles aussi en matière transparente. De manière générale, on privilégiera tou­­jours la transparence des contenus afin de pouvoir ef­fectuer une forme de contrôle à vue en permanence.

68Lors de la consultation et de la manipulation des spé­ci­mens, les étapes de sortie et de remise du squelette dans le conditionnement sont également à considérer, pour faire face au risque de pertes par jaillissement hors du contenant. Il sera recommandé de travailler avec des plateaux à rebords, des cuvettes à fond plat, en am­biance contrastée (fond des plateaux de couleur sombre tel un gris bleu foncé permet de repérer les petits os… et les graviers !). Prévoir un temps suffisant pour la manipulation des spécimens en plus de celui dévolu à leur seul examen, a fortori en cas de travail sur des grandes séries, permettra de pallier à peu près complè­tement les risques de pertes à l’échelle de chaque séance.

Exemple de stockage après inventaire informatique et conditionnement complet

Exemple de stockage après inventaire informatique et conditionnement complet

© J. Cuisin

Conclusion

69Notre étude a permis de mettre en évidence et, pour la première fois, de mesurer l’influence de certains facteurs de conservation sur la complétude anatomique des spécimens des collections ostéologiques. Pour les conservateurs, ces résultats pourront contribuer à l’élaboration de stratégies efficaces de maximisation du degré d’intégrité des collections dont ils ont la charge. En tenant compte du volume des pièces, suivant les classes de taille présentées ici, il est par exemple possible d’envisager le travail de préparation ostéologique de manière différenciée, en l’organisant selon les risques que nous avons pu expliciter.

70De plus, notre travail pourrait être corroboré en reproduisant l’approche au sein d’autres collections ostéologiques, voire en appliquant la méthode à des collections d’une typologie totalement différente mais pouvant toutefois impliquer des problématiques similaires. L’analyse pourrait également être testée avec d’au­tres groupes taxonomiques. Enfin, l’étude de la notion de complétude pourrait être étendue à d’autres champs, comme par exemple la complétude systématique, la complétude typologique, la complétude géographique ou encore la complétude documentaire.

71La question de la relation entre l’ancienneté des collections et la complétude anatomique des spécimens reste également ouverte. Notre étude n’a pas permis d’y répondre fermement faute de disposer de variables de contrôle suffisamment pertinentes. Des investigations supplémentaires pourraient être menées en ce sens, en définissant des variables de contrôle spécifi­ques pour l’ancienneté, pour le nombre cumulé des con­­sultations et pour la quantité cumulée des actions de conservation successives. Une telle étude pourrait être menée sur des collections pour lesquelles ces in­for­ma­tions auraient nécessairement fait l’objet d’une in­for­matisation (date de préparation, informatisation des con­sultations et des prêts, enregistrement des opérations de conservation). Le cas échéant, elle permettrait de vérifier et de mesurer l’éventuel impact des ac­tions intervenant après l’entrée en collection des spécimens.

72Enfin, ce travail montre l’importance et l’intérêt de l’informatisation des collections en donnant un exemple d’une des nombreuses applications possibles, au-delà de la simple consultation ponctuelle des données d’inventaires. L’informatisation détaillée des constats d’état, de même que l’effort d’informatisation des données liées à la gestion des collections, peuvent permettre de produire des corpus de données métriques analysables, autorisant alors des analyses puissantes pour répondre à des questions très concrètes qui se posent aux conservateurs.

Haut de page

Bibliographie

Les auteurs tiennent à remercier Christine Lefèvre et Éric Pellé, respectivement en charge de la collection d’os­téologie et de la préparation des spécimens lors de la réalistion de ce travail.

Bello, S., Thomann, A., Rabino Massa, E. et Dutour, O. Quantification de l’état de conservation des collections ostéoarchéologiques et ses champs d’application en anthropologie, Antropo, n° 5, 2003, pp. 21-37.

Cuisin, J., Bens, A., Martin, A. et Pellé, E. Organiser le stockage de grandes séries : l’exemple des artiodactyles au Muséum national d’Histoire naturelle, Conservation Restauration des Biens Culturels, n° 24, 2006, pp. 21-58.

Development Core Team. A language and environment for statistical computing. Foundation for Statistical Computing, 2008, Vienna, Austria (www.R-project.org).

Gosset, W. The Probable Error of a Mean, Biometrika, vol. 6, issue 1, 1908, pp. 1-25.

Martin, A. La gestion informatisée des collections anatomiques au Muséum National d’Histoire Naturelle, La Lettre de l’OCIM, n° 98, 2005, pp. 21-29.

Spearman, C. Correlation calculated from faulty data, British Journal of Psychology, n° 3, 1910, pp. 271-295.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Organisation générale du squelette et localisation des parties anatomiques
Crédits Source de l’image : infographie d’après «  Mammifères Pl. 4 », Atlas Zoologique du Voyage de la corvette La Bonite, 1853, Wikimedia Commons)
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Un squelette incomplètement préparé, dont certains segments ont été laissés en connexion ligamentaires. Le risque de perte de petits éléments est moindre, celui de bris est augmenté par la rigidité de l’ensemble, la place de stockage nécessaire augmente, ici à cause de la colonne vertébrale entièrement connectée.
Crédits © J. Cuisin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Un squelette en déconnexion ligamentaire, aussi dit « en vrac  ». Les différents éléments, séparés, se prêtent plus facilement à la perte. Le bris est plus rare, la place de stockage est réduite.
Crédits © J. Cuisin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Squelette monté. Ce type de préparation se prête à une érosion des extrémités, qui affecte la complétude.
Crédits © J. Cuisin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant l’année de leur inscription en collection (les données sont représentées ici moyennées par décennie, pour plus de lisibilité).
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Complétude ostéologique des squelettes de carnivores suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Complétude ostéologique des squelettes de lacertiliens suivant leur volume (▲ préparation en déconnexion, ■ préparation en connexion ligamentaire).
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Vue générale de la salle dite « de la Girafe », où sont stockés la grande majorité des spécimens de petite et moyenne taille : tout est fait pour que la complétude des spécimens soit respectée.
Crédits © J. Cuisin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Exemple de stockage après inventaire informatique et conditionnement complet
Crédits © J. Cuisin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1210/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Martin et Jacques Cuisin, « La complétude des spécimens et les processus de conservation », La Lettre de l’OCIM, 146 | 2013, 19-28.

Référence électronique

Alexis Martin et Jacques Cuisin, « La complétude des spécimens et les processus de conservation », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 146 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ocim.revues.org/1210 ; DOI : 10.4000/ocim.1210

Haut de page

Auteurs

Alexis Martin

Alexis Martin est chargé de projet au sein de l’UMR BOREA du Muséum national d’Histoire naturelle. alexis.martin@mnhn.fr

Jacques Cuisin

Jacques Cuisin est responsable de la plateforme de Préparation/Restauration au Muséum national d’Histoire naturelle. cuisin@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org