Navigation – Plan du site
Articles

Le son à portée de mains

Sound within touch
Caroline Jules
p. 5-11

Résumés

Rendre accessible le musée de la Musique aux personnes déficientes malvoyantes ou non-voyantes, rien de plus facile a priori. Cependant, au-delà de l’écoute musicale et de la manipulation d’instruments nécessitant la présence d’un conférencier, quelles solutions proposer à ce public en visite libre ? À travers la présentation d’un cas concret, voici un exemple de démarche possible que les concepteurs souhaitent proposer à ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure d’un parcours tactile.

Haut de page

Texte intégral

Musée et handicap visuel, les apports de la loi de 2005

1La loi du 11 février 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » marque bien sûr un tournant dans l’engagement des lieux culturels puisqu’elle donne pour mission aux établissements recevant du public d’être accessibles à tous, en totale autonomie, à échéance du 1er janvier 2015. Elle concerne tous les types de handicap et s’attache à la fois aux bâtiments et aux activités qui s’y déroulent. Pour ce qui est du handicap visuel et des musées, la loi nous invite à inventer des solutions techniques, technologiques et humaines pour accéder aux espaces et y profiter des offres culturelles.

2La personne déficiente visuelle devra donc pouvoir, en 2015 ou avant, se déplacer librement dans le musée. À la place des bandes podotactiles fixées au sol obligeant à suivre un cheminement précis, des systèmes de GPS intérieurs seront peut-être préférables. Pour limiter les risques de chute, des travaux seront à prévoir : prolongation des mains courantes dans les escaliers, suppression des vitrines suspendues en saillie de plus de 15 cm, annonce vocale dans les ascenseurs... Beaucoup de choses restent donc à faire.

3Cependant, au-delà de tout alarmisme, rappelons que des initiatives existent, notamment en matière d’offres culturelles adaptées. À ce propos, toutes les bonnes volontés ne sont pas nées de la loi. Les musées de sciences, qui basent leurs présentations sur des manipulations, ont été les premiers à prendre en compte ce public. Les musées d’art, soucieux de préserver leurs collections, ont longtemps affiché le célèbre « Ne pas toucher » mais ils parviennent désormais à proposer des alternatives, principalement aux groupes constitués avec conférencier. Les visites tactiles se multiplient, permettant l’accès à des maquettes, des tissus, des œuvres réelles, des moulages... Le public individuel, en revanche, reste souvent à la marge de ces possibilités. Les services des publics des musées souhaitant répondre aux exigences d’un public segmenté, les personnes handicapées ne doivent pas être oubliées. Le musée, conscient de son rôle social, doit au contraire lutter pour l’intégration des personnes handicapées.

4Combien y a-t-il exactement de personnes déficientes visuelles en France ? La dernière étude de l’INSEE, datant de 2000, annonce le chiffre de 300 000 personnes, mais de 3 millions déclarant souffrir d’une atteinte visuelle. Les chiffres ne sont donc pas fiables. Combien viendraient en visite libre si une offre adaptée existait ? Étant dans l’impossibilité de répondre à ces questions, et sans attendre systématiquement la demande pour créer l’offre, les musées ne doivent pas chercher à faire des études quantitatives mais des études préalables sur le contenu et la forme du projet à mettre en place.

Profiter des réaménagements

5Les travaux ou réaménagement qui peuvent avoir lieu dans un musée sont l’occasion de repenser les circulations et les outils à destination du public, notamment déficient visuel. Il s’agit d’acquérir de nouveaux réflexes et de réfléchir à des solutions globales. C’est dans ce contexte qu’est né le projet de parcours tactile au musée de la Musique à Paris.

6Depuis son ouverture en 1997 au sein de la Cité de la Musique, le musée présente des œuvres du monde entier (instruments, tableaux, maquettes...). La musique n’y est donc pas uniquement à entendre, mais aussi à voir. En 2009, l’évolution des collections et les nouveaux besoins des publics ont donné lieu à un réaménagement des cinq étages. L’objectif de ce musée accueillant environ 120 000 visiteurs annuels était de devenir plus vivant. Pour ce faire, les exigences muséographiques devaient se fondre avec l’amélioration du confort de visite. En plus du perfectionnement de la signalétique, de l’éclairage et de la sécurité, une quarantaine de documentaires audiovisuels ont été intégrés pour contextualiser les instruments, tandis qu’un parcours sonore plus complet est venu enrichir l’audioguide.

7Dans un premier temps, quelques mesures ont été prises pour faciliter la circulation des personnes déficientes visuelles. Ces attentions (agrandissement des caractères des cartels, suppression des objets en saillie...) sont souvent « invisibles » mais indispensables. La collaboration avec les responsables du réaménagement était donc primordiale et s’est concrétisée par des préconisations au moment de l’APS, de l’APD et du DCE (2). Dans un second temps, un parcours tactile détaillé ci-dessous a été installé pour rendre également accessible le contenu culturel.

Se fixer des objectifs précis

8Quel que soient le contexte, les musées doivent se fixer des objectifs précis concernant la mise en place d’outils pour les personnes non et malvoyantes. En voici une liste non exhaustive, inspirée de l’expérience du parcours tactile du musée de la Musique réalisé à destination des visiteurs déficients visuels en visite libre, sans conférencier et sans réservation :

  • le but de la visite est le même pour tous, par exemple, une découverte des instruments par leur son et leur forme ;

  • les réalisations doivent s’adapter à la fois aux aveugles, aux amblyopes et aux voyants ;

  • les éléments réalisés pour les visiteurs déficients ne sont des répliques simplifiées d’outils existants pour le grand public. Au contraire, ils proposent une approche nouvelle pour tous ;

  • le parcours est intégré dans l’ensemble des salles, de manière fixe et non pas relégué dans un espace isolé. À ce propos, la plupart des services publics se fixent désormais comme principe l’intégration des personnes handicapées avec les autres visiteurs, usagers, élèves... Cette intégration, parfois complexe si l’on prend l’exemple de la scolarisation des enfants sourds, ne doit pas trouver de barrière dans les lieux culturels. Au contraire, les musées doivent y voir un moyen de s’ouvrir à la diversité, là où d’autres non-publics restent encore à la porte.

  • le parcours s’inscrit dans l’esthétique générale du musée, sans dénaturer la scénographie ni le graphisme des lieux ;

  • les outils adaptés ne doivent pas remplacer entièrement la médiation humaine.

Le « parcours tactile » du musée de la Musique : de quoi s’agit-il ?

9Que rendre accessible ? Un musée n’est pas uniquement une collection mais avant tout un lieu. Ainsi, il est également important de rendre compte de la forme architecturale, de la disposition et du contenu général des vitrines à chaque étage, en plus du contenu même du musée.

Des plans des salles

10Au musée de la Musique, un plan en relief par niveau a été créé. Ces plans sont insérés dans des socles sur mesure accrochés aux murs de chaque salle. Ce sont ces plans qui ont été réutilisés par la suite sur les documents de visite pour le grand public : il s’agit à d’un exemple d’un document pensé pour des publics handicapés, puis repris pour tous les visiteurs pour sa clarté.

Des fiches de salle en relief sur les collections

11Sachant que les instruments de musique, comme beaucoup de collections, ne peuvent pas être touchés, comment rendre compte de leur forme ? L’idéal est bien sûr de toucher de vrais objets mais les moyens financiers et les espaces ne le permettent pas toujours. Au musée, nous avons donc opté pour des images en relief, comme une première étape avant une éventuelle galerie tactile. Ces fiches se répartissent dans tout le musée. Elles sont placées dans les bacs de rangement à côté des banquettes.

Un parcours audiodescriptif

12Chaque image tactile nécessite systématiquement un commentaire, une audiodescription qui doit être intégrée à l’audioguide général. Au musée de la Musique, voyants et non-voyants peuvent ainsi écouter le descriptif des différentes parties des instruments de musique en consultant la planche en relief correspondante. Les dessins visibles et en relief, avec leur description, invitent ainsi les voyants à mieux voir les instruments. Ce commentaire, loin d’être une reprise ou une simplification de textes existants, propose une autre approche. C’est une description très détaillée dont la logique suit celle du doigt qui découvre l’image petit à petit.

Des livrets en braille et gros caractères

13Des livrets adaptés au format A4 en braille et en gros caractères reprenant les numéros de l’audioguide et les textes des cartels ont été imprimés. Etant donné que nous souhaitions également faire des livrets en langues étrangères, il a été décidé très naturellement d’utiliser également le gros caractère pour les autres langues. Cet exemple montre aussi à quel point les normes d’accessibilité sont de mieux en mieux acceptées et reconnues utiles pour tous.

Une mallette tactile

14Une mallette sur roulettes utilisable par les conférenciers a été remplie d’instruments et d’accessoires et rangée dans un lieu de stockage au sein du musée.

La démarche adoptée et les partis pris

L’accord et le financement du projet

15Pour un tel projet, l’accord de la direction du musée est indispensable. La recherche de financement extérieur peut ensuite débuter avec les chargés de mécénat. La Fondation Orange, mécène du handicap et de la culture, a retenu le projet de parcours tactile du musée de la Musique en octobre 2007, et a ensuite suivi régulièrement l’avancement des réalisations.

La constitution d’une équipe

16Dès la phase de conception, de nombreux membres du personnel doivent être sollicités pour leur savoir-faire ou leurs connaissances scientifiques. Au-delà de la présence évidente du directeur et de la responsable des activités culturelles, citons les conservateurs, les scénographes, les chargés du réaménagement, la coordinatrice pédagogique…

17Une équipe extérieure doit également être constituée, associant personnes non-voyantes, malvoyantes et voyantes, issues du secteur culturel ou non. La collaboration avec des personnes handicapées est indispensable pour la conception générale du projet et pour des aspects plus pratiques. Malgré la connaissance des voyants « initiés », l’utilisation, par des personnes déficientes visuelles, d’outils adaptés, reste complexe. Quelles sont leurs attentes ? Que leur apporteront des plans en relief ? Quels matériaux sont les plus agréables au toucher ? Quel juste milieu trouver entre des documents simplistes ou trop complexes ? Comment satisfaire à la fois des habitués des images tactiles et des novices ?

18Au musée de la Musique, les personnes suivantes ont été sollicitées à différentes étapes, pour des réunions en groupe ou des rencontres individuelles :

  • Hoëlle Corvest, chargée des publics déficients visuels à la Cité des Sciences et de l’Industrie, non voyante ;

  • Vanessa Gagnepain et Isabelle Okoko, étudiantes au Centre Forja à Paris, malvoyantes ;

  • Delphine Harmel, chargée de l’accessibilité au musée du Quai Branly, non voyante ;

  • Aurélie Pallard, graphiste spécialisée dans les images tactiles, voyante ;

  • Béatrice de Parceval, chargée des réservations des monuments nationaux de l’Île de la Cité à Paris, malvoyante ;

  • Carole Roux, chargée de l’accessibilité à la Bibliothèque nationale de France, non voyante.

L’analyse de propositions existantes et de solutions techniques

19Après plusieurs semaines de repérage d’offres existantes dans divers lieux culturels, le projet a donc pu être affiné et adapté au contexte du musée de la Musique. Parallèlement, une recherche des techniques envisageables s’est initiée. Des partis pris ont été préférés à d’autres selon les besoins technique, esthétique et budgétaire du musée de la Musique. C’est la solution du plexiglas fraisé proposé par la société Standard non standard qui a été retenue. Ce matériau, résistant, avec plusieurs niveaux de relief, permettait d’avoir une plaque transparente en plexiglas avec des inscriptions en braille, puis, en dessous, une version visible de l’image avec écritures en gros caractères et en couleurs.

L’adaptation graphique

20Avant la mise en relief d’une image, quel que soit le procédé choisi, une adaptation graphique doit être réalisée. Cela consiste en un choix de détails à garder, à grossir ou à supprimer. Il faut même parfois « tricher » pour rendre plus clair les schémas en évitant des superpositions trop complexes, ou des perspectives difficiles à concevoir.

L’évaluation en cours de réalisation

21En octobre 2008, une première version des images tactiles (3) et des commentaires audiodescriptifs a été soumise à diverses validations. La relecture des conservateurs a permis de valider la véracité scientifique des documents. Ensuite, une réunion indispensable avec les personnes déficientes visuelles a fait ressortir des remarques telles que la complexité de certaines images, la taille insuffisante des caractères... Enfin, un échantillon du matériau final a été réalisé. En effet, bien que la technique choisie ait été maîtrisée par le prestataire, chaque projet constitue tout de même une nouvelle prouesse et nécessite des tests techniques.

Former et communiquer, un suivi indispensable

22Tout projet culturel n’est rien s’il n’est porté à la connaissance du plus grand nombre, en interne et en externe. Afin d’informer l’ensemble des personnels de la Cité de la Musique, un courrier électronique a été envoyé en diffusion générale. Les agents et hôtesses d’accueil ont été formés à la présentation de ce parcours.

23Fin avril 2009, une inauguration a présenté le parcours tactile à des collègues d’autres structures culturelles, à des associations de personnes déficientes visuelles et à quelques journalistes. À cette occasion, un communiqué de presse et un carton d’invitation en relief ont été envoyés à un fichier d’environ 500 contacts.

24Par ailleurs, un mini site Internet dédié au handicap (4) ainsi que l’ensemble des brochures de la Cité de la Musique ont mentionné ce parcours. Des brochures plus spécifiques à la déficience visuelle, associées à une version sonore sur CD, ont été diffusées à 600 contacts (associations, établissements scolaires, bibliothèques sonores...).

25Aucune retombée n’a été remarquée dans la presse généraliste mais quelques articles sont parus dans des revues spécialisées sur le handicap. Enfin, l’émission de France 5 À vous de voir du 7 décembre 2009 a été consacrée aux activités de la Cité de la Musique à destination des personnes non et malvoyantes.

Et après ?

26Tout projet à destination des personnes handicapées doit s’inscrire dans un dynamique globale pour ne pas isoler une action d’autres offres inaccessibles. Ainsi, à la médiathèque de Cité de la musique, deux postes informatiques permettant de consulter le fonds musical ont été équipés d’un logiciel de grossissement de texte et d’une synthèse vocale. Pour les concerts, des loupes sont prêtées aux personnes malvoyantes et les programmes en version Word peuvent être envoyés à l’avance.

27Actuellement, aucune évaluation à réception du parcours n’a été faite de manière rigoureuse. Seuls des témoignages ponctuels très positifs ont été recueillis. Cet enthousiasme ne doit cependant pas masquer la préférence des personnes déficientes visuelles pour la découverte tactile de vrais instruments de musique. Ainsi, la poursuite du projet vers une sorte de « galerie tactile » ou d’intégration d’instruments dans les espaces du musée devra être envisagée. C’est notamment dans ce but qu’un module pédagogique avec une trompette manipulable par tous a été installé dans l’exposition We Want Miles sur le jazzman Miles Davis à l’automne 2009. L’observation du comportement des visiteurs nous a prouvé qu’elle était utilisée aussi bien par les personnes handicapées que par les enfants en famille ou les adultes valides. C’est vers cet objectif d’outils pédagogiques intégrés pour tous que nous souhaitons tendre.

En conclusion : un parcours pour tous et… par tous

28Un tel projet nous en apprend beaucoup sur la méthodologie à adopter pour des projets à destination des publics. Habituellement, pour des projets de médiation considérés comme plus classiques, des contraintes empêchent de mettre en place une méthode aussi globale. Il serait cependant intéressant de s’y plier en voyant ce que peuvent révéler, par exemple, des lectures préalables de textes d’exposition par le grand public.

29Remarquons surtout qu’un tel projet doit être fédérateur dès son origine et mobiliser l’ensemble des services, ce qui nécessite une part non négligeable, mais hélas non quantifiable, de médiation en interne. Cette expérience prouve également à quel point l’accessibilité doit être clairement intégrée dans les projets culturels et scientifiques des établissements.

Haut de page

Bibliographie

Goutte, C. et Sahmi, N. Concevoir des espaces accessibles à tous. Paris : CSTB, 2008, 280 p.

Valsca, Q. Guide des aides techniques pour malvoyants et aveugles. Groupe Liaisons, collection Guide Néret, 2007, 189 p.

Collectif, Culture et handicap, Guide pratique de l’accessibilité. Ministère de la Culture et de la Communication, 2007, 247 p. (téléchargeable sur www.culture.gouv.fr/handicap/pdf/guide.pdf)

Collectif, Guide de l’acheteur public de produits en relief à l’usage des personnes déficientes visuelles. Paris : Journaux Officiels, 2000, 98 p.

Les guides édités par les comités régionaux sur la notion de « Tourisme et Handicap » (téléchargeable sur www.tourisme-handicaps.org/)

Émission À vous de voir, Paris, Bleu Krystal Média, vidéo 26 minutes (archives visionnables sur le site de France 5)

Ministère de la Culture et de la Communication : www.culture.gouv.fr/handicap (pages dédiés à l’accessibilité avec des textes réglementaires et des guides pratiques)

Association Valentin Haüy : www.avh.asso.fr (association dédiée à la déficience visuelle associant une médiathèque, une imprimerie et l’organisation de sorties culturelles)

Haut de page

Notes

 (1) Diderot, D. Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient. 1749, Paris : LGF, collection Livre de Poche, réédition 1999, 127 p.

(2) APS (avant-projet sommaire), APD (avant-projet détaillé), DCE (dossier de consultation des entreprises)

(3) Version réalisée sur du papier thermogonflé, système beaucoup moins coûteux que le plexiglas fraisé.

(4) www.citedelamusique/handicap

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Jules, « Le son à portée de mains », La Lettre de l’OCIM, 130 | 2010, 5-11.

Référence électronique

Caroline Jules, « Le son à portée de mains », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 130 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/125 ; DOI : 10.4000/ocim.125

Haut de page

Auteur

Caroline Jules

Caroline Jules est chargée de l’accessibilité à la Cité de la Musique. Contact : handicap@cite-musique.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org