Navigation – Plan du site

De la reproduction du ciel à la simulation des connaissances humaines sur l'Univers

Marc Girard et Nelly Dumas

Résumé

Confrontée au vieillissement technique de son planétarium, la Cité des Sciences et de l’Industrie a récemment modernisé son équipement : les auteurs analysent l’ensemble des raisons qui ont présidées à cette évolution et présentent les nouvelles technologies choisies, tout en mettant l’accent sur la nécessaire coopération des membres du réseau des planétariums, notamment pour tout ce qui concerne l’échange et la coproduction des spectacles astronomiques.

Haut de page

Texte intégral

L'entrée du nouveau planétarium de la Cité des Sciences et de l'Industrie

© Cité des Sciences et de l'Industrie

Pourquoi rénover le planétarium de la Cité des Sciences et de l’Industrie ?

1Lors de sa création, au milieu des années 1980, la Cité des Sciences et de l’Industrie s’était dotée d’un planétarium dont la taille – 23 mètres de diamètre, 300 places – et la situation – au cœur des espace d’ex- position – témoignaient du rôle primordial qui lui était conféré parmi les médias d’accès à la culture scientifique que proposait le nouvel établissement. Complexité de la production de spectacles, mainte- nance coûteuse : les équipements techniques sophistiqués installés à l’époque autour d’un simula- teur d’étoiles optique ont vieilli et les choix techno- logiques d’alors ont été remis en cause par les muta- tions technologiques de l’ère du tout numérique.

2De plus, certains de nos visiteurs, amateurs des effets spéciaux des grands films « cosmiques », des jeux vidéo « inter galactiques », habitués des salles immersives ou hémisphériques, sont devenus plus exigeants en matière de spectacles astronomiques.

3D’autres, bien qu’attachés à la dimension éducative et culturelle de nos programmes, souhaitent que, sans rien renier de nos exigences, nous nous efforcions de moderniser le « spectacle de planétarium de papa ». C’est donc confronté à l’obsolescence technique de notre planétarium et aux nouvelles attentes de ses spectateurs que nous en avons entrepris la rénova- tion avec pour guide une typologie des spectacles que nous souhaitions proposer et le souci de tirer le meilleur parti des possibilités offertes par les tech- niques numériques.

Quelle programmation pour quels publics ?

4Le public du planétarium, comme celui de la Cité des Sciences elle-même, n’est pas homogène. Nous accueillons principalement deux grandes catégories de public : les groupes scolaires – environ 40 % de notre fréquentation – et les visiteurs individuels venus majoritairement en famille – environ 60 % de notre fréquentation.

5Ces deux catégories de public ont des attentes dis- tinctes :

- les accompagnateurs de groupes scolaires souhai- tent, pour la plupart, des séances pédagogiques, conduites par un médiateur scientifique et à fort contenu didactique ; ils ne réclament pas que soit donné un caractère particulièrement divertissant ou spectaculaire à une initiation à l’Astronomie et sou- haitent des spectacles ayant un lien avec les pro- grammes scolaires. C’est pour ce public que nous travaillons à des conférences-animations sur la mécanique céleste, la structure solaire ou encore la spectroscopie ;

- la demande du public individuel ou familial est assez différente. Beaucoup de nos visiteurs ont déjà à l’esprit le Futuroscope, la Géode et d’autres salles immersives. Ils souhaitent manifestement des spec- tacles multimédias, alliant la simulation du ciel étoi- lé à des images animées et à une bande son de qua- lité. En clair, ce public en quête de loisirs culturels, cherche un divertissement instructif et se révèle sensible à l’aspect spectaculaire des productions qui lui sont proposées. Ce public est aussi celui auquel nous proposons de sortir des limites de l’Astronomie pure, pour présenter également des spectacles sur la planétologie, le climat ou encore le volcanisme.

6Concernant les amateurs d’Astronomie déjà initiés qui viennent au planétarium, nous projetons de les inviter à des soirées spéciales – au moment des solstices et des équinoxes par exemple – pour leur présenter des conférences-animations portant sur les événements astronomiques du trimestre à venir.

Des choix techniques adaptés

7Depuis quelques années, les nouvelles technologies numériques révolutionnent le monde des planéta- riums. Ces technologies permettent de ne plus se cantonner à la reproduction d’un ciel tel qu’on peut le voir depuis la Terre, mais autorisent de grands voyages dans l’Espace et le Temps, montrant avec la même apparente facilité le ciel vu depuis la Terre il y a des milliers d’années, ou le ballet des satellites de Jupiter autour de leur planète en images de haute résolution.

8On peut se risquer à dire qu’en choisissant ces nou- velles techniques, on passe de la reproduction du ciel et de ses étoiles à la simulation de ce que nous savons de l’Univers.

Le planétarium de la Cité des Sciences et de l’Industrie

- un dôme de 21,50 mètres de diamètre

- une inclinaison du dôme à 3,5°, parallèle à la pente des gradins

- 272 places orientées dont 7 réservées aux per- sonnes handicapées

- un simulateur In Space System de RSA Cosmos

- 8 vidéoprojecteurs Barco DLP SIM5+

Dans la salle de projection, le dôme de 21,50 mètres de diamètre surplombe les 272 places.

© Cité des Sciences et de l'Industrie

Saturne, une image du spectacle Oasis dans l'espace produit par la société Spitz.

© Cité des Sciences et de l'Industrie

9Après une période attentiste – 1998-2002 – au cours de laquelle la technologie s’est consolidée, de plus en plus de salles ont franchi le pas.

10La technologie choisie, à savoir un système vidéo plei- ne voûte, a maintenant atteint un niveau de résolution qui permet de diffuser simultanément le ciel, en temps réel, issu d’une base de données scientifique, et des images, fixes ou animées, à partir d’une source numérique enregistrée. Ces systèmes comportent, de plus, leur propre automation, capable de gérer les au- tres composantes des spectacles : son, lumière... En résumé, et en simplifiant, 8 vidéoprojecteurs diffusant les images issues d’ordinateurs remplacent tous les composants de l’ancien système technique comptant 110 projecteurs de diapositives, un simulateur astro- nomique complexe et 3 vidéoprojecteurs… Nous attendons évidemment de cette modernisation tech- nique des économies en matière de maintenance. Mais surtout, nous comptons sur le potentiel pédago- gique considérable du système vidéo pleine voûte : ciel en 3D, système solaire et objets célestes texturés, sou- plesse d’utilisation des différents cercles de coordon- nées, contours de constellations, paramètres environ- nementaux – jour, nuit atmosphère, nuages...

11La numérisation qui permet d’intégrer à une créa- tion des images d’origines diverses, offre aussi la pos- sibilité de réagir beaucoup plus rapidement à l’ac- tualité : en intégrant des images fixes ou animées pour réactualiser des spectacles, en créant des mo- dules courts, associant images et simulateur pour, par exemple, situer les dernières planètes extra solai- res ou pour présenter le déplacement sur la voûte céleste d’une comète récemment découverte.

12Une autre caractéristique très riche des possibilités du système vidéo pleine voûte est la facilité d’adap- tation d’un spectacle d’une salle à une autre, même avec des configurations de projecteurs différentes, le découpage du dôme master du spectacle en diffé- rents canaux étant effectué par chaque planétarium en fonction de sa configuration.

13Entre planétariums numériques, la circulation des spectacles devrait s’intensifier. Une sorte de marché de modules animés, fragments dont le montage constitue des spectacles ou enrichit des animations, pourrait éga- lement se développer. Cette capacité a beaucoup d’im- portance à nos yeux. Il nous paraît en effet indispensa- ble, pour bénéficier d’images et de spectacles à des coûts raisonnables, de pouvoir les échanger entre pla- nétariums et en organiser la coproduction avec eux. L’ambition de faire une large place à l’échange et à la coproduction dans les modes de production du pla- nétarium de la Cité des Sciences et de l’Industrie nous a conduit à tout mettre en œuvre pour faciliter ce que l’on pourrait qualifier « l’interopérabilité » de nos productions et de nos équipements avec ceux du réseau des planétariums. L’orientation de notre salle, après des années d’exploitation avec un plan de sièges concentriques autour du simulateur d’étoiles installé en position centrale, s’est imposée pour nous permet- tre d’être plus facilement en mesure d’accueillir les productions des planétariums les plus récents qui, tous, ont choisi de se doter de salles orientées.

14La configuration de la salle a donc été modifiée. Les sièges ne sont plus concentriques, mais orientés dans la même direction de façon à ce que chaque spectateur puisse voir la même chose que son voisin. Le nombre de places est désormais de 265, plus 7 pla- ces réservées aux personnes handicapées. Cette déci- sion a été prise à l’issue d’un large débat interne : fal- lait-il renoncer au « réalisme » d’une configuration qui fait converger le regard des spectateurs vers le zénith du dôme écran au profit d’une configuration facilitant l’expression du conférencier-animateur qui peut faire face à l’ensemble de son auditoire ? Fallait- il maintenir un plan de salle favorable à l’observation d’une réplique de la voûte céleste ou privilégier l’orientation de la salle qui facilite l’écriture de spec- tacles astronomiques captivants et dynamiques ?

15Il nous est apparu que, outre son caractère favorable à « l’interopérabilité », l’orientation de la salle était la plus adaptée à la mixité de ses usages : confé- rences-animations pour nos spectateurs les plus sen- sibles à l’apport pédagogique de leur visite, specta- cles astronomiques pour les spectateurs à la recher- che d’un moment de loisir de qualité.

16Le choix des vidéoprojecteurs chargés de la diffusion des images a, lui aussi, été longuement débattu en fonction de la programmation que nous nous propo- sions d’offrir à nos visiteurs et de la taille importante de notre dôme. Ainsi, après de soigneux essais com- paratifs, avons-nous choisi 8 projecteurs DLP plutôt que des projecteurs CRT. Ceux-ci, qui, il y a peu encore, constituaient l’équipement standard des pla- nétariums en raison de la qualité du noir de fond de ciel qu’ils délivrent, pâtissent de coûts de mainte- nance très élevés. Mais ce ne fut pas pour nous l’ar- gument décisif. Décidés à programmer aussi bien des conférences-animations exigeant un ciel « réa- liste » que des spectacles astronomiques exigeant un rendu de sources vidéo de qualité, nous avons opté pour des vidéoprojecteurs de technologie DLP. Certes, le fond de ciel est moins noir, mais la pro- fondeur de champ, la définition et la brillance des étoiles, sans parler de l’extrême qualité de la diffu- sion de vidéos ont emporté notre décision.

Le programme inaugural

17Le planétarium propose, chaque jour, de 5 à 7 séances en fonction de l’affluence observée à différentes pério- des de l’année. Nous nous efforçons également que les expositions à l’affiche à la Cité des Sciences trouvent un écho dans les programmes du planétarium, ne serait-ce que parce que celles-ci environnent notre salle.

18Deux conférences-animations sont proposées chaque jour en début de journée et en début d’après-midi pour tenir compte des contraintes particulières des groupes scolaires. À ciel ouvert : ce titre générique recouvre des séances d’une durée d’une vingtaine de minutes, pro- grammées à l’aide du simulateur et animées en direct par des médiateurs scientifiques de l’établissement. Les thèmes varieront et seront choisis parmi des sujets assez classiques dans les planétariums : Le tour du système solaire, Le ciel du mois, Voyage dans les constellations, Étoiles et mythologies, Vie et mort des étoiles, Ombres et lumières, La couleur du ciel… Les trois à cinq autres séances, seront consacrées à la diffusion de spectacles astronomiques spectaculaires que nous louons avant d’être en mesure d’en produire – ou d’en coproduire – nous-mêmes. Nous avons choisi pour la réouverture du planétarium Oasis dans l’Espace, un spectacle de 23 minutes produit par la société Spitz, écho à l’exposition L’Eau pour tous ; nous programmons depuis l’automne La recherche de la Vie : sommes-nous seuls dans l’Univers ?, produit par le Hayden planétarium de New York, simultanément à l’ouverture d’une exposi- tion consacrée au même sujet.

Le spectacle Sommes-nous seuls dans l'Univers est une production du Hayden planétarium de New York.

© Cité des Sciences et de l'Industrie

Un objectif de production

19La Cité des Sciences et de l’Industrie a consenti à intégrer à son plan de rénovation le lourd investis- sement que constitue la modernisation de son pla- nétarium pour en augmenter la fréquentation. Cet objectif sera atteint à court terme grâce à l’enrichis- sement de la programmation que permet ce nouveau système technique. Mais l’enjeu pour les années à venir est de mettre ce splendide outil technique au service du développement d’une offre originale de spectacles et d’animations, exprimant des contenus scientifiques incontestables et témoignant d’une forte créativité audiovisuelle. Ces productions devront associer astronomes et astrophysiciens, médiateurs scientifiques, réalisateurs et infographis- tes autour de projets associant vraisemblablement plusieurs planétariums. C’est en tout cas la voie sur laquelle nous souhaitons nous engager.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L'entrée du nouveau planétarium de la Cité des Sciences et de l'Industrie
Crédits © Cité des Sciences et de l'Industrie
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Dans la salle de projection, le dôme de 21,50 mètres de diamètre surplombe les 272 places.
Crédits © Cité des Sciences et de l'Industrie
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Saturne, une image du spectacle Oasis dans l'espace produit par la société Spitz.
Crédits © Cité des Sciences et de l'Industrie
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Le spectacle Sommes-nous seuls dans l'Univers est une production du Hayden planétarium de New York.
Crédits © Cité des Sciences et de l'Industrie
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Girard et Nelly Dumas, « De la reproduction du ciel à la simulation des connaissances humaines sur l'Univers », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 108 | 2006, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/1321 ; DOI : 10.4000/ocim.1321

Haut de page

Auteur

Marc Girard et Nelly Dumas

 

 

Marc Girard est directeur des Expositions à la Cité des Sciences et de l’Industrie m.girard@cite-sciences.fr

 

Nelly Dumas est chef du département Planétarium à la Cité des Sciences et de l’Industrie n.dumas@cite-sciences.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org