Navigation – Plan du site
Les muséums et le récolement : principes et méthodologies

L’action du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en faveur de l’informatisation et du récolement des collections des muséums d’Histoire naturelle

Roland Bertrand et Francine Fontanel

Texte intégral

1À partir des années 1980, le développement des techniques numériques et de leurs applications a permis l’informatisation progressive des collections d’Histoire naturelle.

2La création de la direction des bibliothèques, des mu­sées et de l’information scientifique et technique (DBMIST) au sein du ministère de l’Éducation nationale en 1982 a été un élément moteur de l’émergence des banques de données d’informations scientifiques et techniques, parmi lesquelles la banque de données TYFIPAL (types et figurés en paléontologie), regroupant des informations sur des spécimens figurant dans des collections universitaires et dans des muséums d’Histoire naturelle. On mentionnera aussi l’aide à l’inventaire des collections du musée des Arts et Métiers en préalable au transfert de ses collections vers les réserves situées à Saint-Denis, dans la perspective de la rénovation du musée.

3Très tôt, la DBMIST a apporté un soutien financier aux muséums d’Histoire naturelle. Au début, celui-ci ne concernait pas l’informatisation des collections, mais principalement des opérations de rénovation. Il s’agissait d’une aide incitative destnée à enclencher le processus de financement par les collectivités territoriales. En 1984, l’informatisation des collections d’His­toire na­turelle devient un objectif et la DBMIST établit un premier bilan des actions engagées par les muséums précurseurs. Dès la fin des années 1980, le soutien à l’informatisation des collections fait l’objet, de la part du ministère, de financements pouvant concerner l’acquisition de matériel, de logiciel ou le recrutement de vacataires.

4À sa création en 1985, l’OCIM a été incité à accompagner le développement de l’informatisation des col­lec­tions des muséums d’Histoire naturelle. C’est ainsi qu’a été réalisé en 1986 un premier état des lieux et des besoins qui s’est concrétisé par l’élaboration de « bordereaux minimums de saisie » destinés à permettre l’é­chan­ge et l’agrégation de données entre muséums.

5Un suivi régulier de l’état d’avancement de l’informatisation des collections des muséums a été opéré, que ce soit à l’initiative de l’OCIM en 1995 ou du ministère en 1998. La première grande enquête détaillée (in­ventaire, informatisation, photographie, spécimens de référence) portant sur l’ensemble des collections (histoire naturelle, objets scientifiques et techniques, ethnologie, archéologie…) hébergées par ces établissements a été réalisée en 2000 par le ministère. L’Observatoire du patrimoine et de la culture scientifiques et techni­ques (OPCST) de l’OCIM a maintenant pris le relais de cette initiative.

6Le soutien financier aux projets d’informatisation des collections s’est poursuivi et développé jusqu’à con­cer­ner à peu près l’intégralité des aides directement apportées par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aux muséums. Depuis 1997, près de 5 000 000 € ont été consacrés au récolement, à l’inventaire et à l’informatisation des collections sur la période. 32 muséums d’Histoire naturelle en ont bénéficié. Ce financement, compris entre 150 000 € et 200 000 € annuellement jusqu’en 2003, a régulièrement progressé pour atteindre 500 000 € depuis 2011. Deux objectifs sont poursuivis à cet égard :

  • la valorisation des collections par leur mise en réseau national, européen et international à des fins de recher­che notamment ;

  • le récolement qui doit être achevé pour le mois de juin 2014.

  • Ce soutien s’opère aussi par des canaux complémentaires :

  • le financement depuis 1985 de l’OCIM, doté en 2014 de moyens accrus pour notamment une meilleure con­naissance des collections des muséums via l’OPCST ;

  •  la création et le financement depuis 1993 de la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifi­que et technique contemporain (PATSTEC) confiée au musée des Arts et Métiers ;

  • le financement des musées scientifiques nationaux, dont le Muséum national d’Histoire naturelle chargé de la mise en œuvre de l’infrastructure e-ReColNaT qui a vocation à accueillir les collections naturalistes en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Bertrand et Francine Fontanel, « L’action du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en faveur de l’informatisation et du récolement des collections des muséums d’Histoire naturelle », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 26 juin 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ocim.revues.org/1362 ; DOI : 10.4000/ocim.1362

Haut de page

Auteurs

Roland Bertrand

Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Francine Fontanel

DGRI/Département de la culture scientifique et des relations avec la société

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org