Navigation – Plan du site
Les inventaires : documentation et outils

Le récolement des collections entomologiques

François Dusoulier

Résumé

Face à des collections d’insectes constituées de dizaines ou de centaines de spécimens, l’auteur s’interroge sur la manière de compter ces grands nombres, met en lumière les difficultés rencontrées et fournit quelques pistes qui allient harmonisation, rigueur et réalisme des tâches à accomplir.

Haut de page

Texte intégral

1Les collections d’insectes des muséums territoriaux re­présentent environ 8 000 000 de spécimens, soit ap­proximativement 47 % de la totalité des collections d’His­toire naturelle de France. Cette évaluation résulte de la compilation faites par Bertrand (2001) et Dusoulier (2004), revue et corrigée en 2013 en prenant en compte les nouvelles données du récolement échangées sur la liste de discussion nationale des personnels des muséums. Par ailleurs, le nombre d’insectes conservés au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) est estimé à 35 millions de spécimens. Il est probable que les deux seuls ordres des lépidoptères (papillons) et des coléoptères (scarabées, coccinelles...) concentrent l’essentiel de ces spécimens.

Compter les insectes dans les boîtes, pas si simple !

Compter les insectes dans les boîtes, pas si simple !

© Musée zoologique de Strasbourg/François Dusoulier.

2Matériellement, ces collections se présentent sous la forme de boîtes, vitrées ou non, rassemblant chacune des dizaines à des centaines de spécimens. Généralement acquises par les muséums sans inventaires précis, et exceptionnellement exposées au public du fait de la petite taille des spécimens qu’elles contiennent, ces collections ont rarement fait l’objet d’une attention soutenue. Pourtant, chacune constitue le témoignage unique d’un naturaliste – amateur ou profession­nel – le fruit d’un travail d’une grande rigueur scien­tifique et technique, ainsi que de précieux matériaux de référence pour les sciences, datés et localisés. En effet, la valeur scientifique et patrimoniale d’une collection entomologique ne vient pas de l’insecte isolé, mais de l’étiquette qui l’accompagne et des informations qu’elle mentionne. Un travail pionnier de recher­che en biohistoire a récemment démontré de manière brillante tout l’intérêt d’utiliser ces collections pour quantifier et qualifier l’érosion de la biodiversité (Perrein, 2012).

3À l’instar des autres collections d’Histoire naturelle, les spécimens d’insectes constituent des objets de ré­férence, notamment dans le domaine de la nomencla­ture, de la systématique et de la taxinomie. Toutefois, le grand nombre d’espèces d’insectes (plus de 40 000 en France) et l’état très lacunaire des connaissances de certains groupes, font de ces collections des outils du quotidien pour les systématiciens et les naturalistes. Rappelons que même dans un pays comme la France, une très large majorité des espèces n’est toujours pas illustrée, que ce soit dans les ouvrages grand public ou spécialisés, ou même sur Internet. L’accès à ces collections par la communauté naturaliste est ainsi de première importance. Cet état de fait renforce clairement l’intérêt d’une bonne connaissance de ces col­lections au sein des muséums.

4L’obligation du récolement décennal peut être ainsi envisagée comme une parfaite occasion pour s’intéres­ser de plus près à ces collections. Toutefois, trois difficultés majeures ont été identifiées pour la mise en œuvre méthodologique du récolement de ces collections entomologiques :

- l’inventaire des collections n’existe pas ou fait simplement état d’un nombre de boîtes et d’un nombre approximatif de spécimens ;

- le nombre d’objets est très différent suivant que l’on compte les contenants (boîtes ou couches), les spécimens et/ou leurs appendices annexes ;

- le marquage individuel est rendu malaisé par la taille et la diversité des spécimens.

Il y a inventaire et inventaire !

5Dans la plupart des cas, les inventaires qui listent le contenu des collections d’insectes ne sont pas des inventaires réglementaires, au sens du Code du Patrimoine. Dans les meilleurs cas, ils décrivent les taxons traités et le nombre de boîtes. Comment s’assurer alors que tous les spécimens figurent bien dans chacune des boîtes inscrites à l’inventaire ? En effet, l’opération perd tout son sens si les boîtes sont présentes mais pas leur contenu ! C’est la raison pour laquelle la loi prévoit de faire un renvoi à un sous-inventaire pour chaque lot complexe (boîte contenant les insectes). Cette tâche honorable représente néanmoins un travail titanesque puisque chaque muséum possède en moyenne 160 000 spécimens d’insectes : en considérant la saisie de 12 spécimens par heure dans le sous-inventaire détaillé, cela nécessiterait le travail de 8,3 agents à plein temps pendant un an. Combien de muséums pourront tenir de tels engagements ?

Compter mais compter quoi ?

6La méthodologie du récolement s’accompagne de difficultés dès lors que l’on s’attache à compter les objets au sein des lots et ensembles complexes. Il est alors difficile de s’en tenir à la règle édictant qu’un objet doit/devrait correspondre à un numéro d’inventaire. La complexité est induite par le grand nombre de spé­cimens concentrés dans chaque boîte ; les insectes sont présentés piqués sur épingles ou minuties, collés sur paillette, ou plus sommairement fixés sur du coton dans des « couches ». Il y a très souvent des parties de spé­cimens qui tombent au fond des boîtes, parfois même des individus entiers. Comment prendre cela en com­pte dans le récolement ? Chez les petites espèces, on observe régulièrement plusieurs paillettes posées en étage sur une même épingle ; cette présentation dite en « HLM » ou en « logements sociaux » est rarement considérée. Pourtant, elle peut influencer significativement le comptage des individus. Par ailleurs, elle apporte potentiellement des spécimens non conspéci­fiques qui viennent enrichir la collection. Pour l’expert entomologiste, l’examen de ces spécimens sous-observés permet parfois de belles découvertes.

Des punaises Cydnidae en « logements sociaux » sur une épingle

Des punaises Cydnidae en « logements sociaux » sur une épingle

© Muséum d’Histoire naturelle de Nantes/François Dusoulier

7Le cas des génitalia mérite d’être abordé tant ils sont des caractères utiles dans la classification et la détermination des espèces d’insectes. Comme pour les col­lections ostéologiques, le comptage de ces préparations nous donne un nombre d’objets supérieur au nombre de spécimens. Parfois, ces organes sont directement col­lés sur la paillette ou encore mis dans un tube dont le bouchon est piqué sous le spécimen. La comptabilisation de ces pièces annexes est alors facilitée. À la façon des pièces ostéologiques des vertébrés, il faudrait éventuellement les considérer comme des sous-ensem­bles des spécimens…

Un marquage délicat

8Le marquage individuel est illusoire, tant par la taille et le nombre des spécimens que pour ne pas porter atteinte à l’intégrité de la présentation de la collection. L’or­ganisation d’une collection d’insectes est en effet un révélateur fort de la culture et de la personnalité de ce­lui qui l’a constituée

9Évidemment, le soin particulier apporté à la disposition et à la préparation technique des spécimens varie beaucoup ; dans la plupart des cas, c’est la boîte qui fait œuvre scientifique et patrimoniale, très rarement le spécimen.

10L’une des exceptions est celle des onomatophores (spé­cimens porte-noms), plus communément appelés « types ». Ces individus ont un rôle d’interface particulier, puisque leur désignation par un systématicien leur permet d’assurer le lien matériel entre le monde du vivant et le monde du langage humain. Leur valeur patrimoniale comme objet irremplaçable permettant la description de la biodiversité est incommensurable. Leur inventaire précis devrait ainsi être effectué prioritairement au sein de chaque unité d’inventaire. Chacun d’entre eux pourrait éventuellement recevoir un numéro propre. Hélas, leur identification est délicate, notamment dans les collections antérieures aux règles édictées par les différentes édi­tions du Code International de Nomenclature Zoologi­que (ICZN, 1999).

Comment faire ?

11Le récolement des collections entomologiques doit ré­pondre à deux logiques : une certaine harmonisation des pratiques et un certain réalisme pour le travail. Pour chaque objet (le plus souvent une boîte), l’idéal serait :

- d’y inscrire un numéro d’inventaire unique ;

- de faire une photographie de référence de l’ensemble ;

- de décrire le contenu taxinomique supra-spécifique (ordre, familles, genres), la provenance par grand do­maine biogéographique, le dénombrement précis des spécimens, l’état de conservation général et les éventuelles altérations et le repérage des onomatophores.

12Ce long travail permettra seul de dresser un point initial de l’état de conservation et de la diversité des collections des muséums en matière d’entomologie. Souhaitons qu’en portant à la connaissance de chacun de tels instruments de recherche, des chantiers dédiés à l’étude précise et détaillée de ce biopatrimoine puissent être mis en œuvre.

L’expérience du musée des papillons

La collection entomologique du musée des Papillons de Saint-Quentin était estimée à 600 000 spécimens. Les inventaires retrouvés (simple dénombrement des boîtes) n’étaient pas réglementaires. Sans inventaire par spécimen, l’option retenue est de considérer 1 boîte = 1 lot = 1 objet avec son numéro. 1 348 lots doivent ainsi être récolés. En 2011, 10 jours de récolement permet­tent de saisir 189 lots informatiquement. En 2012 (fer­meture temporaire et 2 agents à disposition), 796 lots rejoignent la base (moyenne 30 boîtes/jour). 94 lots sup­plémentaires sont récolés en 2013, atteignant 80 % de l’objectif global. La principale difficulté d’une opération de récolement est de la mener en parallèle des au­tres activités culturelles du musée.

Cependant, le récolement a été l’occasion de dénombrer les spécimens présents par boîte, ce qui nous per­met d’avoir une vue nettement plus précise de la taille des collections. Ainsi, sur 600 000 spécimens estimés depuis plus d’un siècle, nous arrivons actuellement à 87 058 spécimens pour 80 % des unités estimées à récoler. Le chiffre définitif approchera pro­ba­blement la centaine de milliers ce qui semble plus rai­son­na­ble au regard du nombre de boîtes présentes. La taille très variable des spécimens influe nécessairement sur la composition des boîtes, et si une moy­en­ne est possi­ble (94 spécimens/boîte actuellement) elle ne peut ap­por­ter de véritable information en raison d’une grande disparité (de 1 à 631 spécimens/boîte !).

Agnès Villain
Attachée de conservation du Patrimoine (PSTN),directrice du musée des Papillons

Stockage des collections dans l’exposition permanente à l’occasion de la rénovation de la réserve (automne-hiver 2011-2012)

Stockage des collections dans l’exposition permanente à l’occasion de la rénovation de la réserve (automne-hiver 2011-2012)

© Musée des Papillons/Agnès Villain

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, R. Les collections des muséums d’Histoire naturelle en France. Rapport dactylographié du ministère de la Recherche, direction de la Recherche, mission de la culture et de l’information scientifiques et techni­ques et des musées, 2001, 55 p.

Dusoulier, F. Muséum d’Histoire naturelle de la ville d’Aix-en-Provence (13) : les collections entomologiques et paléo-entomologiques. Mémoire pour la va­li­dation du travail de recherche à l’Institut national du patrimoine, Paris, 2004, 121 p.

ICZN International Code of Zoological Nomenclature. London : The International Trust for Zoological Nomenclature, Fourth edition, 1999, 306 p.

Perrein, C. Biohistoire des papillons. Diversité et conservation des lépidoptères rhopalocères en Loire-Atlantique et en Vendée. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, 621 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Compter les insectes dans les boîtes, pas si simple !
Crédits © Musée zoologique de Strasbourg/François Dusoulier.
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Des punaises Cydnidae en « logements sociaux » sur une épingle
Crédits © Muséum d’Histoire naturelle de Nantes/François Dusoulier
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Stockage des collections dans l’exposition permanente à l’occasion de la rénovation de la réserve (automne-hiver 2011-2012)
Crédits © Musée des Papillons/Agnès Villain
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Dusoulier, « Le récolement des collections entomologiques », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ocim.revues.org/1375 ; DOI : 10.4000/ocim.1375

Haut de page

Auteur

François Dusoulier

François Dusoulier est conservateur du patrimoine, directeur du muséum d’Histoire naturelle de Toulon et du Var
fdusoulier@cgvar.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org