Navigation – Plan du site
Les inventaires : documentation et outils

Le grand casse-tête des étiquettes

Ludovic Besson

Texte intégral

1Porteuses parfois d’informations rudimentaires, les étiquettes de collecte ou de collection font partie intégrante des spécimens d’Histoire naturelle. Chaque rédacteur avait son ou ses modèles. Ainsi, le botaniste berrichon Antoine Le Grand rédigeait, pour ses récoltes, des étiquettes thématiques « A. LEGRAND. – Plantes de la Loire » ou « Ant. LE GRAND – Flore du Cher », reflétant l’intentionnalité de sa démarche. Le renseignement de ces étiquettes était donc fonction de l’intérêt, du sens que voulait donner le collecteur ou le collectionneur à ses objets et des conditions matérielles dans lesquelles il les écrivait (étiquettes artisanales ou pré-imprimées). Mais, par la multiplicité des échanges entre naturalistes, collectionneurs et institutions, ces étiquettes, et les spécimens correspondants, ont été éparpillées dans de très nombreuses collections. Pour les personnels des muséums d’Histoire naturelle, chaque nouvelle collection thématique patrimoniale à inventorier (et récoler) est difficile. Ils sont chargés de fonds qui dépassent généralement leur spécialité et l’identification des étiquettes devient un véritable casse-tête. Incomplètement renseignées, fragmentées, usées, isolées au sein de collections plus vastes et sorties de leur contexte de récolte ou de collection, elles sont largement sous-exploitées. Elles renferment pourtant de nombreuses informations, parfois cachées, qui vont au-delà de simples données de collectes et qu’un naturaliste, un archiviste ou un historien peuvent révéler.

Un exemple d’étiquette rudimentaire cachant des informations (spécimen BOUM-12.Stu.92). Le collecteur, d’après l’observation des cursives, est Georges Latimer Bates. Le spécimen est cité par son numéro de collecte (1174) dans Sharpe (1908 : 356) : On further collections of Birds from the Efulen District of Cameroon, West Cameroon With Notes by the collector G. L. Bates. Part. VI. Ibis, Ser. 9, Vol.2 : 317-357. Le sexe « tes[tis]. Small » a été déterminé par dissection, l’individu n’est pas reproducteur. On notera la complémentarité étiquette/publication pour la date et la localité de collecte.

Un exemple d’étiquette rudimentaire cachant des informations (spécimen BOUM-12.Stu.92). Le collecteur, d’après l’observation des cursives, est Georges Latimer Bates. Le spécimen est cité par son numéro de collecte (1174) dans Sharpe (1908 : 356) : On further collections of Birds from the Efulen District of Cameroon, West Cameroon With Notes by the collector G. L. Bates. Part. VI. Ibis, Ser. 9, Vol.2 : 317-357. Le sexe « tes[tis]. Small » a été déterminé par dissection, l’individu n’est pas reproducteur. On notera la complémentarité étiquette/publication pour la date et la localité de collecte.

© Muséum de Bourges

Exemple d’informations, dégagées d’une étiquette, touchant tant à la biogéographie et l’histoire coloniale qu’à la linguistique et l’ethnographie. Le spécimen (BOUM - 12.Psi.148) est tiré d’un lot de 100 oiseaux de la collection Maës, présentant les mêmes étiquettes. La capture s’est faite dans un contexte de déficit hydrique qui affecta le Sénégal à la fin du XXe siècle (archives de la voie ferrée Dakar - Saint-Louis). L’étiquette propose des informations d’abondance, de coloration et de nomenclature. Victor Planchat (cursives typiques), un naturaliste employé par une ligne de chemin de fer et acteur de la colonisation, a transcrit un nom d’oiseau wolof en latin (non standardisé pour cette langue à cette époque) puis en wolofal (wolof écrit dans un alphabet arabe adapté à la phonologie des langues subsahariennes). Ce document prouve que le wolofal avait aussi un usage profane.

Exemple d’informations, dégagées d’une étiquette, touchant tant à la biogéographie et l’histoire coloniale qu’à la linguistique et l’ethnographie. Le spécimen (BOUM - 12.Psi.148) est tiré d’un lot de 100 oiseaux de la collection Maës, présentant les mêmes étiquettes. La capture s’est faite dans un contexte de déficit hydrique qui affecta le Sénégal à la fin du XXe siècle (archives de la voie ferrée Dakar - Saint-Louis). L’étiquette propose des informations d’abondance, de coloration et de nomenclature. Victor Planchat (cursives typiques), un naturaliste employé par une ligne de chemin de fer et acteur de la colonisation, a transcrit un nom d’oiseau wolof en latin (non standardisé pour cette langue à cette époque) puis en wolofal (wolof écrit dans un alphabet arabe adapté à la phonologie des langues subsahariennes). Ce document prouve que le wolofal avait aussi un usage profane.

© Muséum de Bourges

2Bien sûr, la lecture littérale des étiquettes donne de nombreux renseignements, surtout scientifiques (no­men­clature, date et lieu de collectes, indications d’abon­dance, de milieu ou d’altitude, couleur des tissus mous, biométrie, âge, stade de développement, ana­tomie, sexe, contenu stomacal, parasitisme…). Les trouver sur le mê­me support est rare. Dans la majorité des cas, ce sont des indices anodins comme une marque, un tam­pon, une calligraphie ou une numérotation particulière qui permettent d’identifier un collecteur. Les informations obtenues sont alors récolées avec les éléments bibliographiques, les catalogues manuscrits ou les inventaires, chaque document apportant quelques renseignements. Et c’est bien le travail sur les étiquettes qui permet de dérouler l’histoire du spécimen. Ainsi, des données sont confirmées, des « types » localisés, des spécimens publiés identifiés, des itinéraires d’expéditions reconstitués. Ces analyses peuvent restituer l’environnement social du naturaliste (ses relations com­merciales, scientifiques voire amicales) et même aller au-delà de nos disciplines traditionnelles.

3Pour mieux exploiter ces étiquettes, il faut en avoir une vi­sion globale, par modèle. Cela nécessite d’intégrer dans les bases de données un champ « Type d’étiquette », relié au rédacteur, et de procéder systématique­ment à la copie diplomatique et la photographie recto/verso de ces supports (le Yamashima Institute for Ornithology http://decochan.net/​index est, en la matière, exem­plaire). À Bourges, grâce à cette méthodologie, nous pouvons extraire de la base de données tous les spécimens portant le même modèle, par exemple les étiquet­tes Le Grand évoquées plus haut, quelle que soit la col­lection qui les conserve. Des ensembles cohérents sont ainsi assemblés virtuellement et peuvent être ex­ploités, la démarche du collecteur étant comprise et remise dans son contexte historique, géographique et biologique. Pour la seule collection Maës (5 500 oiseaux conservés à Bour­ges), ce travail, inachevé, est déjà prometteur. Il a permis d’identifier une cinquantaine d’oiseaux cités dans des publications, un type, des spécimens provenant de régions aujourd’hui dégradées, une cinquantaine d’ornithologues honorés par un nom d’oi­seau (250 spécimens), de préciser des biographies et de retrouver des données considérées comme perdues. Des spécimens Maës ont été localisés dans les muséums de Harvard, New York, Tokyo ou Prague. Ces ins­­titutions ont pu affiner leur documentation, corriger leurs données et, en retour, mieux connaître le muséum de Bourges.

Étiquette présentant des informations partielles, pourtant accessibles si on les récole avec la bibliographie. Henry C. Palmer a été employé par Lord Walter Rothschild, le célèbre collectionneur londonien. Il a collecté sur l’île Chatham (Nouvelle Zélande) entre décembre 1889 et janvier 1890. La date de capture de ce Puffinure plongeur est assez précise, même si elle n’est pas écrite sur l’étiquette.

Étiquette présentant des informations partielles, pourtant accessibles si on les récole avec la bibliographie. Henry C. Palmer a été employé par Lord Walter Rothschild, le célèbre collectionneur londonien. Il a collecté sur l’île Chatham (Nouvelle Zélande) entre décembre 1889 et janvier 1890. La date de capture de ce Puffinure plongeur est assez précise, même si elle n’est pas écrite sur l’étiquette.

© Muséum de Bourges

4Ces étiquettes sont des archives à part entière (on ose­rait dire des incunables), complémentaires des inventaires. Une base de données transdisciplinaire « collecteurs-étiquettes » devient plus que nécessaire. Ras­semblant, pour chaque naturaliste-collectionneur identifié, biographie, portraits, bibliographie, cartographie des ex­péditions, localisation actuelle des collections et les différents étiquetages utilisés : cet outil devrait être collaboratif, conçu et amendé par et pour des professionnels. Il permettrait aux gestionnaires de col­lections d’être plus efficaces dans leurs opérations de récolement ainsi que dans l’identification des collecteurs. Il s’agit peut-être d’un vœu pieux, mais les plus-values scientifiques, histori­ques et patrimoniales attendues sont importantes, ne se­rait-ce pour la sau­­vegarde de la biodiversité et pour con­vaincre nos élus de la nécessité des moyens à leur consacrer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un exemple d’étiquette rudimentaire cachant des informations (spécimen BOUM-12.Stu.92). Le collecteur, d’après l’observation des cursives, est Georges Latimer Bates. Le spécimen est cité par son numéro de collecte (1174) dans Sharpe (1908 : 356) : On further collections of Birds from the Efulen District of Cameroon, West Cameroon With Notes by the collector G. L. Bates. Part. VI. Ibis, Ser. 9, Vol.2 : 317-357. Le sexe « tes[tis]. Small » a été déterminé par dissection, l’individu n’est pas reproducteur. On notera la complémentarité étiquette/publication pour la date et la localité de collecte.
Crédits © Muséum de Bourges
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Exemple d’informations, dégagées d’une étiquette, touchant tant à la biogéographie et l’histoire coloniale qu’à la linguistique et l’ethnographie. Le spécimen (BOUM - 12.Psi.148) est tiré d’un lot de 100 oiseaux de la collection Maës, présentant les mêmes étiquettes. La capture s’est faite dans un contexte de déficit hydrique qui affecta le Sénégal à la fin du XXe siècle (archives de la voie ferrée Dakar - Saint-Louis). L’étiquette propose des informations d’abondance, de coloration et de nomenclature. Victor Planchat (cursives typiques), un naturaliste employé par une ligne de chemin de fer et acteur de la colonisation, a transcrit un nom d’oiseau wolof en latin (non standardisé pour cette langue à cette époque) puis en wolofal (wolof écrit dans un alphabet arabe adapté à la phonologie des langues subsahariennes). Ce document prouve que le wolofal avait aussi un usage profane.
Crédits © Muséum de Bourges
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Étiquette présentant des informations partielles, pourtant accessibles si on les récole avec la bibliographie. Henry C. Palmer a été employé par Lord Walter Rothschild, le célèbre collectionneur londonien. Il a collecté sur l’île Chatham (Nouvelle Zélande) entre décembre 1889 et janvier 1890. La date de capture de ce Puffinure plongeur est assez précise, même si elle n’est pas écrite sur l’étiquette.
Crédits © Muséum de Bourges
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Besson, « Le grand casse-tête des étiquettes », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/1379 ; DOI : 10.4000/ocim.1379

Haut de page

Auteur

Ludovic Besson

Assistant de conservation du patrimoine, responsable des collections du muséum d’Histoire naturelle de Bourges

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org