Navigation – Plan du site
Les chantiers des collections : accompagner le récolement

Le chantier de rénovation de l’herbier national

Pascale Joannot

Texte intégral

1Le Muséum national d’Histoire naturelle, qui a la garde de près de 65 millions de spécimens, a décidé, en oc­tobre 2000, de redonner à la conservation et à la gestion de ses collections, ainsi qu’à la diffusion des con­naissances qui s’y rattachent, la place qu’elles méri­tent et a ouvert un chantier de rénovation des collections, dont l’objectif est de mener à bien la réorganisation structurelle, fonctionnelle et spatiale des collections. Tout en créant une direction des collections et en pre­nant un règlement intérieur des collections, des chan­tiers de conservation, d’inventaire et informatisation des collections ont été organisés. Le plus important d’entre eux est celui de la botanique, achevé, après 4 ans de travaux, en décembre 2012.

Le constat

2Depuis la création des collections de botanique en 1650, l’herbier national est devenu le plus important du monde. Le bâtiment de 10 365 m2, construit en 1936 avec l’aide de la Fondation Rockefeller, conçu pour accueillir 6 mil­­lions de spécimens, s’est, face à l’accroissement des fonds, révélé trop petit, peu fonctionnel et inadapté à la conservation.

3Deux solutions ont été envisagées : déplacer l’herbier dans un bâtiment neuf ou rénover l’existant pour doubler sa capacité d’accueil et le mettre aux normes de conservation. Cette dernière solution a été retenue dès 2002. Le progra­m­me de rénovation de l’herbier validé en 2006 et lancé en 2009 comprenait deux volets : la rénovation du bâ­timent et le chantier des collections de l’herbier national.

Le projet

4La rédaction du programme a été le fruit d’un travail d’équipe constituée par la direction de la rénovation du Muséum, la direction des collections et des botanistes, aidés par un consultant extérieur, Gilles Pacaud.

5Mener à bien la rénovation du bâtiment, classé Monu­ment Historique, était pour le bureau d’étude SNC La­valin et le cabinet d’architecture GAP Studio, com­plexe car il fallait travailler en site occupé. L’a­mé­­na­ge-

6ment intérieur a été repensé pour faciliter l’organisation et le travail des botanistes. Après avoir con­sulté d’au­tres institutions, nous avons opté pour un traitement de l’air contrôlé (température 19°C - humidité relative 50 %) dans les réserves de collections.

7Le cheminement d’une plante arrivée du terrain jus­qu’à sa mise en collection a été prévu : local d’arrivée, chambre froide pour la décontamination, atelier de pré­paration des spécimens, local d’informatisation, circu­lation, mise en collection, salle de consultation.

8La bibliothèque de botanique aménagée au rez-de-chaus­sée a également été prévue.

Les nouveaux rayonnages mobiles pour le rangement de l’herbier

Les nouveaux rayonnages mobiles pour le rangement de l’herbier

© MNHN/ Françoise Bouazzat

Le chantier des collections

9En parallèle du chantier bâtiment, la direction des col­lections a piloté le chantier du traitement des collections botaniques. Nous avions pour objectifs d’intégrer dans la collection des planches d’herbier non attachées ; de reconditionner des spécimens ; de numériser l’ensemble de la collection et de reclasser les planches selon l’ordre systématique en vigueur, et non plus par ordre géographique comme c’était le cas.

10Pour mener à bien ce chantier nous avons eu recours à des prestataires de services. Nous avons lancé des appels d’offres et donc rédigé en amont une étape essentielle : le cahier des charges. Ce travail d’équipe pluridisciplinaire, rigoureux et précis n’est pas simple lorsque les masses à traiter sont si importantes.

Une planche d’herbier en cours d’attachage

Une planche d’herbier en cours d’attachage

© Pascale Joannot

La numérisation des herbiers

La numérisation des herbiers

© Carlos Munoz/Look at sciences, 2010

Le chantier dit « d’attachage »

11Dans la collection de botanique, des spécimens étaient en attente d’être montés ou « attachés », c’est-à-dire retirés de leur conditionnement d’origine (une feuille de papier journal où ils avaient séchés), puis posés sur une planche de papier fort, fixés par de la colle ou des bandelettes de papier gommé. La plante attachée n’a de valeur scientifique que si sa « carte d’identité » l’accompagne : étiquette comprenant le nom de la plante, du collecteur, du lieu de collecte et la date.

12Le rez-de-chaussée du bâtiment de botanique a été aménagé pour recevoir les équipes de la Société Grahal, employant jusqu’à 22 personnes simultanément. Entre 2008 et 2012, 1 460 000 spécimens ont été at­ta­chés et classés. Les équipes ont effectué le pré-classement des planches, par famille botanique, pour faciliter leur intégration ultérieure dans la collection. Ces planches ont intégré la chaîne de numérisation.

Le chantier de reconditionnement, numérisation, reclassement et rangement des collections portait sur plusieurs opérations :

- le reconditionnement des planches : remplacement des chemises cartonnées regroupant plusieurs spécimens et des feuilles dites de papier sulfurisé protégeant cha­que spécimen ;

- la numérisation : prise de photographies numéri­ques des spécimens réalisée sur des chaînes automatisées et précédée par l’apposition d’une étiquette code barre sur chaque spécimen ;

- le reclassement : pour répondre aux besoins de la re­cher­che, les botanistes du Muséum ont modifié l’organisation initiale par secteur géographique et ordonné les planches selon l’ordre taxonomique utilisant la classification moderne des plantes dite APG3 (classification phylogénétique, troisième version de la classification botanique des angiospermes établie par l’An­giosperms Phylogeny Group) le secteur géographique devenant la clé de rangement secondaire ;

- le rangement des planches : les planches traitées, sto­ckées selon l’ordre taxonomique, ont été rangées dans les compactus, selon un plan d’occupation défini par les botanistes.

13Ces opérations confiées à la société OBS ont été réali­sées de mi 2010 à fin 2012. OBS a numérisé, sur un site extérieur au Muséum, 5 528 997 planches d’herbier. Des pres­tations de déménagement des collections, de fournitures et de stockage informatique ont complété ce chantier.

Le résultat

14Ce chantier a permis de résorber l’immense retard de classement et de numérisation des spécimens, de rendre accessible la collection (8 millions de spécimens dont 500 000 types) ; de retrouver un bon niveau d’échanges, d’acquisitions et de consultation (plus de 150 scientifiques/an). Les photographies en ligne constituent un herbier virtuel consultable, limitant la manipulation des spécimens et donc améliorant leur conservation.

15Entièrement piloté par les équipes du Muséum et financé par nos tutelles, ce chantier de rénovation a coûté 26,2 millions € : 15 millions € pour le bâtiment et 11,2 millions € pour le chantier des collections.

16Depuis 2013, une nouvelle étape est engagée : la création du premier site Internet de sciences participatives (http://lesherbonautes.mnhn.fr) consacré aux collections de l’Herbier national où chacun peut alimenter une base de données.

17Enfin, depuis le 27 novembre 2013 le Muséum a ouvert au public une galerie de botanique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les nouveaux rayonnages mobiles pour le rangement de l’herbier
Crédits © MNHN/ Françoise Bouazzat
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Une planche d’herbier en cours d’attachage
Crédits © Pascale Joannot
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre La numérisation des herbiers
Crédits © Carlos Munoz/Look at sciences, 2010
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1387/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Joannot, « Le chantier de rénovation de l’herbier national », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://ocim.revues.org/1387 ; DOI : 10.4000/ocim.1387

Haut de page

Auteur

Pascale Joannot

Directrice adjointe des collections, en charge des chantiers de rénovation au Muséum national d’Histoire naturelle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org