Navigation – Plan du site
Les chantiers des collections : accompagner le récolement

Le récolement au muséum de Rouen

Sébastien Minchin

Texte intégral

1Créé en 1828, le muséum de Rouen possède des collections qui n’ont jamais été inventoriées de façon exhaustive. Comme pour nombre de muséums, l’inventaire des collections et les connaissances s’y rapportant se résumaient à une affaire de spécialistes, transmise oralement de génération en génération, dans le meilleur des cas. L’établissement rouennais est pour cela un cas étonnant puisqu’il n’a connu que 3 directeurs en 137 ans (1828-1965).

2Rouvert en 2007, après 10 années de fermeture pour raisons de sécurité, le muséum de Rouen axe son projet scientifique et culturel autour du principe du muséum durable et responsable : chaque action engagée s’inscrit dans le temps et le développement durable, rendant le musée acteur des sociétés. Ainsi, bien qu’étant issues majoritairement du XIXe siècle, les collections deviennent de formidables vecteurs de com­pré­hen­sion et de questionnement sur l’évolution du muséum tout au long de son histoire.

3De l’inventaire au muséum durable et responsable

4Le muséum durable et responsable, c’est tout d’abord s’interroger sur le choix des objets à inventorier et entrant en collection. C’est se fixer une ligne de conduite claire quant au devenir des objets, notamment ceux définis par l’ICOM comme « objets sensibles ». Depuis 2007, le mu­séum de Rouen interroge ainsi la société sur la place et le statut des restes humains, tant du point de vue patrimonial qu’éthique, mais également sur la prise en compte des peuples autochtones et de leurs revendications, qu’elles soient de l’ordre de demandes de restitution ou simplement de la possibilité d’accès aux collections.

Détection et analyse par spectrométrie des composés inorganiques

Détection et analyse par spectrométrie des composés inorganiques

© Muséum de Rouen

Saisie informatique des données d’inventaire

Saisie informatique des données d’inventaire

© Muséum de Rouen

L’inventaire comme témoin des conditions de conservation du passé

5L’inventaire et le récolement nous renseignent sur l’état des collections et permettent de déceler les conditions inadaptées devant nous inciter à repenser nos prati­ques de conservation : c’est passer du tout chi­mi­que et d’une conservation curative à une con­servation préventive dynamique. À Rouen, le grand écart entre les très mauvaises conditions de conservation dues à l’ab­sence de chauffage et la surprenante « bonne con­ser­vation » des collections nous a amenés à nous interroger sur les pratiques du passé quant à l’utilisation en grandes quantités de produits chimiques de traitement devant éviter les infestations.

L’inventaire comme témoin des pratiques du passé

6Ce constat est à l’origine d’un programme de recher­che novateur et ambitieux, dont les objectifs sont de détecter et d’analyser les produits chimiques utilisés tant lors des préparations des spécimens que lors des traitements successifs, et de déterminer si des résidus de ces produits sont encore présents sur les spéci­mens et dans l’environnement muséal. Les prémi­ces de ce projet ont fort naturellement été testés lors de la restitution de la tête maorie à la Nouvelle-Zélande, afin d’éviter que celle-ci, potentiellement polluée, ne contamine le sol lors de sa future inhumation.

7Depuis 2010, ce programme de recherche piloté par le muséum, est mené conjointement avec l’Institut Na­tio­nal des Sciences Appliquées de Rouen (INSA) et son département de Maîtrise des Risques Industriels et Environnementaux (MRIE), le Centre de Recher­che et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et Air-Normand, organisme missionné par le mi­nistère de l’Écologie pour analyser sur la région Haute-Nor­mandie la pollution de l’air liée au trafic automobile et aux industries.

8Chaque partenaire, selon son domaine de compétence et ses objectifs propres, trouve un intérêt indéniable à ce projet et y apporte son expertise et des moyens techniques importants : recherche et formation des élèves ingénieurs pour l’INSA, recherche en conservation et restauration des collections spécifiques pour le C2RMF, études et analyses de l’impact de ces polluants peu étudiés dans l’environnement pour Air-Normand.

Vers un inventaire durable et responsable

9Ce projet durable et responsable assure une meilleure connaissance des pratiques héritées du passé et améliore les conditions de travail et la prise en compte de la santé des agents.

10En intégrant ces résultats aux inventaires et récolements, dans une sorte de « 19e colonne virtuelle », nous construisons une traçabilité des polluants détec­tés et analysés, tant au niveau des spécimens que des vitrines et des bâtiments.

11La transmission écrite de l’information et des actions entreprises, au travers de l’inventaire et du récolement, devient un investissement important pour le mu­­séum, très éloigné de la logique d’antan principalement axée sur l’oralité. C’est toute la philosophie d’un muséum du­rable et responsable. Les sociétés évoluent, le musée aussi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Détection et analyse par spectrométrie des composés inorganiques
Crédits © Muséum de Rouen
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Saisie informatique des données d’inventaire
Crédits © Muséum de Rouen
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Minchin, « Le récolement au muséum de Rouen », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/1390 ; DOI : 10.4000/ocim.1390

Haut de page

Auteur

Sébastien Minchin

Directeur du muséum d’Histoire naturelle de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org