Navigation – Plan du site
Le matériel d'étude : une problématique partagée, des réponses diversifiées

Une autre lecture : matériel de fouilles et collections patrimoniales au musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac en Dordogne

Antoine Chancerel

Texte intégral

1La note-circulaire du 19 juillet 2012 sur les « matériels d’étude » fait la part belle aux objets archéologi­ques issus de fouilles programmées, d’opérations pré­ventives, de prospections et de découvertes fortuites. Une lecture un peu rapide et superficielle du texte con­duirait à l’idée que ces objets sont les biens par excel­lence sur lesquels pourraient s’appliquer les dispositions énoncées (cf. le 1.1 de la note, www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES/materiels-etude.pdf) et que leur gestion peut aisément s’accommoder en bout de course d’un classement en dehors du champ des biens inaliénables et imprescriptibles. Il n’en est évidemment rien et tel n’a pas été l’esprit de ses concepteurs. Il reste cependant que le nombre de fois où ces objets archéologiques sont mentionnés dans le texte ne laisse pas de doute sur le caractère problématique qu’ils peuvent avoir pour bien des gestionnaires de collections de musées. Cette récurrence traduit également en creux le fait qu’ils constituent un domaine à part dont la spécificité impose une prise en compte distincte du lot habituel des fonds des musées.

La collection de comparaison archéozoologique

La collection de comparaison archéozoologique

© P. Jugie MNP

2Le musée national de Préhistoire a fait de ces objets archéologiques l’essence même de sa collection. Dans leur immense majorité, ils ont été patrimonialisés et, de ce fait, inscrits à l’inventaire. La question de leur intégration au domaine public, ici de l’État, s’est toujours imposée comme une évidence pour les quatre directeurs qui se sont succédés à la tête de l’établisse­ment depuis sa création en 1923. Les objets archéologiques sont en effet les témoins des occupations hu­maines du passé, et parfois, comme en Préhistoire, les seuls disponibles pour l’étude et la présentation. Le principe même de leur conservation n’a donc jamais fait débat. Ces objets sont en effet rares et leur acquisition a souvent nécessité des protocoles de fouilles patients et coûteux. Ils sont uniques et, même dans le cas de productions standardisées (comme certaines céramiques antiques), le gisement qui les contient avec sa somme de relations inter-objets est unique. Ils sont de plus non reproductibles. Contrairement, par exem­ple, à l’agronome étudiant des salades et qui peut toujours en replanter, l’archéologue n’a pas d’autre choix pour progresser que de consommer toujours un peu plus une ressource archéologique finie. Ces qualités du patrimoine archéologique sont essentielles pour com­prendre leur valeur insigne, car après la fouille, ce qui va rester d’un gisement, et qui permettra d’en repren­dre éventuellement l’étude à l’aune de nouvelles problématiques, sera la collection d’objets, assortie le cas échéant de la documentation afférente. Nombre de gi­sements fouillés ne sont plus accessibles aujour­d’hui qu’au travers des vestiges qui y ont été recueillis. Il im­porte donc d’en assurer la préservation avec toute l’é­ner­gie possible.

3Fort de son exceptionnelle collection (6,5 millions d’ob­jets issus des plus grands gisements paléolithiques français), le musée des Eyzies accueille ainsi en permanence des chercheurs venus du monde entier. Et comme par un fait exprès, les collections les plus sollicitées sont celles des gisements classiques fouillés au début du siècle et dans les années 1960. La recherche archéologique a en effet cette singularité de s’appuyer sur la totalité des découvertes déjà faites, qu’elles soient récentes ou très anciennes : tel vase à décor rare reste signifiant même s’il a été exhumé il y a un siècle.

4Le récolement en cours a été l’occasion de formaliser un certain nombre de principes de gestion à valeur plus générale. Le premier, tout à fait fondamental, est que les collections archéologiques sont, par essence, sérielles. Les objets n’ont de sens (et de raison d’être gardés) qu’associés à un contexte de découverte et au sein d’un ensemble pertinent. Cette qualité spécifi­que en conditionne le mode de gestion par lots, que ceux-ci comportent des milliers de pièces ou une seule. Le second est que la clé d’entrée de tout le système de référencement des objets est le gisement d’où ils pro­viennent. Cette pratique de bon sens, et seule cohérente avec la législation archéologique, se satisfait ce­pendant difficilement des applications informatiques muséales actuelles.

Canine d’ours trouvée lors des fouilles de 1902 à 1930 sur l’habitat néandertalien de la Ferrassie (Dordogne). Les traces superficielles d’impact, passées inaperçues à l’époque, ont pu être interprétées récemment grâce à des expérimentations, elles résultent d’un usage en percuteur tendre pour la retouche des racloirs en silex.

Canine d’ours trouvée lors des fouilles de 1902 à 1930 sur l’habitat néandertalien de la Ferrassie (Dordogne). Les traces superficielles d’impact, passées inaperçues à l’époque, ont pu être interprétées récemment grâce à des expérimentations, elles résultent d’un usage en percuteur tendre pour la retouche des racloirs en silex.

© RMN/P. Jugie MNP

5Des fonds d’étude hors-inventaire sont également pré­sents à titre d’ensembles de comparaison : série d’ossements actuels pour les déterminations des faunes archéologiques, lithothèque pour celles des roches em­­ployées à la confection d’outils préhistoriques, résultats d’expérimentations, fonds ethnographiques, mou­lages... À la marge, ils peuvent aussi concerner des sé­­ries ayant perdu leur contexte de découverte ou mé­langées (comme par exemple le fonds Hauser entièrement sinistré lors de la première guerre mondiale) et qui, à défaut d’intérêt scientifique, ont acquis malgré tout avec le temps un intérêt historique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La collection de comparaison archéozoologique
Crédits © P. Jugie MNP
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Canine d’ours trouvée lors des fouilles de 1902 à 1930 sur l’habitat néandertalien de la Ferrassie (Dordogne). Les traces superficielles d’impact, passées inaperçues à l’époque, ont pu être interprétées récemment grâce à des expérimentations, elles résultent d’un usage en percuteur tendre pour la retouche des racloirs en silex.
Crédits © RMN/P. Jugie MNP
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1399/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Chancerel, « Une autre lecture : matériel de fouilles et collections patrimoniales au musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac en Dordogne », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/1399 ; DOI : 10.4000/ocim.1399

Haut de page

Auteur

Antoine Chancerel

Conservateur en chef du patrimoine, en charge du récolement décennal des collections et du département de Préhistoire récente

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org