Navigation – Plan du site
Les retombées : récoler pour diffuser

Vu du côté des bases : le recueil des données par Trans’Tyfipal®

Jérôme Thomas

Texte intégral

1Trans’Tyfipal® est intégré au programme e-ReColNat pour lequel il réalise l’inventaire des spécimens « types » et figurés paléontologiques conservés en France, avec une extension à la zoologie. « Les holotypes, syntypes, lectotypes et néotypes constituent les standards de référence internationaux dont dépend l’objectivité de la nomenclature » (CINZ, 1999, article 72.10, p. 209). Ces « types » et les spécimens figurés à valeur scientifique, mais non nomenclaturale, sont des biens patrimoniaux au sens de l’article L1 du Code du Patrimoine et doivent donc faire l’objet du récolement décennal. Le Code International de Nomenclature Zoologique mentionne que « tout établissement où sont déposés des types devrait : 1) s’assurer que tous sont clairement marqués, de manière à ce qu’ils soient recon­naissables sans ambiguïté ; 2) prendre toute disposition pour leur bonne conservation ; 3) les rendre accessibles pour étude ; 4) publier des listes de types en sa possession ou dont il a la charge et 5) autant que possible, communiquer les renseignements concernant les types » (CINZ, 1999, recommandation 72F. Responsabilité des établissements, p. 210). Le récolement décennal permet donc de transcrire en droit français la recommandation 72F.1., alors que Trans’Tyfipal® est un des outils favorisant les deux dernières mentions (72F.4 et 5).

Photographie d’un spécimen type

Photographie d’un spécimen type

© Université de Bourgogne/Jérôme Thomas

2À ce jour, nous recensons déjà plus de 125 000 « types » et figurés paléontologiques pour une trentaine de mu­sées et universités. Ce chiffre est en accroissement ré­gulier en fonction de l’apport des nouvelles publications et des récolements dans les établissements détenteurs, surtout quand on sait que plus de 300 institutions con­servent des collections de fossiles.

3Dans son analyse des caractéristiques des muséums, Michel Van-Praët recommandait aux muséums de va­­loriser leurs collections en s’inscrivant dans les démar­ches globales d’inventaires tels que le portail GBIF, ou via des systèmes spécialisés, comme Trans’Tyfipal® pour les « types » paléontologiques (Van-Praët, 2010, p. 28).

UBGD 10350, holotype de Perisphinctes Besairiei (Collignon, 1959)

UBGD 10350, holotype de Perisphinctes Besairiei (Collignon, 1959)

© Université de Bourgogne/Jérôme Thomas

4Du point de vue d’un diffuseur comme Trans’Tyfipal® et au moment où s’achève le premier récolement décennal des musées de France, nous avons rencontré trois principaux cas.

51) En raison d’une focalisation du personnel des collections sur le récolement (auquel peut s’ajouter une rénovation de l’établissement et/ou un grand chantier des collections), certaines institutions n’ont pu répon­dre favorablement à notre sollicitation. Bien que ce cons­tat soit négatif, il s’agit plus d’une indisponibilité temporaire que d’un refus de participer. En effet, ces éta-blissements souhaitent programmer cette valorisation dans les mois à venir.

62) D’autres ont priorisé le récolement des « types » et figu­rés et ont pu profiter de l’informatisation et de la nu­­mé­risation de ces spécimens par les équipes de Trans’Tyfipal® sur financement d’e-ReColNat. Ce fut le cas pour les musées de Bourges, Le Mans et Mont­béliard, pour lesquels la documentation issue des publi­cations scien­tifiques et les photographies favorisent le repérage de spécimens et complètent leurs inventaires.

73) Certains établissements, et plus particulièrement les « musées mixtes » disposant rarement de l’expertise scientifique en sciences naturelles, ont pu profiter de différents projets. Ce fut par exemple le cas du musée municipal de Semur-en-Auxois (21) qui con­serve un fonds important de fossiles du Sinémurien (site éponyme de l’étage géologique du Jurassique reconnu internationalement). Un projet réunissant ce musée et le laboratoire uB-CNRS Biogéosciences, avec l’aide technique de Trans’Tyfipal® et un financement de GBIF-France, a permis de documenter, inventorier et numériser l’intégralité de la collection paléontologi­que (environ 11 000 spécimens), et plus particulièrement les 200 spécimens de référence. Ce travail a grandement facilité son récolement.

8Dans la majorité des muséums, les récolements devraient avoir permis de mieux documenter les collections et de repérer les spécimens-» types » et figurés. Rap­pelons que le programme finance l’intervention dans les établissements demandeurs d’équipes d’informatisation et de numérisation des spécimens de référence en paléontologie et zoologie. La fin du récolement en 2014 et la poursuite d’e-ReColNat devraient favoriser ces opérations de valorisation des collections.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Commission Internationale de Nomenclature Zoologique. Code International de Nomenclature Zoologique, 4e édition, texte français. Londres : The Natural History Museum, Cromwell Road, 1999, 306 p.

Van-Praët, M. Les muséums d’histoire naturelle, lieux d’un dialogue con­temporain entre sciences et sociétés, Musées et Collections Publiques de France, n° 258 (1), 2010, pp. 24-29.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie d’un spécimen type
Crédits © Université de Bourgogne/Jérôme Thomas
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre UBGD 10350, holotype de Perisphinctes Besairiei (Collignon, 1959)
Crédits © Université de Bourgogne/Jérôme Thomas
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Thomas, « Vu du côté des bases : le recueil des données par Trans’Tyfipal® », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://ocim.revues.org/1404 ; DOI : 10.4000/ocim.1404

Haut de page

Auteur

Jérôme Thomas

Ingénieur chargé de collections muséales,
Université de Bourgogne, laboratoire uB-CNRS 6282 Biogéoscience

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org