Navigation – Plan du site
Les retombées : récoler pour diffuser

Du récolement à l’exposition Un potager de plâtre au muséum d’Auxerre

Sophie Rajaofera et Gilles Pavy

Texte intégral

1Depuis septembre 2013, le muséum d’Auxerre présente une centaine de moulages botaniques dits « collection Vilmorin ». Nous souhaitions présenter ces pièces, conservées en réserve, qui n’avaient jamais été présentées dans leur ensemble. La campagne de récolement de cette collection a constitué un excellent préalable à la préparation de l’exposition.

Récolement et même plus

2Ce récolement est allé au-delà de la simple vérification de la présence de pièces pour prendre plusieurs dimensions.

Une documentation de la collection du muséum

3Bien que le contact avec Vilmorin, qui conserve encore des pièces de même type, ait été infructueux, nous avons cependant pu rassembler des informations grâce à des catalogues d’exposition et à une sollicitation de la museumliste. Une autre source possible est l’Association des Anciens de Vilmorin, qui ont connu ces mou­lages à leurs débuts chez Vilmorin.

4Ce sont 2 500 modèles botaniques qui ont été produits entre 1850 et 1880 par Théveny, mouleur, pour le mu­sée d’Économie botanique de l’entreprise Vilmorin-Andrieux et Cie et comme objets promotionnels présentés lors des Expositions universelles. Nous con­servons une centaine de pièces de cette série. Pour retracer l’arrivée de la collection au muséum, en l’absence d’archives écrites, nous avons eu recours aux témoigna­ges des retraités du muséum... parfois contradictoires. Notre série aurait été donnée vers 1975 par la veuve d’un ancien de Vilmorin, lui-même ayant sauvegardé ces pièces lors du déménagement de l’entreprise à La Ménitré en 1971. Aucun document formalisant l’arrivée ou le don des 114 pièces au muséum n’a pu être retrou­vé. L’inscription à l’inventaire n’a été faite qu’en 1990.

Quelques spécimens de la collection de moulages botaniques en plâtre

Quelques spécimens de la collection de moulages botaniques en plâtre

© Ville d’Auxerre/Josette Laliaux

Récolement et chantier des collections

5La seconde étape fut la mise en place d’une chaîne de traitement des pièces ; ce fut l’occasion de mobiliser et sensibiliser des agents qui ne sont habituellement pas en prise directe avec les collections.

6Le récolement a été réalisé sur pièce et comportait un pointage par rapport à l’inventaire, la prise de mesures (dimensions et poids), d’une ou plusieurs photographies et un reconditionnement : boîte de type LAB et/ou caisse en polypropylène avec aménagement en mousse de type polyéthylène.

7Chaque fiche de récolement comportait un constat d’état rapide. Les déterminations ont été vérifiées et souvent corrigées à l’aide des planches botaniques Vilmorin du XIXe siècle. Nous disposions en effet de deux ou trois dénominations différentes pour chaque pièce (anciennes listes ou étiquettes d’exposition).

8À l’issue du récolement, nous possédions une idée précise de l’état de conservation de la collection, de la quantité de pièces pouvant être mises en exposition et d’éléments techniques (volume, poids). Cette étude menée sur 3 jours a été l’occasion pour l’équipe de voir – enfin – intégralement la collection.

Une présentation de l’exposition Un potager de plâtre

Une présentation de l’exposition Un potager de plâtre

© Ville d’Auxerre/Josette Laliaux

Des recherches complémentaires

9Trois spécimens ont été radiographiés pour déterminer la technique utilisée. Cela a permis d’éliminer l’hypothèse d’une armature centrale métallique (présente uniquement dans les queues et fanes) et de montrer que les moulages étaient pleins et contenaient un noyau fi­breux. Ces résultats ont été présentés dans l’exposition.

L’exposition Un potager de plâtre

10Grâce aux recherches, la collection a pu être valorisée pour elle-même dans la première section de l’exposition, les suivantes illustrant la domestication et la sélection. La quasi-intégralité de la collection a été présentée.

11L’exposition a été un vrai succès auprès de plus de 3 000 visiteurs en huit semaines, dont des publics nouveaux. Nous avons pu mesurer l’enthousiasme des visiteurs, collègues, élus et journalistes devant le travail de recherche mené par l’équipe et l’originalité et la richesse de la collection. Le succès nous a incités à prolonger l’exposition sous une forme réduite jusqu’en juin 2014 et un prêt de l’exposition (textes et pièces) est prévu cet été au musée Buffon à Montbard (21).

12En conclusion, nous pouvons nous poser la question de savoir si le récolement ne permet pas une forme de dy­na­misme pour la mise en exposition de collections peut-être moins connues des visiteurs habituels d’un mu­séum... et même des équipes. Cette opération rem­plit parfaitement nos différentes missions de conservation et de diffusion scientifique et peut permettre une réelle avancée de nos connaissances et la valorisation d’un patrimoine méconnu. Ce « récolement exposable » aura une suite en 2014, puisque le prochain projet pour cette collection est de présenter un dossier en vue d’un passage devant la commission interrégionale de restauration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Quelques spécimens de la collection de moulages botaniques en plâtre
Crédits © Ville d’Auxerre/Josette Laliaux
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Une présentation de l’exposition Un potager de plâtre
Crédits © Ville d’Auxerre/Josette Laliaux
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Rajaofera et Gilles Pavy, « Du récolement à l’exposition Un potager de plâtre au muséum d’Auxerre », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/1407 ; DOI : 10.4000/ocim.1407

Haut de page

Auteurs

Sophie Rajaofera

conservatrice du muséum d’Auxerre

Gilles Pavy

responsable des collections au muséum d’Auxerre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org