Navigation – Plan du site
Les retombées : récoler pour diffuser

La diffusion des collections liée au récolement

Nathalie Mémoire pour la Conférence Permanente des Muséums de France

Texte intégral

1La journée consacrée au récolement organisée en dé­cembre 2013 par le Service des Musées de France axait la réflexion autour de deux thèmes : récolement et nou­velles réserves et récolement et diffusion. Tandis que le muséum de Nantes était invité à intervenir sur la ques­tion des réserves mutualisées, la Conférence Per­manente des Muséums de France (CPMF) s’interrogeait sur la thématique de la diffusion.

2Comme il a été dit, le chantier des collections dans les muséums n’a pas commencé avec l’obligation du réco­lement mais a été entrepris dès la décennie 1990 (et mê­­me 1981 à Grenoble). En effet, pour la plupart d’entre eux, c’est la possibilité de créer des bases de données informatisées qui a motivé la réalisation d’inventaires documentaires. Pour certains, comme à La Rochelle, Lyon, ou Bordeaux, c’est le projet de rénovation complète de l’établissement qui a conduit à l’intensification de ces chantiers, pour d’autres, c’est le réaménagement de nouvelles salles ou la création de nouvelles réserves (Nancy, Saint-Quentin).

3L’obligation du récolement a créé une dynamique na­tio­nale qui a souvent permis de sensibiliser les élus et d’ac­­célérer la réalisation des chantiers (Bayonne, Lyon…) grâce à l’obtention de moyens supplémentaires (personnel occasionnel, locaux), et l’implication des équi­pes. Mené sur plusieurs années, il a considérablement amélioré le niveau de documentation des collections (notamment pour l’origine des biens, la couverture pho­tographique, les constats d’état) et, en conséquence, la connaissance globale des fonds de collections. L’enrichissement des bases de données des collections qu’il a engendré, a conforté les perspectives de valori­sation des collections qui se traduisent déjà ou devraient se traduire à terme par :
- la consultation en ligne des collections par le public ;
- le versement des données dans les bases et portails nationaux et internationaux.

4Ainsi, Le Mans et Strasbourg, mais aussi Nice, Nancy, Angers, Aix-en Provence, Auxerre, Bourges, Montbéliard, Rouen, entre autres, ont-ils déjà alimenté certaines de ces bases spécialisées, en particulier : Trans’

Le récolement ?...Ça colle ! 10 ans de récolement des collections

Lors de la réunion de la Conférence Permanente des Muséums de France du 27 septembre 2013, Catherine Gautier (directrice du muséum de Grenoble) sug­gérait que nous utilisions notre réseau pour créer de manière collaborative des contenus d’expositions qui pourraient être déclinés et enrichis par chacun selon ses espaces, ses moyens et ses spécificités de collections comme de public.

Une thématique déjà largement travaillée en commun au cours des deux dernières années pouvait être celle du récolement, une exposition sur le sujet lui-même permettant d’expliquer à un large public comme aux élus les enjeux nationaux mais aussi les spécificités partagées de nos muséums, le potentiel des collections et le travail des acteurs. Concrètement, la préparation d’articles pour La Lettre de l’OCIM sur le sujet pouvait être la source documentaire servant de base aux textes de l’exposition. Des photographies re­présentatives, témoignant du travail dans différents mu­sées, pouvaient aisément venir illustrer le propos.

L’exposition collaborative se décline en une douzaine de panneaux formant un tronc commun. Les premiers décrivent les obligations, les enjeux et les échéances pour l’ensemble des « Musées de France ». Sont ensuite évoquées les problématiques partagées au sein de la CPMF, les stratégies mises en œuvre par chacun, enfin la valorisation des collections qui peut déjà et pourra être faite suite à ces chantiers. En complément, un nombre variable de panneaux, zoomant sur cha­que établissement, permettra de développer les particularités de chacun en termes d’histoire, de volume de col­l­ections, de méthodologie et moyens mis en œuvre, enfin de perspectives et de suites à donner.

Ainsi, une première déclinaison sera présentée à Bordeaux du 13 juin au 21 septembre 2014. À la partie commune s’ajouteront six panneaux sur le muséum de Bordeaux et un sur le contexte des musées en Aqui­taine, ainsi qu’un large échantillon des collections, re­présentatif de leur diversité, permettant d’éclairer con­crètement le propos.

5Les panneaux (ou seulement les textes dans une autre mise en page adaptée aux chartes des établissements) seront utilisés, dès juillet à Aix-en-Provence pour une exposition sur le chantier des collections, pour les Journées européennes du Patrimoine à Nantes, Bourges, Lille et Saint-Quentin en Picardie qui poursuivra avec la Fête de la Science, cette occasion étant également celle choisie par Angers ; Clermont-Ferrand utilisera les contenus sous forme d’un diaporama, Nancy utili­sera quelques extraits des textes dans une exposition centrée s

6Tyfipal®, GBIF, Tela Botanica (réseau collaboratif de botanistes francophones), Sonnerat... (voir l’article de Marie-Dominique Wandhammer et Nicolas Morel, p. 79 et le texte de Jérôme Thomas, p. 84).

7Des publications ont pu directement bénéficier de la documentation des collections, comme la collection sur le Patrimoine géologique (synthèses sur chacun des stratotypes, sites de référence internationale situés en France) à laquelle ont contribué entre autres les muséums du Mans, d’Aix-en-Provence, de Bordeaux. Des articles concernant directement les problémati­ques de conservation ont également été publiés dans plusieurs revues spécialisées (Rouen). Renforçant la connaissance historique des collections, notamment les liens transversaux entre objets appartenant à des domaines différents, le récolement devrait permettre de publier un certain nombre de catalogues raisonnés – Montbéliard-muséum Cuvier (voir l’article de Thierry Malvesy, p. 86), Clermont-Fer­rand – et aussi d’envisager de nou­veaux sujets d’études sur les collections.

8D’autre part, le récolement conduisant à mieux con­naître et documenter les collections nous permet de planifier une meilleure valorisation via le réaménagement de nouveaux espaces (Montbéliard-muséum Cu­vier, Nancy, Auxerre) et les programmations d’exposi­tions à venir.

9Des expositions spécifiques présentant au public les chan­­tiers des collections ont été réalisées à Auxerre, Lyon, Châteaudun, Bordeaux, et d’autres sont prévues en 2014 (Aix-en-Provence, Montbéliard-muséum Cu­vier, Bordeaux, Nancy), ainsi que de nombreuses visites des réserves et des chantiers lors des Journées européennes du Patrimoine. La presse s’est souvent fait l’écho de ces manifestations.

10La découverte ou redécouverte de spécimens rares qui serait due au récolement reste exceptionnelle (Toulon, Auxerre) ou anecdotique. En revanche, la mise en ligne de nos bases de données devrait fortement accroître le nombre de demandes de consultations et d’études.

11En conclusion, les muséums dans leur ensemble se reconnaissent davantage dans une synergie de projets plus que dans l’application directe d’une obligation règlementaire. Il est néanmoins incontestable que le récolement comme objectif partagé a permis de sen­sibiliser les élus, accélérer des projets, motiver les équi­pes et informer le public d’une part de l’activité restée jusqu’alors peu visible.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Mémoire pour la Conférence Permanente des Muséums de France, « La diffusion des collections liée au récolement », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/1410 ; DOI : 10.4000/ocim.1410

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org