Navigation – Plan du site

L’ouverture à la culture des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes : quels enjeux ?

Nadège Bonnet-Ligeon

Résumé

Cette analyse de la mise en œuvre d’un programme culturel à destination des personnes âgées résidant dans un EHPAD montre la véritable dynamique culturelle créée à cette occasion au sein de l’établissement, mais elle pointe également la fragilité des dispositifs mis en place faute de moyens humains et face à la complexité et à la longueur des procédures financières.

Haut de page

Texte intégral

Présentation théâtrale à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits et la Compagnie Artiflette.

Présentation théâtrale à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits et la Compagnie Artiflette.

© EHPAD Notre-Dame-des-Vignes.

1En 2014, les responsables de l’EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes âgées dépendantes) Notre-Dame-des-Vignes à Albertville (73), conscients des enjeux de la culture pour les parcours de vie des résidents, ont souhaité favoriser le développement culturel de l’établissement. Ainsi, plusieurs projets ont été initiés en partenariat avec les acteurs associatifs, publics et privés de ce territoire dans le cadre d’un stage de fin d’études de quatre mois. Un an après, il convient d’établir le bilan de cette expérience positive afin d’inciter les acteurs culturels et les professionnels du secteur médico-social, notamment ceux qui interviennent auprès des personnes âgées, à travailler en synergie au service de ce nouveau public.

Le contexte

  • 1 Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) Les personnes âgées : fiches (...)

2Les avancées réalisées au cours des dernières décennies pour la prise en compte des publics dans le domaine culturel sont indéniables. Néanmoins, il existe encore une grande disparité concernant les offres culturelles adressées aux différentes catégories de visiteurs à l’image des actions menées en direction des personnes de plus de 65 ans, communément appelées seniors1. Cette catégorie est caractérisée par une importante hétérogénéité car elle regroupe à la fois les jeunes retraités, les personnes très âgées, celles qui vivent à leur domicile et celles qui habitent en maison de retraite (les logements-foyers, les établissements médicalisés comme les EHPAD et les services hospitaliers). Un phénomène qui empêche toute réflexion globale quant à la mise en place d’une politique culturelle envers ces personnes.

3En outre, malgré les politiques culturelles en faveur des personnes âgées (notamment celles résidant en institution) formulées depuis les années 2000 par l’État et les collectivités territoriales, peu de projets ont été initiés et de très grandes disparités existent entre les territoires. En effet, s’il est indéniable que les projets culturels conduits dans les EHPAD depuis l’extension à titre expérimental de la convention « Culture et Santé » à l’ensemble des établissements médico-sociaux sont croissants, la majeure partie des actions se déroule dans les hôpitaux ou bien dans les maisons de retraite dépendantes d’un centre hospitalier. Comme cela est souligné dans l’article, il existe une grande disparité entre les territoires. Un constat lié notamment à l’implication ou non des collectivités territoriales dans cette politique culturelle, mais qui s’explique également par la spécificité de ces dispositifs qui demandent une double compétence et donc la mutualisation des connaissances entre les acteurs du milieu médico-social et ceux de la culture. La mise en œuvre de ces politiques nécessite également des moyens humains et financiers qui ne sont pas toujours mobilisables. Pourtant la demande existe et elle est formulée par l’engagement des résidents dans les actions culturelles qui leur sont proposées. Les structures médico-sociales conscientes des enjeux de la culture pour les résidents et leur personnel sont également demandeuses. Il s’agit d’un potentiel de développement pour les structures culturelles dont l’une des missions est l’élargissement de leurs publics afin de garantir l’accès de tous à la culture.

Présentation du projet

4L’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, autorisé par l’arrêté du 22 décembre 2004, dépend de l’association « Chemins d’espérance : l’âge en partage ». Cette dernière regroupe, à l’échelle nationale, plusieurs structures d’hébergement pour personnes âgées où cohabitent des religieux et des laïcs. L’établissement savoyard, qui a ouvert en octobre 2007, accueille 81 personnes dont 78 de manière permanente, 2 en accueil temporaire et 1 en accueil de jour. L’âge moyen des résidents est de 86 ans.

5L’objectif de ce projet était la conception d’un programme culturel mettant en lien les différents acteurs du territoire. Ce dispositif s’adressait en premier lieu aux résidents mais sa portée était bien plus importante car il touchait également le personnel de l’établissement, les bénévoles et les familles. En outre, son élaboration devait prévoir la mise en place d’actions culturelles au sein de l’établissement, afin de rendre la culture accessible au plus grand nombre de résidents, mais aussi de permettre à ceux qui le désiraient de profiter des offres culturelles proposées sur le bassin albertvillois. Le projet associatif et le projet d’établissement de l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes soulignent également l’importance de l’ouverture de la maison de retraite sur le quartier qui l’entoure. Il était donc intéressant de réfléchir à la manière dont les actions culturelles pouvaient contribuer à cette perspective.

La démarche

6Il était fondamental que les résidents de l’EHPAD soient placés au cœur du projet. Pour cela, il fallait en amont de sa conception identifier leurs attentes culturelles. Ainsi, une enquête qualitative a été élaborée sous la forme d’entretiens. Le panel des enquêtés a été défini en collaboration avec les responsables de santé de l’établissement afin de ne pas placer les résidents en situation d’échec face aux demandes faites. Ainsi, parmi les personnes sollicitées, 30 résidents à parité égale, soit 66 % du panel, ont souhaité participer à l’enquête. Cette dernière a révélé que 56 % des enquêtés avaient une pratique culturelle et/ou artistique (pratiquer un instrument, chanter, peindre ou dessiner, jouer au théâtre, lire, écouter de la musique) avant leur entrée en maison de retraite. Plus de la moitié d’entre eux, soit 58 % poursuivent ces activités à titre individuel au sein de l’établissement à l’exception d’un résident qui se rend une fois par semaine à l’École de Musique et Danse de la ville. En outre, 73 % des personnes interrogées avaient fréquenté une ou plusieurs structures culturelles (musées, théâtres, cinéma, salles de spectacles, sites patrimoniaux...) dans leur vie.

7Il était également intéressant de connaître l’opinion du personnel quant à l’intégration de la culture au sein de l’établissement. À cette fin, une enquête a été réalisée auprès des salariés de l’EHPAD sous la forme d’un questionnaire. Selon les propos recueillis, les enjeux thérapeutiques et sociaux liés à la mise en œuvre d’actions culturelles au sein des maisons de retraite justifient leur développement. De plus, 85 % des salariés ont déclaré qu’ils aimeraient partager davantage d’activités avec les résidents et 66 % d’entre eux seraient prêts à prendre part à ces actions dans le cadre de leur travail. Selon eux, l’enjeu de cet engagement est « d’accompagner les résidents autrement et de les voir sous un autre angle ».

8Parallèlement à ces enquêtes, il était important de sensibiliser les acteurs culturels du territoire à l’élaboration de ce projet car l’intérêt était de concevoir ce programme en partenariat avec eux. Ainsi, ils ont été reçus individuellement au sein de l’établissement afin notamment de rencontrer les résidents et d’échanger quelques mots avec la directrice de l’établissement et la stagiaire chargée du développement culturel sur les orientations de ce programme.

Les actions mises en œuvre

9Les projets menés dans le cadre de cette investigation sont avant tout le fruit d’une volonté et d’une coopération humaines. Ces actions n’ont, en effet, engendré aucun coût financier pour la maison de retraite ou bien une participation modérée au vu de la qualité de la prestation car les intervenants étaient conscients du poids financier de cet engagement sur le budget de l’EHPAD. Les projets voués à s’inscrire sur le long terme feront l’objet d’une demande de subvention auprès des collectivités territoriales et notamment le Département de la Savoie qui propose différentes formes de subventions pour les actions culturelles menées en faveur des publics dits empêchés.

Atelier mémoire réalisé à l’occasion de l’installation de l’exposition Le vélo d’hier à aujourd’hui organisée à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes grâce au prêt du Service Patrimoine de la Ville d’Albertville.

Atelier mémoire réalisé à l’occasion de l’installation de l’exposition Le vélo d’hier à aujourd’hui organisée à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes grâce au prêt du Service Patrimoine de la Ville d’Albertville.

© Nadège Bonnet-Ligeon

Initier une dynamique culturelle au sein de l’établissement

Présenter une exposition

10Dans le cadre d’un partenariat entre l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes et le service Patrimoine de la Ville d’Albertville, l’exposition temporaire consacrée chaque trimestre à un objet de la collection du musée d’Art et d’Histoire, en l’occurrence une bicyclette MF rétro-directe dite « vélo hirondelle », a été présentée au sein de l’établissement pendant un mois. Dans le cadre de ce prêt, deux temps forts à destination des résidents ont été organisés par la stagiaire chargée du développement culturel et l’animatrice coordinatrice de la maison de retraite autour de la thématique du vélo. Le premier atelier était consacré à la présentation de l’exposition et à un atelier mémoire intitulé Le vélo d’hier à aujourd’hui. La semaine suivante un atelier de création leur était proposé. L’objectif était que les participants créent une œuvre personnelle qui relaterait leurs souvenirs autour de la thématique du vélo. L’enjeu de ces deux activités était de solliciter la réminiscence des résidents à travers le dialogue et l’échange.

Favoriser la rencontre entre les résidents et les artistes : la Compagnie le Puits

11Cette compagnie théâtrale située à Barraux (Isère) a été fondée en 1989 par Mary et Michel Viénot. Ces comédiens ont écrit, mis en scène et joué toutes les pièces proposées par la compagnie. Plusieurs arguments motivaient le choix de les faire intervenir au sein de l’EHPAD. La première de ces raisons relevait de la qualité humaine de leurs spectacles : Le Souffle d’Etty, Gertrude et le plumeau, Cœur à cœur, Le Pays d’Igor et Berthe se jette à l’eau. Ces représentations évoquent, en effet, l’autre, la différence et la maladie. En outre, certains résidents avaient eu l’opportunité d’assister en début d’année, à la représentation du Souffle d’Etty et ils avaient été enchantés. Le projet mis en place dans l’établissement a été imaginé par le co-fondateur de cette troupe comme une déambulation théâtrale dans l’espace de la maison de retraite durant laquelle les comédiens réalisent des saynètes extraites des pièces de la compagnie. Depuis sa mise en œuvre, la compagnie est intervenue à deux reprises pour le plus grand plaisir des résidents.

12Ces rendez-vous artistiques permettent aux comédiens de tisser progressivement des liens avec les résidents. À terme, il est également envisagé de proposer à ces derniers des ateliers d’improvisation théâtrale. De plus, en fonction du ressenti des résidents pour ces interventions et de la relation qui se sera établie avec les comédiens, le projet de création d’une pièce de théâtre abordant le thème du grand âge, évoqué lors d’une première rencontre avec Michel Viénot, pourrait marquer l’aboutissement de ce partenariat.

La taverne des géants, d’après l’œuvre de François Rabelais : présentation théâtrale itinérante au sein de l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits.

La taverne des géants, d’après l’œuvre de François Rabelais : présentation théâtrale itinérante au sein de l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits.

© EHPAD Notre-Dame-des-Vignes

Rendre accessible les événements culturels nationaux aux résidents

13Afin d’offrir aux résidents la possibilité de participer aux Journées Européennes du Patrimoine 2014, une visite virtuelle de la Cité médiévale de Conflans a été programmée dans la semaine précédant ces journées au sein de l’EHPAD. Ces visites, proposées par le service Patrimoine de la Ville d’Albertville, sont animées par un guide-conférencier à partir de photographies des sites qui reprennent les points de vue qu’ont les publics lors des visites guidées. Une manière originale pour les résidents de partager cet événement national qui rythme la vie culturelle française.

Participer à la vie culturelle du territoire

Découvrir les structures et les offres culturelles du territoire

14Une douzaine de résidents a participé à la visite guidée du Dôme Théâtre d’Albertville organisée spécifiquement pour eux par la personne chargée des relations avec le public. À cette occasion, elle leur a présenté l’histoire de ce lieu, son architecture mais aussi les anecdotes liées au théâtre. De plus, un technicien du son était présent afin de leur parler de son métier.

15La rencontre et les échanges qui ont suivi entre la directrice de l’EHPAD, la stagiaire chargée du développement de l’EHPAD et la chargée des relations avec le public de cette structure ont permis d’offrir aux résidents une visite adaptée à la spécificité de ce public (nombre de déplacement réduit, personnel supplémentaire prévu pour les déplacements...). Un élément non négligeable qui a permis de rendre le moment agréable pour les résidents et qui leur a donné envie de réitérer l’expérience.

16Certains résidents ont également eu l’opportunité d’assister à l’une des représentations théâtrales de la programmation du Dôme Théâtre dédiée aux scolaires car les horaires des séances grand public ne sont pas adaptés au fonctionnement de la maison de retraite. Un exemple qui démontre que l’ouverture de l’offre culturelle aux personnes âgées résidant en institution ne demande pas forcément un aménagement spécifique, si ce n’est l’adaptation des plages horaires de la programmation.

Devenir acteurs des projets culturels du quartier

17Dans le cadre du cinquantième anniversaire du rattachement de la commune de Saint-Sigismond à Albertville, le pôle Action culturelle et Patrimoine de la ville en partenariat avec le comité de quartier de Saint-Sigismond avait initié un projet d’exposition pour le mois de mai 2015. L’objectif de cette présentation était de retracer l’histoire du village depuis sa création jusqu’à nos jours à partir des archives mais également à travers la collecte de témoignages. Un élément très intéressant car l’établissement Notre-Dame-des-Vignes se situe dans ce quartier et certains religieux de la Congrégation Assomptionniste, qui vivent désormais à la maison de retraite, ont vécu sur ce site avant le rattachement de ce village à Albertville. Un petit comité a donc été mis en place au sein de l’établissement par la stagiaire chargée du développement culturel afin de sensibiliser les résidents à ce projet. Une initiative qui a rassemblé une dizaine de résidents. Ainsi, des documents d’archives, des photographies, deux peintures réalisées par un Frère de l’établissement ainsi que six témoignages relatant l’histoire du site de Notre-Dame-des-Vignes depuis la vie à l’Alumnat, petit séminaire, jusqu’à la création de l’EHPAD ont pu être récoltés. L’ensemble de ces informations a ensuite été adressé aux responsables culturels de la ville qui se sont chargés de la sélection et de la mise en forme des recherches. L’inauguration de cette exposition a eu lieu pour la fête du quartier en mai dernier. Les panneaux de cette rétrospective seront ensuite dispersés sur l’ensemble des sites concernés puis ils seront présentés au musée d’Art et d’Histoire de la ville.

Les résidants de l’EHPAD en visite guidée au Dôme Théâtre d'Albertville, en mai 2014.

Les résidants de l’EHPAD en visite guidée au Dôme Théâtre d'Albertville, en mai 2014.

© Nadège Bonnet-Ligeon

Favoriser l’ouverture de l’EHPAD par le biais de la culture et partager le patrimoine du site de Notre-Dame-des-Vignes avec le grand public

18Étant donné la richesse historique du site sur lequel se trouve l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, deux visites ont été intégrées dans le programme Pauses Patrimoine suite à la proposition de l’animateur du patrimoine de la ville. Ces visites sont organisées, depuis mars 2010, le premier mardi du mois par le service Patrimoine de la Ville d’Albertville. Chaque intervention réunit pendant quarante-cinq minutes, une trentaine de personnes autour de la découverte d’un monument, d’un lieu ou d’un élément du patrimoine albertvillois. Les deux visites programmées au sein de l’établissement s’inscrivent également dans le prolongement des événements qui auront lieu tout au long de l’année 2015 à l’occasion du cinquantième anniversaire du rattachement de Saint-Sigismond à Albertville précédemment évoqué. Cette action est différente des précédentes puisqu’elle s’adresse en premier lieu au grand public et non aux résidents. Néanmoins, cette initiative s’inscrit en adéquation avec le projet d’établissement et le projet associatif qui revendiquent la nécessité d’« ouverture [de la maison de retraite] sur l’extérieur ». Ainsi, la première visite qui a eu lieu le mardi 2 juin 2015 a abordé l’histoire du site de Notre-Dame-des-Vignes. La seconde, qui s'est déroulée le mardi 7 juillet 2015, a été consacrée à la statue monumentale de la Vierge et à sa restauration. Ainsi, tout en invitant symboliquement les publics de cette programmation à franchir le portail de l’établissement, ces visites n'ont pas perturbé le fonctionnement de l’EHPAD et l’intimité des résidents puisqu’elles ont eu lieu en extérieur. Elles ont peut-être transformé le regard des personnes présentes sur l’institution et la vieillesse car certains résidents n'ont pas manqué d’assister à cette visite et ont été ravis d’enrichir les propos du guide.

Exposition consacrée au cinquantième anniversaire du rattachement de la commune de Saint-Sigismond à Albertville, lors de la fête du quartier de Saint-Sigismond.

Exposition consacrée au cinquantième anniversaire du rattachement de la commune de Saint-Sigismond à Albertville, lors de la fête du quartier de Saint-Sigismond.

© Nadège Bonnet-Ligeon

Des enjeux...

Sur le plan culturel

19La réflexion suscitée par cette démarche quant au développement de projets culturels au sein des EHPAD constitue une véritable richesse pour l’ensemble des acteurs. Proposer une offre à destination des résidents en maison de retraite ne signifie pas uniquement permettre l’accessibilité de la structure à ces personnes. La pertinence de l’offre dépend, en effet, de l’élaboration d’actions adaptées à ce public. La coopération en amont entre les professionnels culturels et les acteurs de la gérontologie est indispensable à la qualité de l’action proposée car la conception de ces activités spécifiques requiert une connaissance fine de ce public. Il serait donc intéressant de réfléchir à la création d’un réseau favorisant les échanges entre les professionnels de ces deux secteurs. Un procédé qui contribuerait ainsi à renouveler, à enrichir et à diversifier la création artistique et l’offre culturelle qui en découle. En outre, le travail coopératif impliqué par cette démarche participerait également à la transformation des relations entre les différentes catégories socio-professionnelles qui sont pour l’heure très cloisonnées. De plus, ces actions permettraient de tendre vers l’idéal de démocratisation culturelle auquel l’État français aspire depuis plus d’un demi-siècle tout en offrant un nouveau souffle économique au monde culturel.

Mais également sur le plan social

  • 2 Citation d’André Malraux, extraite de l’ouvrage de Poirrier, P. L’État et la culture en France au X (...)

20L’intégration de la culture au sein des maisons de retraite peut contribuer au maintien, à la reconstruction et à l’affirmation de l’identité des résidents. Leur offrir la possibilité de poursuivre ou de découvrir des pratiques culturelles et artistiques revient, en effet, à les aider à trouver leur place dans l’institution en affirmant ainsi leur identité sociale. La culture peut également être un vecteur de continuité entre la vie d’avant et la vie en institution qui permet alors à la personne de se réaliser pleinement. Pour d’autres personnes, l’engagement culturel de l’établissement peut se révéler être une invitation à la découverte d’un talent insoupçonné ou abandonné qui leur permettrait alors de renouer avec la confiance et l’estime de soi. En outre, l’individu pour exister en tant qu’être social a besoin d’être en relation avec l’autre, or la culture « a la vertu de rassembler »2. Cette dernière favorise, en effet, la cohésion sociale car elle invite au partage et à l’ouverture vers autrui offrant ainsi la possibilité de construire une nouvelle manière de vivre ensemble au sein de l’institution. De cette manière, elle contribue également à l’enrichissement de la relation souvent fondée sur les soins entre les différents acteurs de cette institution (les résidents, le personnel, les bénévoles et les familles).

Et aussi d’un point de vue sociétal

  • 3 Loi n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, (...)

21La qualité de citoyen des personnes âgées résidant en maison de retraite a suscité de nombreuses réflexions. En 2002, le statut de citoyen des résidents était ainsi réaffirmé par la loi Kouchner relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé3. Selon cette mesure législative, « le patient ne peut plus être considéré comme un malade, en marge de la société mais dispose de droits consacrés au niveau national par la loi ». Dès lors, garantir l’accès des résidents à l’offre culturelle du territoire serait l’un des moyens de réaffirmer leur qualité de personne et de citoyen. Le développement culturel des maisons de retraite peut également être le vecteur d’une ouverture sur la société et ses habitants, transformant ainsi l’image d’une vieillesse dépendante.

Conclusion

22Les projets initiés tout comme les relations établies entre les responsables de l’EHPAD de Notre-Dame-des-Vignes et les acteurs culturels de ce territoire, ont impulsé une véritable dynamique culturelle au sein de l’établissement qui se poursuit un an après. Le manque de moyens humains empêche néanmoins l’extension de ce dispositif qui avait été mis en œuvre dans le cadre d’un stage de fin d’études de quatre mois car l’établissement ne dispose pas des financements nécessaires à la pérennisation de ce poste. Des moyens financiers existent, à l’image des subventions prévues dans le cadre de la Convention « Culture et Santé » et de celles accordées par les collectivités territoriales. Néanmoins les démarches sont complexes et longues à mettre en œuvre. En outre, ces aides relèvent généralement du secteur culturel et sont donc peu connues des professionnels du secteur médico-social. Ainsi au vu des enjeux représentés par l’intégration de la culture au sein des EHPAD, il conviendrait de rassembler les professionnels de ces deux secteurs afin que ce type de projet se développe et se pérennise sur des bases solides.

La Convention « Culture et Santé » a été signée le 6 mai 2010, par les représentants du ministère de la Culture et de la Communication et du ministère de la Santé et des Sports de l’époque. Cette mesure prévoit à titre expérimental l’extension du dispositif « Culture à l’hôpital », signé en 1999, à l’ensemble des établissements médico-sociaux. Ainsi, dans chaque région, la mise en place, la gestion et le financement de ce dispositif sont assurés conjointement par les Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) et les Agences Régionales de Santé (ARS), deux services déconcentrés de l’État. Des conventions pluriannuelles sont donc conclues entre ces deux acteurs qui publient par la suite des appels à projets annuels en corrélation avec les grandes lignes directrices définies.

Le témoignage de la directrice de l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes

La culture est un élément essentiel du vivre ensemble et de l'épanouissement personnel à tout âge. Les EHPAD, malgré leurs efforts d'ouverture vers l'extérieur, sont encore souvent tenus à l'écart d'une société qui a peur de la vieillesse et de ce qu'elle représente. Et il reste nécessaire de développer le décloisonnement entre les instances culturelles et celles du médico-social. Il y a pourtant des avancées et des espoirs : efforts d'institutions culturelles vers les publics empêchés, élargissement à titre expérimental de la convention « Culture et Santé » vers le secteur médico-social. Surtout, des directeurs et animateurs d'EHPAD, avec peu de moyens, parviennent à ouvrir leur établissement à l'art et à sortir les résidents vers le musée ou le théâtre, à partir des projets d'accompagnements personnalisés de leurs résidents. Par exemple, Mme D. B. a pu être amenée avec d'autres résidents au festival des arts jaillissants de Montsapey auquel elle participait régulièrement avant son entrée en EHPAD. Un moment inoubliable pour elle et ceux qui l'accompagnaient ! De telles actions favorisent en effet la citoyenneté et l'autonomie de la personne accompagnée, qui n'est pas qu'une « résidente » ou encore moins une « personne âgée dépendante » mais une personne à part entière. Ces initiatives mériteraient donc d’être encouragées par les pouvoirs publics, dans le cadre d’un réel partenariat professionnel.

Haut de page

Bibliographie

Bourges, J.-L. Musées et seniors : chronique d’une rencontre annoncée, La Lettre de l’OCIM, n° 133, 2011, pp. 24-30.

Caradec, V. Domaines et approches : sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Paris : Armand Colin, 2012, 128 p.

Grandjean, C. et Prost, M. Les seniors au muséum : la nébuleuse de projets, La Lettre de l’OCIM, n° 149, 2013, pp. 5-10.

Mallon, I. Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, Coll. « Le Sens social », 2004, 288 p.

Mohër, F. et Chauvin, K. (dir.) Culture et santé de l’hôpital à l’EHPAD, quelle place pour la culture ? Synthèse du module interprofessionnel de santé publique organisé sous l’égide de l’École des Hautes Études en Santé publique, 2012, 61 p. http://documentation.ehesp.fr/memoires/2012/mip/groupe_4.pdf

Verjus, P.-M. et De Pachtère, P. Les personnes âgées dépendantes : un nouveau public pour la CSTI ?

La Lettre de l’OCIM, n° 149, 2013, pp. 11-15.

Haut de page

Notes

1 Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) Les personnes âgées : fiches thématiques, septembre 2005

2 Citation d’André Malraux, extraite de l’ouvrage de Poirrier, P. L’État et la culture en France au XXe siècle. Paris : Le Livre de Poche, 2009, p. 75

3 Loi n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, source : www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Présentation théâtrale à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits et la Compagnie Artiflette.
Crédits © EHPAD Notre-Dame-des-Vignes.
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Atelier mémoire réalisé à l’occasion de l’installation de l’exposition Le vélo d’hier à aujourd’hui organisée à l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes grâce au prêt du Service Patrimoine de la Ville d’Albertville.
Crédits © Nadège Bonnet-Ligeon
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1560/img-2.png
Fichier image/png, 786k
Titre La taverne des géants, d’après l’œuvre de François Rabelais : présentation théâtrale itinérante au sein de l’EHPAD Notre-Dame-des-Vignes, organisée par la Compagnie Le Puits.
Crédits © EHPAD Notre-Dame-des-Vignes
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1560/img-3.png
Fichier image/png, 495k
Titre Les résidants de l’EHPAD en visite guidée au Dôme Théâtre d'Albertville, en mai 2014.
Crédits © Nadège Bonnet-Ligeon
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Exposition consacrée au cinquantième anniversaire du rattachement de la commune de Saint-Sigismond à Albertville, lors de la fête du quartier de Saint-Sigismond.
Crédits © Nadège Bonnet-Ligeon
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/1560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Bonnet-Ligeon, « L’ouverture à la culture des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes : quels enjeux ? », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 161 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://ocim.revues.org/1560 ; DOI : 10.4000/ocim.1560

Haut de page

Auteur

Nadège Bonnet-Ligeon

diplômée d’un Master Recherche en Histoire de l’Art et d’un Master Professionnel en Sociologie

nadege.bonnet-ligeon@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org