Navigation – Plan du site

Donner à lire dans l’obscurité

Daniel Jacobi, Catherine Ruppli et avec la collaboration de l’équipe du muséum de Neuchâtel et de Serge Lochot
p. 23-29

Résumé

À l’occasion de l’accueil de l’exposition itinérante Abysses, l’équipe du muséum d’Histoire naturelle de Neuchâtel a cherché à accentuer l’ambiance d’obscurité presque totale voulue par les concepteurs de l’exposition dès son origine. Pour y parvenir, le muséum a remplacé les panneaux rétroéclairés des légendes par un dispositif scriptovisuel mobile baptisé la liseuse : les auteurs ont observé cet outil de médiation simple, novateur et singulier.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Une muséographie de parti pris
L’entrée de l’exposition
Le corps de l’exposition
La liseuse
Une mini-enquête
Des usages assez intuitifs
Un support écrit qui stimule l’échange oral
La liseuse comme support de médiation
Quelques détournements
Des imperfections
Donner de la force au texte
Abysses, une exposition qui voyage depuis bientôt 10 ans
Comment a été pensée et conçue la liseuse des Abysses

Aperçu du texte

L’entrée de la première partie de l’exposition Abysses au muséum d’Histoire naturelle de Neuchâtel, (zone A) : de -150 à -600 mètres : "Le crépuscule des océans" avec au premier plan un Siphonophore "feu d’artifice", invertébrés vivant en colonie et pouvant atteindre 50 mètres de long.

L’entrée de la première partie de l’exposition Abysses au muséum d’Histoire naturelle de Neuchâtel, (zone A) : de -150 à -600 mètres : "Le crépuscule des océans" avec au premier plan un Siphonophore "feu d’artifice", invertébrés vivant en colonie et pouvant atteindre 50 mètres de long.

© Alain Germond/Muséum de Neuchâtel

Le muséum de Neuchâtel a accueilli au premier semestre 2016 une exposition itinérante sobrement intitulée Abysses. Cette exposition qui donne à découvrir la vie dans les grandes profondeurs des mers est constituée d’un ensemble de 80 photographies en couleurs rétroéclairées, accompagné de quelques aquariums enfermant des poissons ou d’autres animaux marins dans de l’eau formolée à 2 %. Pour l’installer dans ses locaux, l’équipe du muséum l’a muséographiée de façon originale : les 6 séries de photographies ont été installées dans des ilots au centre des salles, et non sur les murs, avec les panneaux de textes introductifs rétroéclairés pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Jacobi, Catherine Ruppli et avec la collaboration de l’équipe du muséum de Neuchâtel et de Serge Lochot, « Donner à lire dans l’obscurité », La Lettre de l’OCIM, 167 | 2016, 23-29.

Référence électronique

Daniel Jacobi, Catherine Ruppli et avec la collaboration de l’équipe du muséum de Neuchâtel et de Serge Lochot, « Donner à lire dans l’obscurité », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 167 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/1696 ; DOI : 10.4000/ocim.1696

Haut de page

Auteurs

Daniel Jacobi

chercheur, équipe Culture & communication, centre Norbert Elias (UMR 8562), université d'Avignon
danieljacobi@orange.fr

Articles du même auteur

Catherine Ruppli

ingénieur d'études à l’OCIM
catherine.ruppli@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

avec la collaboration de l’équipe du muséum de Neuchâtel et de Serge Lochot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org