Navigation – Plan du site

Les matériaux de mise en forme des spécimens naturalisés

Gaëlle Duffau
p. 19-25

Résumé

Cette étude historique sur la nature des rembourrages, leur référencement et leur mise en forme a été réalisée afin de compléter les connaissances sur les matériaux constitutifs des spécimens naturalisés et sur leur histoire. L’objectif était de faciliter le travail des restaurateurs et des conservateurs dans l’optique d’améliorer la préservation des spécimens sur le long terme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

taxidermie, conservation
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2018.

Plan

Évolution de la mise en forme des spécimens
XVIIe-XVIIIe siècles : "l’empaillage"
XIXe siècle : perfectionnement des mannequins
XXe-XXIe siècles : révolution du synthétique
Référencement des matériaux de rembourrage
Les matériaux d’origine végétale
Les fibres textiles.
Les végétaux en vrac.
Les tiges/chaume.
Les dérivés du papier ou du textile.
Les dérivés du bois.
Les matériaux d’origine animale
Les matériaux d’origine minérale
Les matériaux d’origine synthétique
Conclusion

Aperçu du texte

Étapes du montage traditionnel d’un spécimen naturalisé

Étapes du montage traditionnel d’un spécimen naturalisé

© HECR Arc, G.B, 2015

La taxidermie utilise de nombreux matériaux d’origines diverses. Outre la peau, les os et les phanères, un spécimen naturalisé est un assemblage d’une structure en bois ou en métal (anciennement en os), d’un rembourrage végétal, minéral ou synthétique, et de matériaux de finition (du verre ou une résine synthétique pour les yeux, de la peinture pour les retouches, et parfois du plâtre ou de l’argile pour le museau et les oreilles). Nous parlons ainsi d’objet composite complexe dont chaque matériau réagira différemment au vieillissement ou à son environnement.

Au cours de l’histoire, de nombreuses évolutions techniques ont eu lieu, souvent accompagnées de l’apparition de nouveaux procédés de mise en forme et de nouvelles matières. Le rembourrage, qui représente souvent le plus grand volume d’un spécimen, est également le plus méconnu de par son emplacement interne et caché. Ainsi, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Duffau, « Les matériaux de mise en forme des spécimens naturalisés », La Lettre de l’OCIM, 169 | 2017, 19-25.

Référence électronique

Gaëlle Duffau, « Les matériaux de mise en forme des spécimens naturalisés », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 169 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/1734 ; DOI : 10.4000/ocim.1734

Haut de page

Auteur

Gaëlle Duffau

Diplômée en conservation de la Haute École de Conservation-Restauration-Arc de Neuchâtel et collaboratrice en conservation préventive indépendante (France et Suisse)
duffau.gaelle@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org