Navigation – Plan du site

Quel devenir pour les collections anatomiques en fluide ? Une approche historique

Marc Herbin
p. 5-10

Résumé

Aujourd’hui, la mise en évidence du danger potentiel de certaines solutions de conservation alcooliques ou à base d’aldéhyde, risque de mettre en péril le devenir des collections en fluides : pourtant des procédés de substitutions, autrefois jugés peu satisfaisants, représentent dorénavant des solutions aux problèmes actuels d'hygiène et de sécurité et de conservation des collections.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

Bref historique de la conservation en fluide
Quel fluide de conservation pour quel type de collection ?
Les fluides de conservation et la réglementation en hygiène-sécurité
Conclusion

Aperçu du texte

Cerveau de Pécari à collier Tayassu pecari (anciennement Dicotyles torquatus). La vue à gauche du catalogue d’inventaire montre qu’il est conservé depuis le 12 octobre 1887 dans la liqueur d’Owen (numéro d’inventaire A5456). La solution de conservation ne semble pas s’être altérée depuis, et l’aspect du cerveau encore recouvert de ses méninges est satisfaisant. Seul un passage en imagerie en résonnance magnétique (IRM) permettrait d’identifier l’état du tissu cérébral.

Cerveau de Pécari à collier Tayassu pecari (anciennement Dicotyles torquatus). La vue à gauche du catalogue d’inventaire montre qu’il est conservé depuis le 12 octobre 1887 dans la liqueur d’Owen (numéro d’inventaire A5456). La solution de conservation ne semble pas s’être altérée depuis, et l’aspect du cerveau encore recouvert de ses méninges est satisfaisant. Seul un passage en imagerie en résonnance magnétique (IRM) permettrait d’identifier l’état du tissu cérébral.

© MNHN

Depuis les cabinets de curiosités du XVIIe siècle, la réflexion sur la conservation a largement évolué. Les différentes approches au cours du temps nous renseignent avec un recul de plusieurs siècles, sur la genèse des problèmes liés à la conservation des collections humides (en fluide). En effet, si à ses débuts la finalité des collections de ces cabinets était de présenter le mieux possible certaines curiosités de la nature, cet objectif évolue au cours des siècles vers celui de co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Herbin, « Quel devenir pour les collections anatomiques en fluide ? Une approche historique », La Lettre de l’OCIM, 170 | 2017, 5-10.

Référence électronique

Marc Herbin, « Quel devenir pour les collections anatomiques en fluide ? Une approche historique », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 170 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ocim.revues.org/1749 ; DOI : 10.4000/ocim.1749

Haut de page

Auteur

Marc Herbin

chargé de conservation des collections anatomiques en fluide au
Muséum national d'Histoire naturelle de Paris
herbin@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org