Navigation – Plan du site

L’observatoire mis en place par le Cirasti, mouvement français des Exposciences

Testimonials of evaluation practices
Olivier Las Vergnas
p. 44-48

Résumés

La mise en œuvre de la pratique d’évaluation varie d’une structure à l’autre. Illustration de cette diversité à travers trois exemples, non représentatifs de toute la palette de projet d’évaluation : la Cité des Sciences et de l’Industrie qui propose un bilan des études menées depuis plusieurs années par le département Évaluation et Prospective, le CIRASTI qui a développé son propre observatoire des Exposciences et enfin le Vaisseau pour lequel l’évaluation a été dès le début intégré au projet d’établissement.

Haut de page

Texte intégral

Les Exposciences : un cercle vertueux pour favoriser les projets de découverte scientifique

1Les activités de découverte scientifique passionnent tous les jeunes à condition de créer les conditions d’émergence et d’expression de cette passion : appropriation, progression, échanges, aboutissement, valorisation. Le développement de projets, pourvu qu’ils permettent des concrétisations gratifiantes, est un des meilleurs moyens de l’appropriation de savoirs. De tels projets offrent aussi l’opportunité de développer, à partir de résolutions de problèmes et de situations de communication, l’estime de soi, l’esprit critique et de multiples savoir être.

2Partant de ce constat, le Cirasti, mouvement français des Exposciences (http://cirasti.org), a été créé voici 24 ans par les mouvements nationaux d’éducation populaire motivés par le développement des activités de découverte scientifique : d’une part des mouvements généralistes, comme les Ceméa, les deux fédérations nationales de MJC, les Francas, les Éclaireurs de France, la Ligue de l’enseignement, la fédération Léo Lagrange, les Foyers ruraux et d’autre part des associations spécialisées, comme Planète Sciences, Les Petits Débrouillards, l’association française d’Astronomie.

3Concrètement, le Cirasti développe les « Exposciences » où des centaines de jeunes présentent pendant quelques jours plusieurs dizaines de projets. Ce sont des collectifs territoriaux qui, dans vingt régions et dans plus de vingt départements, les organisent : ils réunissent au total plus de trois cents représentants d’associations régionales, départementales et locales, de structures éducatives, de l’Éducation nationale, des services déconcentrés de l‘État et de collectivités territoriales en lien avec des CCSTI, des laboratoires de recherche et des entreprises. Depuis 1985, date de la création du Cirasti, 463 Exposciences régionales ou départementales ont été organisées, dans lesquelles 9 390 équipes de jeunes ont présenté leurs projets scientifiques ou techniques. 450 projets de jeunes français ont par ce biais participé ensuite à l’une des 14 Exposciences internationales coordonnées par le Milset (Mouvement international pour le loisir scientifique et technique qui s’est développé sur 54 pays), sans oublier les 78 équipes qui ont présenté leurs projets lors de 7 Exposciences européennes.

4Ce concept d’Exposciences est formalisé par une charte qui en précise les principes et les conditions de réussite, mais il fait aussi l’objet d’adaptations pour plus de proximité ou d’accessibilité. Ainsi depuis 1994, 602 projets de jeunes ont été présentés lors de 154 manifestations locales ou cantonales intitulées « Sciences Buissonnières » d’une ampleur plus limitée, mais plus souples à organiser que les manifestations régionales ou départementales.

5De fait, ces Exposciences constituent un maillon clef d’un cercle vertueux qui favorise à la fois l’accomplissement et la démultiplication de ce type de projets : d’une part elles offrent aux équipes qui les développent un jalon important dans leur travail, leur permettant de mieux le structurer, d’en mieux gérer les échéances et surtout de préparer sa communication, d’autre part elles donnent à voir à de multiples publics (autres jeunes, parents, animateurs, relais d’opinion) l’intérêt et l’opportunité que peuvent représenter de tels projets de découverte scientifique.

Les Exposciences comme analyseur des pratiques scientifiques

6Les Exposciences constituent aussi un excellent analyseur des activités scientifiques et techniques des jeunes ; de ce constat est née l’idée de créer au sein du Cirasti un observatoire des projets qui y sont présentés. Les critères étudiés concernent des critères qui nous préoccupent spécifiquement, à savoir la nature des projets dans leur relation aux savoirs (expérimentation, présentation documentaire, dispositif technique), leur cadre de réalisation (ratios entre les projets à support scolaire, périscolaire ou entièrement extrascolaire) et leur thématique (discipline, ou passerelle vers l’approche scientifique). Sur ce dernier point, en effet, nous entendons particulièrement impulser le développement de projets d’inspiration technique, artistique ou vie quotidienne, projets qui permettent d’accueillir et de dynamiser des jeunes, projets plus diversifiés que ceux directement ancrés sur des disciplines et corpus scolaires. Ce qui nous intéresse en la matière étant bien entendu de favoriser des projets correspondant à de réels centres d’intérêt ou de préoccupations des jeunes eux-mêmes, le moins possible téléguidés par des adultes. Dans le cadre du Milset (http://milset.org) il est prévu un développement international permettant ainsi des comparaisons sur les 54 pays organisant des Exposciences de jeunes au sein de ce mouvement.

7À terme, l’observatoire des Exposciences devrait dépasser ce premier niveau de description des projets et s’intéresser également à la diversification du public touché : pourraient ainsi être observées la multiplication des projets d’une année sur l’autre et surtout la capacité à dépasser la pure consanguinité qui caractériserait une Exposcience visitée uniquement par les proches des jeunes exposants. Afin d’estimer la représentativité de chaque Exposcience, nous voudrions aussi nous faire une idée du réservoir de projets po­tentiels sur un territoire que l’on pourrait voir à terme converger pour renforcer les manifestations exis­tantes, mais la méthode d’évaluation reste là à inventer. À noter que derrière cette question se cache un champ d’investigation crucial pour ceux qui s’inté­ressent à objectiver la question de l’intérêt pour les sciences : celui de l’évolution du « loisir scientifique », qui existe de moins en moins en France hors du champ périscolaire, sauf dans quelques domaines très spécialisés des sciences amateurs, comme l’astronomie.

L’observatoire, pour une réflexion plus générale entre évaluation choisie et évaluation subie

8Le Cirasti a décidé de mettre en place son observatoire afin de mieux visualiser son rôle et son impact et de permettre aux réseaux impliqués dans les Exposciences de prendre l’initiative en matière d’évaluation de leurs actions. Mais, vu l’évolution générale des relations entre les pouvoirs publics et les mouvements d’éducation populaire ou d’action culturelle, cette question se révèle ne plus être seulement une affaire pédagogique interne. En effet, comme l’a rappelé la troisième édition des rencontres du Cirasti, co-organisées les 31 janvier et 1er février 2008 avec l’IUT de Tours sur le thème de l’animation scientifique ou technique et l’éducation à l’environnement face au marché, l’époque n’est plus celle des subventions sur des objectifs d’intérêt général, mais celle de la vente de prestations formatées.

9En conséquence, avoir développé ses propres critères ou indicateurs d’évaluation, savoir reformuler leurs objectifs et finalités éducatives en résultats évaluables est indispensable aux réseaux éducatifs. Sans cela, ils se retrouveront face à des commissions des marchés en manque de critères pertinents d’efficacité, réduites à juger en seul terme de coût brut. Rien de plus dangereux, alors que certains opérateurs peu scrupuleux, commencent à donner priorité aux activités saucissonnées, aux thématiques racoleuses, mélangeant à l’occasion le scientifique et l’ésotérique.

10Dans cette nécessité de disposer d’outils d’observation et de mesure partageables avec les commanditaires, des observatoires comme celui du Cirasti seront précieux. La meilleure stratégie pour ne pas subir des évaluations arbitraires est en effet d’avoir élaboré et fait partager des indicateurs pour donner l’opportunité aux commanditaires de prendre en compte la pertinence et l’efficacité des actions et pas seulement le moindre coût. On ne peut que souhaiter que nos observatoires servent de cadre à une telle concertation sur des critères partagés d’évaluation à proposer aux partenaires et maîtres d’ouvrage.

11Mais, au-delà de cet angle technocratique, nos observatoires ont aussi une responsabilité sociale, plus globale : celle d’aider à rendre les discours plus précis et concrets en matière de vision de la fameuse « culture scientifique ». Après plusieurs décennies passées à en rappeler chroniquement la nécessité pour tous, on entend encore ici et là des prises de parole qui amalgament la question de l’intérêt pour les sciences du plus grand nombre et la présumée « désaffection des études scientifiques » confondant de fait la question de la détection de l’élite avec celle de la réduction des inégalités vis-à-vis des savoirs. Vivement que nos observatoires fournissent des tableaux de bord permettant de doter nos hommes politiques d’objectifs observables et de distinguer à coup sûr entre pures déclarations d’intention et réelles politiques efficientes.

Haut de page

Bibliographie

Las Vergnas, O. et Vannier, P. Les Exposciences : pourvu que l’on s’en donne les moyens, tous les jeunes se passionnent pour la découverte scientifique, Revue du Centre de Recherche et d’information sur la littérature de Jeunesse, n° 87, 2006.

Las Vergnas, O. Les savoirs scientifiques seront-ils toujours infantilisants ?, Alliage, culture, science, technique. n° 59, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Las Vergnas, « L’observatoire mis en place par le Cirasti, mouvement français des Exposciences », La Lettre de l’OCIM, 126 | 2009, 44-48.

Référence électronique

Olivier Las Vergnas, « L’observatoire mis en place par le Cirasti, mouvement français des Exposciences », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 126 | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/216 ; DOI : 10.4000/ocim.216

Haut de page

Auteur

Olivier Las Vergnas

Olivier Las Vergnas est vice-président du Cirasti, mouvement français des Exposciences. Contact : olivier.lasvergnas@cite-sciences.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org