Navigation – Plan du site
Se rendre au musée en famille

Se rendre au musée en famille

Anne Jonchéry
p. 4-14

Résumé

Venir en famille au musée. Que signifie cet acte et qui concerne-t-il ? Que dit-il sur la place, le sens de l’institution muséale ? Qu’est-ce qui se joue en matière d’accès au musée et dans les rapports à la culture quand la famille vient au musée ? Une analyse du public familial de trois musées et de ses motivations permet à l’auteur de répondre à ces interrogations.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

famille, visite
Haut de page

Texte intégral

Entrée du musée de la Marine

© A. Jonchéry

De la famille au musée : un cadre de recherche1

  • 1 Cet article est issu d’une recherche en Muséologie sur le public familial des musées : Jonchéry, A. (...)
  • 2 Voir La Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 : « la famille est l’élément naturel (...)

1Longtemps considéré comme un acte solitaire, visiter un musée s’inscrit en réalité dans de nombreux contextes de sociabilité : les visiteurs viennent en groupe, entre amis, en couple, en famille, dans les musées de sciences et techniques, d’histoire et de société mais aussi dans les musées d’art. À la lumière des enquêtes de fréquentation, le public familial est en progression constante, notamment dans les musées et centres de culture scientifique. « Élément naturel et fondamental de la société »2, la famille est à la fois un jalon et un microcosme révélateur du social. Les mutations qu’elle a connues depuis les années 1960 ne remettent pas en cause son statut d’institution sociale primordiale et ses transformations reflètent les évolutions des sociétés modernes. Pour ces raisons, nous avons choisi de questionner l’acte de visiter une exposition en famille, révélateur en puissance des relations des individus au musée, des usages de celui-ci et de son positionnement dans le monde social.

2Au sein de la recherche en Muséologie, l’étude du public familial a connu une expansion tant géographique qu’historique. La visite en famille fait l’objet de recherches en Amérique du Nord dès la fin des années 1970, avant que des chercheurs ne s’y intéressent en Europe, en Angleterre d’abord puis en France depuis le début des années 1990. Initiées par les universités ou par les institutions muséales, ces recherches se déroulent de manière privilégiée dans des musées et centres scientifiques. Elles portent principalement sur l’apprentissage et le comportement des familles durant la visite, moins sur le sens d’une telle démarche. Ces études révèlent par ailleurs l’hétérogénéité et l’approximation des définitions du public familial : le terme même recouvre des réalités variées. Face à ce constat, nous avons cherché à établir une photographie du public familial et à saisir ce qui se joue quand la famille vient au musée.

L’Amour de l’art face aux évolutions familiales et muséales actuelles

3À la fin des années 1960, les travaux de Bourdieu et Darbel ont montré que la visite de musée était une pratique socialement construite, déterminée par le niveau d’études et par les caractéristiques sociales des individus. Dans L’Amour de l’art (1966), la pratique de visites apparaît comme une pratique de distinction, l’apanage des classes cultivées et dominantes, s’apparentant à un habitus culturel, principe structuré par la position sociale et structurant son style de vie. Dans ce cadre, la famille est considérée comme l’instance de socialisation à cet habitus : elle est l’organe de transmission de la pratique de visites. L’approche de la famille en Muséologie a été modelée par ce cadre de transmission issu des travaux de Bourdieu. Nous avons voulu ici tester la pérennité de cette analyse car la famille et le musée ont connu de profondes mutations.

4La famille contemporaine s’est transformée et ne ressemble pas à la famille des années 1960. Elle s’est modifiée dans ses formes mais elle a surtout évolué dans sa nature et ses fonctions (Singly, 1999). La famille contemporaine est relationnelle et individualiste, manifestant un repli autour de la famille conjugale – groupe domestique formé par le ou les conjoints et/ou le ou les enfants. Son fonctionnement interne nécessite relations et communication afin de réguler les intérêts des individus et ne léser personne. Ses fonctions évoluent : autrefois chargée directement de la reproduction sociale, elle se trouve dépossédée de ce pouvoir par l’école qui, par le diplôme, donne la valeur sociale de l’individu. La famille agit néanmoins indirectement sur cette reproduction en développant des stratégies éducatives pour favoriser la réussite scolaire. Mais elle doit aussi concilier cette fonction avec une fonction plus récente, celle de la construction identitaire et de l’épanouissement de l’enfant, liée à la diffusion du discours psychologique et à une société d’économie de marché de plus en plus individualiste.

5L’offre muséale s’est aussi transformée. La « fièvre muséale » (Benhamou, 2000) a touché Paris et les régions, voyant fleurir à partir des années 1980 de nombreux musées aux spécialités plus variées que précédemment, et plus soucieux du public. Les musées de société, les écomusées, ou même les différentes spécialités apparues au sein des musées d’art témoignent de cette diversification. Les grands programmes de rénovations et de créations de musées comme la politique des Grands Travaux ont accéléré ce mouvement. Le paysage muséal actuel se présente pluriel, mouvant et multiple (Eidelman et Van-Praët, 2000), difficilement comparable à celui plus monolithique, des années 1960.

6L’appréhension de ces évolutions amène à s’interroger sur la pérennité de l’analyse de Bourdieu et sur les nuances à y apporter. À travers nos hypothèses il s’agit de complexifier le regard sur une visite en famille uniquement envisagée comme une pratique de transmission, réservée à une élite, et d’imaginer des visites familiales répondant à d’autres injonctions et à d’autres enjeux, liés au fonctionnement de la famille contemporaine. En quoi le contexte familial ne permettrait-il pas, par ses caractéristiques relationnelles, un accès assoupli des individus aux établissements muséaux? Un accès moins dépendant des pratiques antérieures des adultes par exemple et plus autonome de leur niveau de diplômes, voire plus « démocratisé »? Nous émettons l’hypothèse que, dans une institution en mutation, il pourrait se jouer autre chose lors de la visite en famille qu’une simple transmission de pratiques, de l’ordre du partage, de la découverte collective.

7Les travaux de Lahire (2004) sur la dissonance des profils culturels et sur les marges de « liberté » des choix culturels de l’individu, les études d’Eidelman (2005) sur l’imprévisibilité des « carrières » de visiteurs renforcent nos hypothèses quant à une pratique de visite socialement moins déterminée. L’analyse de Certeau (1980) a montré tout l’intérêt d’étudier les usages, les contextes d’utilisation des équipements culturels, en partant plutôt de ce que les gens en font que de l’utilisation prévue par les fabricants. Ainsi, pour éprouver nos hypothèses, nous avons étudié les profils des groupes familiaux visiteurs, leurs contextes de visites, leurs démarches et motivations, dans trois établissements différents.

8Afin d’appréhender des réalités différentes de la visite en famille, nous avons diversifié les terrains d’enquêtes et croisé les méthodes d’enquêtes. Trois musées parisiens aux spécialités différentes – sciences, art et histoire – ont été choisis : les Galeries de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle, le musée d’Orsay et le musée national de la Marine. Une enquête quantitative par questionnaire s’est déroulée auprès de 350 groupes familiaux rencontrés à l’entrée des trois musées, visant à recueillir pour chaque établissement le profil de la fréquentation familiale, la composition des groupes et leurs caractéristiques sociales. Une enquête qualitative par entretien semi-directif a permis la constitution d’un corpus de 112 entretiens de groupes familiaux venus visiter l’un des trois musées, abordant les contextes, démarches et motivations de leur visite.

Richesses et complexités de la visite en famille : des résultats nuancés

Du mirage d’une fréquentation familiale démocratisée à des processus individualisés

  • 3 CPIS : Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures
  • 4 PI : Professions Intermédiaires

9L’hypothèse d’une fréquentation familiale moins marquée par les inégalités sociales que la fréquentation générale, se fondait sur le profil des visiteurs globalement moins élitiste dans les musées recevant un public familial important (Mironer, 2001). Notre comparaison au sein de chacun des trois musées, entre la stratification sociale des groupes familiaux interrogés et les données correspondant à l’ensemble de leur public, ne corrobore pas cette hypothèse de démocratisation. En effet, la visite en famille est empreinte des mêmes inégalités sociales que la fréquentation générale : on retiendra le poids de la certification (56 % des adultes ont un niveau supérieur ou égal au bac), la majorité d’individus CPIS3 (36 %) et PI4 (29 %) et la quasi-exclusion des ouvriers (2 %) de la fréquentation familiale, traits identifiés par Bourdieu à l’échelle de l’ensemble des publics de musées.

10L’hypothèse d’une mixité sociale au sein des groupes ne se réalise que très peu, compte tenu de l’importance des groupes comprenant un seul adulte (53 %), de la domination des groupes parent(s)/enfant(s) (75 %), et de la forte homogamie au sein des couples parentaux. On remarque néanmoins une diminution des niveaux bac + 5 au profit des bac + 1 + 2 et un tassement des CPIS au profit des PI quand les parents viennent en couple, si on les compare aux parents venus seuls avec leur(s) enfant(s). Pour les professions et certifi­cations intermédiaires, être en couple aurait une dimension de réassurance facilitant la visite en famille de musées.

11Les trois musées témoignent chacun de certaines spécificités : le musée de sciences apparaît un peu moins élitiste, avec une hétérogénéité de catégories socioprofessionnelles et de diplômes plus importante au sein des groupes. Le musée d’art en revanche concentre une fréquentation familiale très élitiste et peu mélangée. Tandis que le musée d’histoire polarise une majorité de groupes très diplômés et CPIS, et une part un peu plus importante de groupes plus populaires et moins certifiés.

12Si l’hypothèse d’un public familial plus démocratisé s’avère peu concluante, la visite en famille ne s’inscrit pas pour autant dans un processus de transmission de pratiques : pour une part des groupes, la visite familiale ne se conjugue pas à une familiarité muséale des parents (14 % s’y rendaient moins d’une fois par an, 28 % une à deux fois par an). De plus, la moitié des parents déclarent ne pas avoir bénéficié de pratiques enfantines. Mais surtout, à l’échelle des entretiens, le contexte familial génère des pratiques de visites chez des adultes non visiteurs de musées, pratiques rendues possibles par la parentalité. Il semble notamment que les motivations de la venue au musée – visant les bénéfices personnels et éducatifs de l’enfant – attachent la visite au présent et au futur. L’investissement de ces deux temporalités faciliterait l’accès aux musées des adultes, contribuant à les affranchir d’une certaine timidité sociale, à surmonter les obstacles culturels. La parentalité ouvre ainsi de nouvelles potentialités dans les rapports aux musées et dans les horizons de visites, réactualise et réaménage les pratiques muséales.

Un reflet des évolutions de la famille contemporaine

13La photographie du public familial des trois musées révèle la prépondérance du lien de filiation avec 75 % de groupes composés uniquement de parent(s) et de leur(s) enfant(s) : ce résultat reflète le repli sur la famille conjugale montré par la Sociologie (Singly, 1999). Pour autant, 57 % des groupes parent(s)/enfant(s) ne comprennent qu’un seul parent témoignant du fonctionnement relationnel et assoupli de la famille contemporaine qui réalise ses loisirs sous des formes de plus en plus fractionnées (un parent et un enfant).

File d’attente au Muséum national d’Histoire naturelle

© A. Jonchéry

14Dans l’enquête qualitative, la visite apparaît comme un accomplissement des fonctions de la famille contemporaine. La motivation d’apprentissage conjuguée aux interventions plurielles de l’école reflète une mobilisation scolaire importante, chez une grande partie des groupes familiaux. Ce résultat confirme l’hypothèse initiale : la visite en famille s’affirme comme un investissement éducatif des parents, visant notamment la réussite scolaire. Ce phénomène répond à l’évolution des modes de reproduction sociale. Néanmoins, la visite de musées revêt encore le statut d’habitus culturel : pour une part des familles, elle s’inscrit dans un mouvement de transmission d’un capital culturel, corroborant la théorie de Bourdieu. Ce processus perdure donc mais n’est ni unique, ni majoritaire. Des visites familiales répondent aussi au plaisir de l’enfant et à son développement personnel, participant de l’autre fonction de la famille contemporaine visant la construction identitaire de l’enfant.

15Les formes et logiques de visites familiales reflètent les évolutions de la famille contemporaine. Les musées apparaissent ainsi comme des miroirs des évolutions sociales : la famille s’approprie les institutions muséales et les adapte à ses nouveaux fonctionnements. Mais cette perméabilité au social est rendue possible grâce à la pluralité du champ muséal : les musées de sciences et d’histoire dévoilent plus directement ces changements sociaux tandis que les musées d’art font preuve d’une certaine résistance – avec plus de groupes comprenant toute la famille nucléaire, et plus de visites liées à la transmission d’un habitus.

D’une prolifération de contextes de visites à la construction d’une pratique familiale

16La visite familiale s’inscrit dans des contextes variés : les provenances géographiques et les activités diverses associées à la visite créent une variété de contextes de fréquentation étonnante. Le jeu dynamique des musées (chaque musée ayant ses spécificités) se croise avec celui du public et de chaque visiteur. Cette diversité de contextes témoigne du caractère malléable et flexible de l’institution muséale dont la visite s’ajuste, de manière singulière et personnelle, à l’emploi du temps des familles.

17Mais au-delà de cette inventivité à l’échelle de la visite, un processus fédérateur se dégage à l’échelle de la pratique de visites : celui d’une pratique en construction dans le temps. La pratique familiale de visites de musées est à la fois linéaire, balisée dans le temps par l’âge des enfants, et discontinue, interrompue puis reprise dans le cas des familles nombreuses ou recomposées. Marquée par des phénomènes de ruptures, liés notamment à la naissance des enfants, elle évolue en fonction du cycle de développement de la famille. La pratique revêt aussi une dimension cyclique, suivant des temps sociaux comme celui des vacances scolaires, ou suivant des fréquences plus régulières, mensuelles par exemple.

18Ce caractère cyclique n’induit pas pour autant reproduction à l’identique : quand la visite se renouvelle, la famille a l’expérience de ses visites antérieures. En évolution, la pratique familiale s’apprend et se construit par étapes. Les premières visites se déroulent souvent dans les musées de sciences, considérés comme les plus adéquats pour familiariser les enfants à ce type de lieu. Quand les enfants grandissent, les musées d’art peuvent alors être investis. La pratique familiale et le mode de visite se modifient, suivant les évolutions et transformations du groupe familial, des individus et de leur familiarité.

19Au fil des entretiens, la visite familiale apparaît aussi dans ses difficultés et ses embûches. Deux difficultés coexistent : l’une inhérente à l’équipement muséal (espace contraignant et codifié) l’autre propre à l’acte familial (acte collectif rarement le fruit d’un consensus immédiat). Des stratégies de compensation et des négociations sont mises en œuvre pour surmonter ces obstacles. Il demeure que, derrière l’image du bonheur familial au musée, se dessine une réalité plus complexe.

Logiques et motivations de la visite en famille

20À la lumière des entretiens, la visite familiale combine plusieurs motivations : il s’agit d’une part d’un acte éducatif, lui-même polysémique. Le musée est considéré comme un lieu de connaissance, d’éveil et d’ouverture au monde ; il est appréhendé dans ses spécificités, pour le rapport physique à l’objet et à la culture matérielle qu’il permet. Les relations entre l’école et la visite peuvent être de l’ordre de la prescription inconsciente ou viser la réussite scolaire : les implications de l’institution scolaire à de multiples degrés de la visite reflètent à la fois le poids de l’école dans la famille et ses connexions avec l’institution muséale.

21À ces motivations éducatives s’articule l’intention de faire plaisir à l’enfant et de contribuer à son épanouissement personnel, de l’aider à trouver ses intérêts. Cette motivation répond à l’injonction d’une société individualiste dans laquelle l’individu doit s’autonomiser, devenir lui-même. Néanmoins les parents souhaitent certes favoriser l’épanouissement de l’enfant mais par une activité culturelle qui contribue à son développement intellectuel. Cette ambiguïté corrobore l’analyse plus globale des pratiques culturelles familiales de Singly (2003), soulignant la position instable des parents, lesquels oscillent entre attention, respect des envies de l’enfant, et exigence pédagogique.

22La convivialité participe d’autre part très fortement des motivations de la visite familiale, confirmant les enquêtes européennes et nord-américaines sur l’importance de la sociabilité au musée. L’organisation de la vie quotidienne, le rythme et la conciliation des temps sociaux et professionnels expliquent notamment cette attente de convivialité : la rareté des moments passés en famille génère des exigences de qualité. Parfois motif exclusif de la visite, la convivialité est associée dans la majorité des familles à la notion d’expérience partagée et de dialogue dont l’exposition est le support. Celle-ci transparaît aussi comme un dispositif d’exploration et de connaissance de l’autre. Propulsé dans un environnement inédit, l’enfant se comporte différemment que dans l’univers domestique. La visite familiale offre ainsi l’occasion au parent de découvrir son enfant, ses centres d’intérêts, des facettes de son identité. Les bénéfices de cette observation s’inscrivent alors dans la relation familiale, dépassant le temps et l’espace de la visite.

23L’intérêt personnel de l’adulte participe de manière secondaire ou accessoire à la visite : il apparaît parfois complexe à articuler à la visite en famille, sujet de frustrations quand il ne peut être satisfait. Il est révélateur du positionnement identitaire de l’adulte qui se présente d’abord comme « parent ».

24La visite familiale se révèle in fine un acte producteur de divers registres identitaires : elle demande un positionnement culturel de chaque individu, pour lui-même et par rapport aux autres membres présents ; elle exige de chacun une gestion (régulation, conciliation ou sélection) de ses dimensions personnelles et statutaires. En effet, si la pratique culturelle de visites revêt une fonction de distinction de soi comme l’a montré Lahire (2004), dans la pratique familiale cette fonction se trouve enrichie et complexifiée par la présence de l’autre et par l’identité du groupe. La visite a un sens pour soi, pour l’identité intime de l’individu, sens d’autant plus important qu’il est réfléchi par la présence des autres membres du groupe. Elle a aussi un sens pour son identité statutaire, parentale ou filiale. Enfin, elle est porteuse de sens pour le groupe et la mémoire familiale. Le jeu entre ces différents registres identitaires engendre alors des phénomènes d’accessibilité au musée d’individus initialement non visiteurs, mais aussi des phénomènes de tension, de frustration et de conciliation dans la visite.

De quelques réflexions sur la visite en famille

Autour de la question de la démocratisation culturelle

25L’étude du public familial des musées s’ancre dans la problématique de la démocratisation de l’accès au musée. Celle-ci a fait l’objet de nombreuses analyses (Passeron, 2003 ; Donnat, 1998) et de discours contradictoires avec d’une part des études qui montrent, enquêtes à l’appui, combien les pratiques culturelles des individus ne sont pas déterminées par leur origine sociale et leur niveau de diplômes mais se révèlent au contraire imprévisibles et dissonantes (Eidelman, 2005 ; Lahire, 2004) ; et d’autre part les enquêtes Pratiques Culturelles des Français réalisées tous les huit ans par le ministère de la Culture qui dressent toujours le même constat des inégalités sociales d’accès à la culture.

26Cette recherche fait surgir une réalité nuancée. À l’échelle quantitative, la composition sociale du public familial montre des phénomènes de reproduction de classe : les inégalités sociales pèsent toujours autant sur les visiteurs de musées, les visiteurs en famille notamment. Les constantes identifiées par Bourdieu (1966) liant la visite de musée à un haut niveau de diplôme et à une PCS élevée apparaissent toujours d’actualité. Néanmoins, les parents concernés n’ont pour moitié pas bénéficié de visites enfantines, écartant les mécanismes de stricte reproduction. De plus, l’enquête qualitative fait apparaître des processus hors des schémas de transmission bourdieusiens. Ces pratiques individualisées révèlent les transformations engendrées par la parentalité dans les rapports des individus aux musées. Ainsi, des adultes initialement non-visiteurs et peu diplômés, ont accès au musée par le contexte familial qui légitime leur démarche. La notion même de transmission se trouve à repenser, quand ces parents initient finalement leurs enfants à leur liberté individuelle d’accéder à un équipement culturel (auquel ils n’ont pas été familiarisés). Il se dégage également des entretiens que les musées de sciences et d’histoire facilitent l’entrée au musée de groupes peu familiers de la sphère muséale.

27Méthodologiquement, la conjugaison d’enquêtes quantitative et qualitative a permis d’articuler deux regards et d’identifier d’une part des phénomènes de société globaux, de reproduction de classe, et d’autre part des pratiques individualisées au sein des classes et des familles, qui questionnent et complexifient les premiers phénomènes.

28L’enquête quantitative donne une photographie de la fréquentation familiale et de ses caractéristiques, photographie d’une réalité sociale de l’institution muséale, inégalitaire et élitiste, plutôt statique. L’enquête qualitative éclaire quant à elle la réalité des rapports individuels et fait émerger la richesse et la mobilité des pratiques. Les logiques de visites, le réaménagement des rapports au musée des individus devenus parents révèlent un monde en mouvement. La prise en compte préalable des métamorphoses du paysage muséal – par la diversification des terrains d’enquête – renforce ce point de vue. Cette réalité est celle d’un monde mobile, avec les évolutions de la famille et suivant les transformations du musée. Ainsi, l’étude de la démocratisation de l’accès à la culture s’enrichit d’une approche plurielle et l’articulation de plusieurs échelles d’analyse des pratiques culturelles permet de saisir différents aspects d’une réalité complexe.

Parents et enfants à la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle

© A. Jonchéry

Autour de la place et du positionnement des musées dans la société

29Dans une société très médiatisée, où l’image et la vidéo deviennent des moyens de communication et d’information dominants, qu’en est-il d’une institution qui conserve des objets patrimoniaux, en expose une sélection et les propose comme mode de connaissance ?

30Mis en balance par de nombreux groupes familiaux avec d’autres médias de communication comme le livre ou la télévision, le dispositif de l’exposition est considéré pour le rapport au savoir très spécifique qu’il permet : la confrontation à l’objet concret, réel, et authentique constitue une expérience unique et propre à la sphère muséale. Cette expérience est recherchée dans la démarche-même de la visite familiale : en interrogeant les groupes sur les activités de substitution à leur visite, plus de la moitié évoque une visite d’un autre musée, attestant de la position privilégiée du musée peu concurrencé par d’autres types d’activités et de loisirs. Ainsi, à l’heure où l’on s’interroge sur la place d’une institution qui place l’objet au centre, les pratiques familiales rassurent quant à sa pérennité.

31Par ailleurs, les familles nouent des relations qui leur sont propres avec l’institution muséale. La diversité des contextes observés, des emplois du temps dans lesquels s’insère la visite, témoigne de l’inventivité des pratiques dont la dimension familiale facilite la narration. La pluralité de l’offre muséale semble renforcer et élargir le champ des possibles. Ces résultats révèlent le musée dans toute sa flexibilité : loin des représentations figées et sacralisées, les familles entretiennent des rapports souples et dynamiques avec la sphère muséale. Les usages personnalisés des visiteurs attestent ainsi de la flexibilité des musées.

32Enfin, notre étude renseigne sur la fonction identitaire de ces lieux. L’acte de venir en famille au musée mobilise des phénomènes de tensions, conciliation, ou de frustration. Ceux-ci découlent des positionnements identitaires – statutaire, intime, familial – des individus par rapport et avec le groupe. Exposant des objets patrimoniaux, le musée a intrinsèquement une mission identitaire mais il participe aussi à la définition de l’identité personnelle et familiale des individus en fournissant un cadre où s’affirme, s’actualise, et se construit le profil culturel de chacun.

Autour de la construction des rapports des individus à la culture

33Eidelman (2002) a étudié des « carrières de visiteurs », en montrant comment celles-ci s’élaborent de manière continue au cours des différents cycles de la vie, quelle que soit l’initiation muséale reçue pendant l’enfance et la position sociale.

34Le contexte familial fait partie de ces « moments » privilégiés de rencontre potentielle des individus avec l’institution. Il offre aux musées un public et en demande. Les familles investissent l’équipement muséal avec de fortes motivations éducatives, visant l’apprentissage cognitif, le développement de la curiosité, de l’esprit critique ou de la pratique. Les objectifs recherchés – réussite scolaire, intégration sociale, épanouissement personnel – révèlent combien ces usages s’inscrivent dans les fonctions de la famille contemporaine. Ceux-ci positionnent le musée comme un lieu d’éducation informelle.

35Au-delà de la mobilisation éducative des parents vis-à-vis de leurs enfants, la visite a aussi une fonction d’éducation auprès des adultes : en famille, certains redécouvrent ou accèdent pour la première fois au musée. Ainsi, les enjeux de ces visites relèvent autant de stratégies éducatives familiales que d’éducation auprès des adultes. La parentalité engendre en tout état de cause une réactualisation du regard sur l’institution.

36De cette situation peut naître le désir : chez l’enfant d’une part, mais aussi chez l’adulte, qui, confronté de manière différente au dispositif de l’exposition muséale, peut se trouver étonné, surpris et soudain désireux dans cette relation à l’objet, dans ce rapport au savoir.

Autour des choix de politique culturelle des musées

37La notion de « public familial » apparaît dans les évaluations d’audience, au début des années 1980, sans être préalablement définie, mais considérée comme une part importante de la fréquentation des musées – impliquant des enjeux culturels et économiques.

38Les données qualitatives montrent combien les spécificités de l’institution muséale la préservent pour l’instant de la désaffection des familles et d’une concurrence menaçante des autres types de loisirs. Néanmoins, d’autres activités menées hors du domicile, physiques et sportives notamment, se trouvent en compétition avec la sortie au musée. Durant la journée de visite, ce sont aussi des loisirs physiques, des promenades et d’autres sorties culturelles qui s’y trouvent associées. Au lieu d’opposer la visite aux autres formes de loisirs, il est plus judicieux de les articuler : l’exemple de la Galerie de Paléontologie montre combien les activités de proximité – possibles dans ce cadre particulier (promenade et manège dans le jardin des Plantes, visite de la ménagerie) – sont prisées par les familles.

39Afin de favoriser les visites familiales et d’en optimiser la qualité, les musées ont tout intérêt à proposer, au-delà des services de restauration et de commodités, la possibilité d’une détente physique, d’une pause conviviale, mais aussi à intégrer à leur offre une autre activité culturelle, interne ou à proximité. On peut imaginer des espaces ludiques intégrant les besoins de décontraction physique des enfants, des espaces extérieurs, et d’autres loisirs culturels particulièrement recherchés par les groupes venant de province souhaitant optimiser leur journée. Les contraintes spatiales n’autorisent pas toujours ce type d’aménagement, des réflexions en termes de réseaux et de partenariats avec d’autres institutions sont à inventer.

40Par ailleurs, une autre réflexion se profile quant à l’offre spécifique faite aux familles – offre qui est en augmentation – en termes d’activités (ateliers, visites commentées...) et d’expositions proposées. Dans les deux cas, il s’agit soit de propositions destinées plus particulièrement aux enfants auxquelles l’adulte peut assister, soit de produits conçus à la fois pour les adultes et les enfants avec des contenus croisés ou redondants intégrant les besoins et compétences de chacun. Ainsi, à l’échelle de la visite libre, certains musées présentent des espaces dédiés aux enfants où le parent est positionné comme accompagnateur (c’est le cas par exemple de la Cité des Enfants à la Cité des Sciences et de l’Industrie ou encore de la Galerie des Enfants au musée national d’Art moderne...) voire où le parent n’est pas invité, tandis que d’autres musées proposent des expositions à destination des « familles », comme a choisi de le faire le Muséum national d’Histoire naturelle.

41L’étude menée auprès des familles n’aboutit pas à recommander une forme d’exposition plus qu’une autre. En réalité, chacune répond à des besoins et motivations familiales différentes : l’enfant a besoin de vivre des expériences personnelles, hors du regard parental, pour se construire lui-même et expérimenter son identité, processus inhérent à la société individualiste ; de même que l’adulte aspire aussi à réaliser des visites à titre personnel et non parental. D’autres dispositifs destinés à l’ensemble du groupe familial répondent quant à eux à l’attente très forte de convivialité et d’éducation, identifiée dans l’étude. Il s’agit en fait de besoins différenciés qui se manifestent et surgissent à différents moments suivant le développement et l’évolution du groupe familial, de ses individus. Il s’agit donc pour chaque musée d’un choix de politique culturelle, choix à faire en connaissance de cause et aussi en fonction – outre des contraintes propres à chaque établissement – des attentes et du profil de ses visiteurs.

Haut de page

Bibliographie

Benhamou, F. L’économie de la culture. Paris : La Découverte, 2000.

Bourdieu, P., Darbel, A. avec Schnapper, D. L’amour de l’art. Les musées d’art européen et leur public. Paris : Éditions de Minuit, 1966.

Certeau, M. de La culture au pluriel. Paris : Christian Bourgeois Éditeur, 2e édition, 1980.

Donnat, O. Les pratiques culturelles des Français : enquête 1997. Paris : La Documentation Française, 1998.

Eidelman, J. Musées et publics : la double métamorphose. Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Sociologie, CERLIS/CNRS, université Paris V, 2005.

Eidelman, J., Cordier, J-P., Letrait, M. et al. L’espace muséal et ses publics : catégories administratives, catégories de la recherche et catégories « spontanées » des visiteurs. Rapport de recherche en réponse à l’Appel d’offre du département Évaluation et Prospective, CERLIS/ CNRS, 2002.

Eidelman, J., Van Praët, M. (dir.)La muséologie des sciences et ses publics. Paris : PUF, 2000.

Jonchéry, A. La recherche sur les visites et les visiteurs en famille au musée, état de la question, in Familles, écoliers et personnes âgées au musée : Recherches et perspectives. Montréal : ICOM CECA, 2006, pp. 278-318.

Lahire, B. La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi. Paris : Éditions La Découverte, 2004.

Mironer, L. Cent musées à la rencontre du public. Cabestany : France Édition, 2001.

Niquette, M. Quand les visiteurs ne sont pas seuls : l’analyse sémiocognitive, in La muséologie des sciences et ses publics, J. Eidelman et M. Van-Praët (dir.). Paris : PUF, 2000, p. 181-198.

Passeron, J.-C. Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics, in Le(s) public(s) de la culture, O. Donnat et P. Tolila (dir.). Paris : Presses de Science Po, 2003, p. 361-390.

Singly, F. de Sociologie de la famille contemporaine. Paris : Nathan, 1999.

Singly, F. de La famille individualiste face aux pratiques culturelles, in Le(s) public(s) de la culture, O. Donnat et P. Tolila (dir.). Paris : Presses de Science Po, 2003, p. 43-59.

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu d’une recherche en Muséologie sur le public familial des musées : Jonchéry, A. Quand la famille vient au musée : des pratiques de visites aux logiques culturelles. Thèse de doctorat en Muséologie sous la direction de Michel Van Praët, Muséum national d’Histoire naturelle, 2005. La structure même de l’article résume les questionnements et la problématique à l’œuvre dans la recherche doctorale, avant d’en discuter les principaux résultats.

2 Voir La Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 : « la famille est l’élément naturel et fondamental de la société » (article 16).

3 CPIS : Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures

4 PI : Professions Intermédiaires

Haut de page

Table des illustrations

Légende Entrée du musée de la Marine
Crédits © A. Jonchéry
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende File d’attente au Muséum national d’Histoire naturelle
Crédits © A. Jonchéry
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Parents et enfants à la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle
Crédits © A. Jonchéry
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jonchéry, « Se rendre au musée en famille », La Lettre de l’OCIM, 115 | 2008, 4-14.

Référence électronique

Anne Jonchéry, « Se rendre au musée en famille », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 115 | 2008, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ocim.revues.org/264 ; DOI : 10.4000/ocim.264

Haut de page

Auteur

Anne Jonchéry

Anne Jonchéry est docteur en Muséologie des Sciences naturelles et humaines du Muséum national d’Histoire naturelle, assistante de documentation au département des Galeries et enseignante en Muséologie en master 1 au département de Médiation culturelle de l’université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. jonchery@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org