Navigation – Plan du site

Territoires industriels sarthois : bilan et perspectives

Jonathan Truillet
p. 27-33

Résumé

À partir d’une manifestation de médiation culturelle menée autour du patrimoine industriel de la Sarthe, l’auteur met en lumière le travail d’inventaire préalable des éléments architecturaux et techniques de ce patrimoine réalisé par la collectivité territoriale, l’approche originale de sa valorisation grâce à des circuits de visite animés par des guides bénévoles encadrés par des professionnels ainsi que les difficultés rencontrées pour faire face à la demande sociale dans ce domaine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Chaque année depuis 2003, le Conseil général de la Sarthe, en Région Pays de Loire, met en place des circuits patrimoniaux qui ont pour ambition de replacer les œuvres et sites visités dans un contexte territorial précis. Nées d’un projet sur les terres cuites, ces manifestations, qui sont la plupart du temps gratuites, se sont étendues au vitrail et plus récemment au patrimoine industriel sarthois. Leur originalité repose sur la participation active de guides bénévoles formés par le Conseil général. En amont de chacun de ces projets, les équipes du service Patrimoine et Politiques territoriales du Conseil général réalisent des inventaires préliminaires qui permettent de repérer les éléments les plus significatifs du territoire. Rigueur scientifique et convivialité vont donc de pair pour mettre sur pied des projets patrimoniaux cohérents et ambitieux.

Ancienne marbrerie, Solesmes

© Vu2O

2C’est dans ce cadre que l’opération Territoires industriels sarthois a été mise en place. Cette manifes­tation d’envergure donne une nouvelle occasion d’évaluer les modalités et les spécificités de la médiation culturelle autour d’un patrimoine «  différent  » bien que désormais mieux identifié, le patrimoine de l’industrie.

Un préalable indispensable  : l’inventaire et l’étude historique

  • 1 Karine Bergeot est chargée de la valorisation du patrimoine au Conseil général de la Sarthe. Elle p (...)
  • 2 Nous souhaitons particulièrement remercier Catherine Chaplain, coordinatrice à la DAPA des inventai (...)

3Les actions menées par le service Patrimoine et Politique territoriales se veulent intégrées, c’est-à-dire menant de front l’avancement des études scientifiques sur le territoire départemental et la restitution des résultats de ces travaux au public le plus large. Les circuits réalisés en 2003 autour des terres cuites avaient été pensés comme la suite logique d’une vaste étude thématique initiée par l’Inventaire Général, tandis que ceux relatifs au vitrail étaient fondés sur l’inventaire réalisé en interne par Karine Bergeot1. Pour mener de front ces deux exigences, le service a fait le choix de la réalisation d’inven­taires thématiques et préliminaires réalisables en quelques mois à l’échelle du département. C’est cette mé­thode qui a été appliquée pour l’étude du patrimoine industriel Sarthois, grâce à l’appui méthodologique des services centraux de l’Inventaire Général2.

4Les méthodes utilisées pour la réalisation de cette étude ne s’éloignent donc pratiquement pas des normes élaborées par le ministère de la Culture. Elles sont cependant intéressantes à analyser car elles reflètent bien les nouvelles attentes des collectivités territoriales en matière d’inventaire patrimonial. Pour chacun des sites industriels étudiés, 26 champs ont été pris en considération pour constituer une base de données. La distinction habituelle entre les bases de données relatives à l’immobilier et au mobilier – en l’occurrence les machines dans le cas du patrimoine industriel – n’a pas été prise en considération dans cette étude. Un champ «  machine  » à texte libre était cependant attribué pour chaque site étudié. D’autre part, des champs qui n’apparaissent pas dans les normes de l’Inventaire Général ont été intégrés, de manière à faire de la base de données un véritable outil de prise de décision en matière de politique patrimoniale. Cinq entrées au total servent à traduire les résultats d’une expertise non pas historique ou architecturale mais purement touristique  : accessibilité, aménagement, mise en valeur…

  • 3 Concernant la recherche en archives sur le patrimoine industriel  : Chaplain, C. Les sources du pat (...)
  • 4 La question de la définition des limites de l’étude est cruciale dans ce type d’inventaire. Selon l (...)

5Sur la base d’un premier travail d’archive mené à partir des déclarations de machines à vapeur ou des statistiques industrielles du XIXe siècle3, 571 sites ayant connu une activité industrielle4 antérieure à la Seconde Guerre mondiale ont été identifiés et documentés d’un point de vue historique. Après recoupage avec les différentes cartes IGN et les prospections sur le terrain, il s’est avéré que 147 d’entre eux étaient encore conservés. Ces éléments architecturaux ou techniques ont fait l’objet d’une campagne photographique et d’un traitement cartographique par les services du Conseil général.

Résultats de l’inventaire préliminaire du patrimoine industriel Sarthois (sources : CG72, IGN@GéorouteRaster)

6Cet inventaire a permis d’identifier des spécificités territoriales marquantes et de faire sortir de l’ombre des sites méconnus. L’exemple du Perche sarthois est révélateur du marquage territorial fort des traces de l’activité industrielle ancienne. Bénéficiant de res­sources forestières et minérales importantes mais de faibles cours d’eau, cette région a vu l’installation à partir du XVIIIe siècle d’une industrie du feu dynamique, à l’image de l’usine métallurgique de Champrond et de la verrerie de Coudrecieux. Ces industries anciennes nous ont légué un patrimoine varié qui emprunte aussi bien à l’architecture vernaculaire des fermes qu’aux nouvelles normes de construction plus rationnelles apparues au cours du XIXe siècle.

7Au sud du département, la vallée du Loir concentre quant à elle de nombreux vestiges liés à l’industrie papetière. Six papeteries sont encore conservées aujourd’hui. La plus ancienne, celle de Poncé-sur-Loir, a été construite en partie au XVIIIe siècle. Mais c’est au XIXe siècle que cette industrie connaît un essor significatif grâce aux investissements de la famille Tonnelier qui possédait pas moins de trois usines (La Flèche, Le Lude, Aubigné-Racan). Enfin, la vallée de la Sarthe (sud-est du département) conserve des traces d’activités différentes mais qui étaient profon­dément liées entre elles. Autour d’une rivière canalisée entre 1840 et 1860, de nombreuses industries rela­tives aux ressources en pierre calcaire se sont déve­loppées. La pierre était extraite et sciée dans des mar­breries. À défaut, elle était transformée en chaux dans des fours dont il reste de nombreuses traces. Leur combustion à plus de 1 000 C° a été facilitée dès le début du XIXe siècle par l’utilisation d’anthracite, un charbon extrêmement ductile, extrait dans les mines des alentours. Comme dans le Maine-et-Loire tout proche, ces différentes ressources ont suscité la création d’un système industriel intégré qu’il est encore possible de découvrir aujourd’hui sur le terrain.

  • 5 Pour une synthèse plus détaillée des résultats de cet inventaire  : Truillet, J. Paysages de l’indu (...)

8Au final, cet inventaire préliminaire permet de réévaluer l’importance de l’histoire de l’industrie en Sarthe. Ce département véhicule l’image d’un territoire rural relativement enclavé. Pourtant, même dans les campagnes les plus isolées on trouve en­core les traces d’une activité industrielle plus ou moins complexe. Il ne s’agit pratiquement jamais d’une grande industrie capitalistique mais de petites unités en lien avec la production agricole locale. C’est le cas des tanneries, des minoteries et des laiteries par exemple. Dans les villes, des industries plus conséquentes ont laissé des témoignages architecturaux beaucoup plus conséquents, à l’image de la manufacture de Tabacs du Mans par exemple5.

Une approche originale de la valorisation

9Le projet de valorisation est né de cet inventaire préliminaire. Il a pris principalement la forme de circuits de visite et de manifestations ponctuelles organisés pendant l’été 2006. Comme son titre l’indique, ce projet insiste particulièrement sur la notion de territoire. Il a d’ailleurs été monté en partenariat avec les cinq Pays qui composent le département de manière à constituer des circuits respectant les particularités locales. C’est au moment du choix des sites qui devaient composer les circuits que l’inventaire patrimonial a pris tout son sens. En effet, ce travail de fond a permis d’éviter de choisir systématiquement les exemples les plus célèbres aux dépens de sites plus inattendus mais qui composent l’identité industrielle de ce territoire. Le Pays du Perche Sarthois s’est ainsi penché sur les industries du feu, celui de la Haute Sarthe et d’Alençon sur le do­maine de la mode et de la confection, celui de la Vallée du Loir sur les papeteries, celui du Mans sur les traces de la seconde révolution industrielle et enfin celui de la Vallée de la Sarthe sur les industries d’extraction. Plus que pour n’importe quel autre type de patrimoine, cette approche territoriale apparaissait comme essentielle tant il est vrai que le dévelop­pement industriel passé était avant tout fondé sur des logiques géographiques.

Dans le cadre du circuit La mécanisation des savoir-faire : la mode et la confection, visite guidée de l’ancienne tannerie de Sillé-le-Guillaume reconvertie en médiathèque

© Joël Bernard

10Au-delà de cette approche territoriale, l’originalité de ce projet réside dans la mobilisation conjointe des res­sources bénévoles et professionnelles du dépar­tement. Ces deux dynamiques différentes mais complémen­taires ont été le fer de lance de cette proposition culturelle.

11Il faut noter ici l’importance de l’association « Les amis de Louis Simon  » qui gère depuis 2000 la formation de guides-habitants, créée en 1996 dans le cadre du CUEP (centre universitaire d’éducation permanente) de l’université du Maine. Cette formation s’adresse à toute personne qui souhaite parti­ciper à la valorisation du patrimoine local et qui cherche à se former dans le but d’assurer des visites bénévoles. Le Conseil général de la Sarthe a très vite pris conscience de l’importance de cette ressource et s’est associé à ce projet dès qu’il a été question des premiers circuits thématiques en 2003. Par le budget qu’elle alloue et par les compétences scientifiques qu’elle met à disposition, la collectivité territoriale est parvenue à ancrer dans la continuité cette démarche associative innovante. Elle pérennise ainsi la motivation de plusieurs dizaines de personnes qui souhaitent s’investir. Leurs profils sont des plus divers  : à côté d’enseignants en activité ou à la retraite, on trouve également des agriculteurs, des employés ou des chefs d’entreprise. Cette diversité est un des éléments explicatifs du succès des propositions patrimoniales mises en œuvre. Elle permet de s’adapter à des publics très divers, en créant un certaine proximité sociale qui fait parfois défaut dans la médiation culturelle.

12Le bénévolat est une chance pour le patrimoine, à condition qu’il soit strictement encadré par des professionnels qualifiés. Dans le cadre de l’opération Territoires industriels sarthois, le Conseil général a donc fait appel à un certain nombre de spécialistes de la question. Des historiens et des conservateurs du patrimoine ont été associés à ce projet pendant toute l’année. La plupart sont intervenus dans la formation de manière à sensibiliser les guides aux spécificités du patrimoine industriel (Louis André de l’université de Rennes, Anne Henry du musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne et Bénédicte Rolland-Villemot du musée des Civilisations de l’Europe et de la Médi­terranée) ou pour revenir sur l’histoire des spécificités territoriales (Philippe Cayla de l’université d’Angers, spécialiste du patrimoine minier et fluvial). Tous ont participé à la publication d’un cahier de 32 pages La Sarthe, Terre d’industries, pensé dès le départ comme un outil de présentation des richesses du patrimoine industriel du département auprès d’un large public et vendu à 1 500 exemplaires pendant l’été 2006.

L’ouvrage La Sarthe, Terre d’industries propose une découverte historique et technique du patrimoine industriel sarthois.

13Le montage de cette opération a nécessité un an et demi de travail. Après six mois consacrés à l’inventaire préliminaire, un processus de sélection des sites à intégrer dans le programme a été mis en œuvre et définitivement arrêté à la fin de l’année 2005. Les six premiers mois de l’année 2006 ont permis de négocier avec les propriétaires pour obtenir leur accord, de réaliser les séances de formation des guides et de réfléchir à la stratégie de communication et à la politique éditoriale que le Conseil général souhaitait concevoir autour de cette opération. D’un point de vue financier, il faut souligner que l’avantage de ce type de projet est d’être peu onéreux car les coûts de fonctionnement sont faibles. L’ensemble repose en effet sur la bonne volonté des propriétaires qui acceptent de faire visiter gratuitement leur site et sur le dévouement des guides bénévoles quelques journées pendant l’été. Grâce à cette stratégie, le Conseil général peut mettre en œuvre une actualité culturelle de premier plan pendant la période estivale à moindre frais. Les coûts les plus importants concernent la communication et la pose systématique d’une signalétique trilingue.

Le patrimoine industriel  : une demande sociale en Sarthe  ?

14Les professionnels ont coutume de rappeler la dimension sociale et identitaire de la valorisation patrimoniale. Or force est de constater que dans ce département rural qu’est la Sarthe, le patrimoine industriel n’était pas a priori au centre des attentes de la population locale. D’autre part, certains sites présentaient des conditions de visites parfois diffi­ciles, tant du point de vue du confort que de la facilité de compréhension des vestiges conservés. Ces conditions qui hypothéquaient sérieusement les chances d’un réel succès public, rendent d’autant plus surprenants les très bons chiffres d’affluence. L’enjeu était de taille car les circuits 2005 autour de la Guerre de Cent Ans avaient déjà attiré un nom­bre considérable de visiteurs.

15Les différentes manifestations de l’année 2006 ont été suivies à chaque fois par 70 personnes en moyenne. Le premier circuit du mois de juillet a débuté modestement avec 30 personnes environ, mais certains ont connu un succès inattendu avec plus de 100 personnes au rendez-vous. Ce bilan est donc positif mais aussi quelque peu étonnant. Il prouve que la valorisation du patrimoine technique ne se justifie pas seulement dans les anciennes régions industrielles, et qu’elle peut trouver sa place dans des départements ruraux où la demande so­ciale autour de ce patrimoine existe bel et bien.

  • 6 Truillet, J. Crousilles  : du coton au caoutchouc, Archéologie industrielle en France, n° 46, 2005, (...)
  • 7 Enquête réalisée lors de la visite du 8 juillet 2006 par les services du Conseil général auprès de (...)

16Reste encore à qualifier cette demande, à en cerner précisément les attentes pour comprendre ce qui est réellement en jeu dans cette réappropriation collective du patrimoine industriel. Lors du circuit du 8 juillet 2006 par exemple, il était proposé au public de rentrer pour la première fois dans la manufac­ture de Crousilles, une remarquable filature du XIXe siècle reconvertie en usine de caoutchouc par l’inventeur de la célèbre Rustine6. Le commentaire de la visite était principalement axé sur l’histoire de l’évolution des types de l’architecture industrielle au XIXe siècle, particulièrement bien visibles à Crousilles. Malgré une présentation de l’histoire de l’implan­tation de l’entreprise Rustin sur place, dans les années 1930, l’enquête réalisée auprès du public7 à montré à quel point les visiteurs étaient restés frustrés de ne pouvoir observer les chaînes actuelles de fabrication des produits en caoutchouc, ce qui n’était absolument pas envisageable pour des raisons de secret industriel et de sécurité.

17Ici apparaît certainement une des principales contradictions de la valorisation de ce patrimoine complexe : les visiteurs s’intéressent-ils à l’histoire et à l’architecture industrielle ou bien souhaitent-ils seulement voir ce qui est caché dans ces vieilles bâtisses, c’est-à-dire le processus industriel contemporain  ? Il semble bien effectivement que le public vient d’abord pour voir les hommes au travail, comme en témoigne le succès de l’opération Et Voi­là le travail réalisée depuis plusieurs années par le comité départemental du Tousisme de Seine-Saint-Denis. D’ailleurs ce sont les circuits qui intégraient ce type de proposition, comme celui de la Haute-Sarthe avec la tannerie de Vivoin – qui travaille pour les plus grands noms de la mode – qui ont eu le plus de succès.

Ancienne filature de Crousilles construite vers 1830, La Chartre-sur-le-Loir

© Louis André

La fonderie Chappée, Sainte-Jamme-sur-Sarthe

© Vu2O

18Cette focalisation excessive sur le contemporain a parfois été involontairement accentuée par l’attitude même des chefs d’entreprises qui se sont personnellement investis dans ce projet en faisant visiter eux-mêmes leur société par exemple. L’expérience a permis de constater à plusieurs reprises que ces derniers n’ont pas toujours conscience de la dimension historique de leur usine ou des bâtiments anciens qu’ils occupent parfois depuis seulement quelques années, en raison des restructurations récentes du tissu industriel local. Ces dirigeants ont alors naturellement tendance à transformer les circuits patrimoniaux en simple visite d’entreprise, qui si elle peut avoir un intérêt pédagogique évident dans un autre contexte, ne faisait pas partie des objectifs initiaux de ce programme. Pour les professionnels du patrimoine, tout l’enjeu consiste donc à profiter de la curiosité initiale du visiteur pour aller plus loin en lui faisant appréhender la profondeur historique cachée derrière ce savoir-faire et ces techniques contemporaines.

19Néanmoins, il importe également d’être sensible aux demandes réelles et premières du public de ce genre de manifestation, pour éviter de se trouver en complet décalage avec ses attentes légitimes. Le contenu du discours pendant les visites est une bonne illustration de la nécessaire adaptation à cette demande culturelle réelle. Les circuits qui ont le moins bien fonctionné en termes d’attention du public sont ceux qui ont trop largement insisté sur l’histoire des techniques. La majeure partie des visiteurs reste hermétique à ces considérations alors qu’on mobilise beaucoup plus leur attention en évoquant l’histoire sociale et les anecdotes propres à un site industriel. Ce constat n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes en termes de médiation culturelle, car bien souvent la compréhension fine de l’architecture industrielle passe par l’étude des techniques de production. Ainsi les papeteries du Loir doivent leur forme particulière aux solutions techniques mises au point par l’ingénieur hydrau­licien Charles Callon, chargé par Joseph-Claude Tonnelier de moderniser ses installations énergétiques pendant les années 1850.

Projet d’installation d’une machine à vapeur dans l’ardoisière de Parennes, plan de 1855

© Archives départementales de la Sarthe

20La demande sociale autour du patrimoine industriel est donc réelle mais elle reste volatile. Incon­testablement, le public s’intéresse de plus en plus à l’héritage technique, à ce savoir-faire industriel passionnant à plus d’un titre. Néanmoins, il a encore à peine conscience de la valeur historique de certains des bâtiments qui abritent ces activités. Si l’État ou les collectivités territoriales veulent pérenniser et accentuer leur politique de protection du patrimoine industriel dans l’avenir, il conviendra avant toute chose de continuer à sensibiliser le public sur cette question.

Au-delà des circuits de visites  : quelques exemples de manifestations annexes

Au-delà des circuits patrimoniaux récurrents, l’opé­ration Territoires industriels sarthois a été jalonnée par des journées spéciales destinées à mettre en lumière des sites ou des territoires remarquables d’une manière originale, voire inattendue.

En partenariat avec le Pays du Mans et le Pays de la Vallée de la Sarthe, deux balades fluviales ont ainsi été organisées en juillet et en août 2006. Cette formule a permis d’insister sur les spécifi­cités territoriales et géographiques relatives au patrimoine industriel. Une navigation détendue qui a permis de découvrir autrement les anciennes usines dans leur environnement, de comprendre le rôle des cours d’eau comme source d’énergie et comme moyen de transport.

Par ailleurs, le film La bataille du Rail (René Clément, 1946) a été projetée contre le pignon de la rotonde SNCF de la gare de Château-du-Loir le 30 juillet 2006. Cette projection a replongé 150 personnes dans l’atmosphère particulière des trains à vapeur de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette manifestation a aussi été l’occasion de rappeler au plus grand nombre l’urgence qu’il y a à trouver une solution viable pour préserver cette rotonde, témoignage architectural rare construit en 1891.

21Fièvre, L. Les manufactures de tabacs et d’allumettes  : Morlaix, Nantes, Le Mans et Trélazé. Rennes  : Presses Universitaires de Rennes, Collection Art et Société, 2002, 296 p.

Haut de page

Bibliographie

André, L., Cayla, P., Fournier, L., Rolland-Villemot, B. et Truillet, J. La Sarthe, Terre d’industries. Le Mans  : Éditons de la Reinette-Conseil général de la Sarthe, Collection Les rendez-vous du patrimoine, 2006, 32 p.

André, L. Les papeteries sarthoise, 303, Art, recherche et création, n° 31, 1991, pp. 15-24.

Auffret, M. L’industrie  : les limites de la révolution industrielle dans la Sarthe, in Lévy, A. (dir), La Sarthe des origines à nos jours. Saint-Jean-d’Angély  : Éditions Bordessoules, 1983, pp. 296-407.

Belhoste, J.-F. La métallurgie du Maine de l’Âge du Fer au milieu du XXe siècle. Paris  : Éditions du Patrimoine, 2003, 408 p.

Haut de page

Notes

1 Karine Bergeot est chargée de la valorisation du patrimoine au Conseil général de la Sarthe. Elle prépare un doctorat sur l’histoire des vitraux sarthois au XIXe siècle à l’université du Maine.

2 Nous souhaitons particulièrement remercier Catherine Chaplain, coordinatrice à la DAPA des inventaires sur le patrimoine industriel au niveau national, dont l’aide a été indispensable.

3 Concernant la recherche en archives sur le patrimoine industriel  : Chaplain, C. Les sources du patrimoine industriel. Paris  : Éditions du Patrimoine, 1999, 96 p.

4 La question de la définition des limites de l’étude est cruciale dans ce type d’inventaire. Selon les critères de l’Inventaire Général, ont été reconnus comme sites ayant connu une activité industrielle les entreprises de plus de 5 salariés, vendant leur production au-delà des limites du canton.

5 Pour une synthèse plus détaillée des résultats de cet inventaire  : Truillet, J. Paysages de l’industrie en Sarthe, 303, Art, recherche et création, n° 91, juillet 2006, pp. 48-55.

6 Truillet, J. Crousilles  : du coton au caoutchouc, Archéologie industrielle en France, n° 46, 2005, pp. 10-17.

7 Enquête réalisée lors de la visite du 8 juillet 2006 par les services du Conseil général auprès de 65 personnes par le biais de questionnaires à réponses libres.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ancienne marbrerie, Solesmes
Crédits © Vu2O
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Résultats de l’inventaire préliminaire du patrimoine industriel Sarthois (sources : CG72, IGN@GéorouteRaster)
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Légende Dans le cadre du circuit La mécanisation des savoir-faire : la mode et la confection, visite guidée de l’ancienne tannerie de Sillé-le-Guillaume reconvertie en médiathèque
Crédits © Joël Bernard
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende L’ouvrage La Sarthe, Terre d’industries propose une découverte historique et technique du patrimoine industriel sarthois.
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Ancienne filature de Crousilles construite vers 1830, La Chartre-sur-le-Loir
Crédits © Louis André
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende La fonderie Chappée, Sainte-Jamme-sur-Sarthe
Crédits © Vu2O
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Projet d’installation d’une machine à vapeur dans l’ardoisière de Parennes, plan de 1855
Crédits © Archives départementales de la Sarthe
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/794/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Truillet, « Territoires industriels sarthois : bilan et perspectives », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007, 27-33.

Référence électronique

Jonathan Truillet, « Territoires industriels sarthois : bilan et perspectives », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ocim.revues.org/794 ; DOI : 10.4000/ocim.794

Haut de page

Auteur

Jonathan Truillet

Jonathan Truillet est consultant patrimoine technique et industriel. jonathan.truillet@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org