Navigation – Plan du site
Articles

La collection ethnographique de l’université de Strasbourg

Strasbourg University’s ethnographic collection
Roger Somé et Gaëlle Weiss
p. 5-13

Résumés

Après avoir rappelé les origines et l’histoire de la collection ethnographique de l’université de Strasbourg, les auteurs s’attachent à montrer son importance – comme outil de formation en muséologie et instrument pédagogique à destination des publics – et soulignent les perspectives patrimoniales nouvelles offertes par son intégration au sein du réseau des collections scientifiques de l’université structuré autour du Jardin des Sciences.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les universités européennes – mais ce n’est pas un cas unique, l’Afrique, l’Amérique, l’Asie et l’Aus­tralie comptent également un riche fonds patrimonial universitaire – il a été constitué un patri­moine dont la nature et l’histoire sont variables. Collection d’art à l’université La Sapienza de Rome, collection de sciences au musée de l’université de Coimbra au Portugal, collection d’ethnographie conservée à l’université Autónoma de Madrid, pour n’en citer que quelques-unes.

img-1.png

Masque, Ba-punu (groupe Fang), Gabon(Collection Léon Morel)

© Collection ethnographique de l’UDS

2L’existence même de ce patrimoine contribue à l’écri­ture de l’histoire des universités. Ainsi les collec­­tions du musée zoologique de l’université de Stras­bourg – qui ont pour origine le cabinet d’Histoire naturelle du célèbre naturaliste du XVIIIe siècle, Jean Hermann, et dont le musée est aujourd’hui géré en co-tutelle avec la Ville de Strasbourg –, restent profondément marquées par le passé allemand avec l’établissement de la Kaiser Wilhelm Universität entre 1871 et 1918. Lorsque les Allemands annexèrent l’Alsace et la Moselle après la défaite française de 1870, l’empereur Guillaume Ier voulut faire de l’université de Strasbourg la vitrine de la puissance de la Prusse nouvellement unifiée. Les collec­tions zoologiques qui selon le modèle uni­­versi­taire allemand de Humboldt jouaient un rôle fonda­mental dans l’enseignement, témoignent de l’inves­tis­sement de l’Empire allemand. Outre cet héritage franco-allemand, l’université de Strasbourg tire également la parti­cularité de son histoire de sa collection ethnographique, irrémé­diablement liée à l’essor de l’ethno­graphie dans les années soixante à Strasbourg.

3Si l’importance du patrimoine des universités n’est pas négligeable, celui-ci est confronté à une « crise » qui court depuis les années 1970. Bien que marquées par une précarité (manque de ressources financières, d’ac­ces­­sibilité, de locaux adéquats et de personnels qualifiés), ces collections ont un rôle à jouer – notamment pédagogique. Dans cette perspec­tive, la place des collections ethnographiques, eu égard aux objectifs de la discipline et conformément à son histoire, est certainement exemplaire. En effet, il y a une relation étroite entre la notion « d’objet témoin » et la culture matérielle de la so­ciété étudiée. De la fin du XIXe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale (1860-1950) la méthode de recherche en ethnologie comprenait de facto une dimension pédagogique importante. Le mot d’ordre selon lequel il fallait collecter les objets avant que les cultures ne disparaissent était certes fondé sur le principe de la conservation mais contenait déjà l’idée d’une démonstration, au bénéfice des populations occidentales, de l’existence de cul­tures auxquelles appartenaient les objets. D’où l’idée de témoignage. Si aujourd’hui la méthode de la recherche ethnologique a connu une mutation, la dimension pédagogique de l’objet de collections ethnographiques demeure pertinente en raison précisément de ce qu’il est désormais un objet de patrimoine destiné à des cultures à l’identité multiple. Les différentes collections africaines, par exemple, en Europe rassemblent des objets qui relèvent désormais des patrimoines occidentaux mais aussi africains. En tant qu’objets de patrimoine, ils ont pour tâche d’expliquer les relations entre les diffé­rentes sociétés et par conséquent les transformations éven­tuelles qui ont pu s’opérer au sein des identités culturelles.

4L’étude, ici proposée, s’inscrit dans cette dimension pédagogique du patrimoine en général. Aussi, sera exposée la mission didactique de la collection ethno­graphique de l’université de Strasbourg (fonction doublement fondamentale puisqu’elle fut la condition sine qua non de son acquisition par l’université) et ce, malgré les difficultés auxquelles elle se trouve confrontée. Pour développer cet objectif, les auteurs proposeront une histoire de la collection, puis ils présen­teront sa contribution à la formation et enfin ils souligneront les perspectives offertes par l’université de Strasbourg, nouvellement unifiée, notamment par le biais des actions du Jardin des Sciences.

Une première appellation en référence à l’emblématique collection Lebaudy-Griaule

5Connue sous le nom de collection Lebaudy-Griaule depuis la création de la salle du même nom au département d’ethnologie par Dominique Zahan (1966), premier titulaire de la chaire d’ethnologie de l’univer­sité de Strasbourg trois ans plus tôt, la collection ethno­graphique de l’université est identifiée par deux person­nalités. Pourquoi cette double dénomination ?

6Elle est principalement due aux circonstances de la collecte des pièces dont le fait majeur se trouve dans la réalisation de l’expédition Niger-Lac Iro (1938-1939). Cette mission était placée sous la responsabilité scientifique de Marcel Griaule, pionnier de la recherche ethnographique française en Afrique et acteur majeur de la professionnalisation de l’ethnologie, qui dût partager le rôle de chef d’expédition avec Jean Lebaudy, un industriel du Lot, financeur de l’entreprise ; d’où la dénomination de Mission Lebaudy-Griaule.

7Sur le terrain, la mission a été menée dans trois centres principaux : le pays dogon où l’ethnologue Germaine Dieterlen est restée seule jusqu’en mars 1939 à deux mois environ de la fin de la mission ; le sud du Tchad et le pays Sara (Lac Iro). En pays Dogon, Germaine Dieterlen a eu la charge de l’achat d’objets pour le compte de Jean Lebaudy qui souhaitait ramener en France des objets africains. Germaine Dieterlen a ainsi collecté des objets rituels Dogon en rapport avec la société secrète des « masques », l’Awa, parmi lesquels figuraient des cagoules et des masques. D’autres artefacts en relation avec la vie quotidienne ont également été recueillis par ses soins, notamment une porte de grenier, des serrures et des poulies de métier à tisser. Marcel Griaule, lui-même, a également fait l’acqui­­­sition pour le compte de l’industriel de deux statuettes Dogon, d’un masque « picoreur » et de trois masques « antilope » kurumba.

8De retour de l’expédition, cette collection, propriété de l’industriel, est exposée dans son château-musée de Cabrerets. Jusque dans les années 1950, le château est ouvert au public et présente un éventail d’objets d’origine africaine et préhistorique. En 1963, à l’occasion de la vente du château, Jean Lebaudy se fit recom­mander le département d’ethnologie de l’uni­versité de Strasbourg, par Solange de Ganay, sa belle sœur, avec l’assurance que la collection y serait exposée intégralement dans de nouveaux et spacieux locaux.

img-2.png

Traversée du Sahara au retour de la mission Lebaudy-Griaule (5 mai 1939). Les ethnographes Solange de Ganay et Marcel Griaule

© Fonds Annie et Jean-Paul Lebeuf, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE,

  • 1 L’importance qu’accorde l’Ethnologie à l’objet est à rechercher dans ses fondements, à la fin du XI (...)

9Posséder une telle collection constituait à cette épo­que pour le professeur Zahan une véritable au­baine. L’utilisation de ces objets ethnographiques dans ses cours, loin de constituer une simple illustration destinée à dépeindre un décor exotique, lui offrait la possibilité de structurer son enseignement. Car l’ensei­gnement de l’ethnologie tel que le concevait ce dis­ciple de Marcel Griaule passait encore par l’examen attentif de la « culture matérielle » des sociétés étudiées1. La pratique ethnologique prescrite par Mar­cel Griaule était, en effet, indissociable de l’ana­lyse de l’objet envisagé comme une véritable « pièce à conviction » à partir duquel il était possible de restituer l’ensemble d’une culture. De plus, l’intérêt que Marcel Griaule portait à la religion comme facteur explicatif des sociétés dans leur totalité le poussait à rechercher dans leurs productions matérielles la retranscription de leurs croyances. Ainsi, pour l’école griaulienne « l’objet témoin » était envisagé comme le support de conceptions sacrées susceptibles de rendre compte de cultures perçues comme éminemment religieuses.

10Cette collection avait également retenu l’attention de Dominique Zahan en raison de la nature même de sa composition. Constituée en grande partie d’objets rituels ou ayant une relation avec le sacré, elle coïncidait parfaitement avec les orientations théoriques qu’il souhaitait dispenser dans ses cours alors fortement influencés par l’école symboliste. C’est donc parce que ces objets donnaient à voir les capacités plastiques des civilisations africaines, indissociables, selon Dominique Zahan, de leurs conceptions sacrées qu’il accepta leur acquisition. La cession, pour la som­me d’un franc symbolique, fut entérinée le 28 février 1964 et la salle de présentation permanente de cette collection fut inaugurée au département d’ethnologie de Strasbourg le 28 novembre 1966.

  • 2 Dès la fin des années 1940, l’ethnologie prit ses distances avec le musée, délaissant les productio (...)

11Lorsque Dominique Zahan quitte Strasbourg pour la Sorbonne en novembre 1968, la collection connaît une suite quelque peu incertaine jusqu’en 1996, année de la première expertise des pièces. Les successeurs du professeur Zahan à la direction du dé­par­tement d’ethnologie – davantage occupés à la transformation du certificat d’ethnologie d’alors en une formation complète destinée à de véritables enseignants-chercheurs – délaissèrent quelque peu le projet de valorisation de cette collection. Sans doute ce désintérêt était-il également imputable aux orientations théoriques que prit à cette époque la discipline et qui contribuèrent à l’éloigner de ses fondements matériels2. En outre, devant faire face au problème croissant de pénurie de locaux, le département d’ethnologie fut contraint de réorganiser ses espaces dès le milieu des années 1980. Cette restructuration eut raison de la présentation des objets, désormais entassés dans les armoires métalliques non sécurisées d’une salle de cours et soustraits à la vue du public.

12Sensible au sort de cette collection, la nouvelle res­ponsable du département Isabelle Bianquis alerte dès sa prise de fonction en 1993 le président de l’uni­versité et le ministère sur les conditions de con­servation des artefacts et demande une expertise en 1996. Mais l’importance de leur valeur estimée re­met en cause la prise en charge par le département de la prime d’assurance, qui s’est ainsi vue considérablement augmentée.

img-3.png

Masque Kanaga, Dogon, Mali (Collection Lebaudy-Griaule)

img-4.png

Cagoule Iyana, masque de « jeune homme », Dogon, Mali (Collection Lebaudy-Griaule)

img-5.png

Fourneau de pipe, Bamiléké, Cameroun (Collection Pierre Malzy)

  • 3 Les expositions Regards sur l’objet ethnographique et Masques noirs, Regards blancs organisées en 1 (...)
  • 4 La collection est visible depuis 2003 à l’adresse www2.misha.fr/flora/

13À partir de cette expertise et à la faveur de la création d’un diplôme universitaire d’ethnomuséographie, un groupe de bénévoles avec à sa tête Carine Schutz, chargée par le département d’ethnologie du dossier de la collection, s’engage dans un processus de sauvegarde et de valorisation3. Convaincue de la valeur tant scientifique qu’historique de ces objets pour l’enseignement ethnologique et muséologique strasbourgeois, Carine Schutz entreprend d’authentifier leur statut, car s’il est prouvé que ce fonds appartient à l’université il est alors automatiquement couvert par les assurances du patrimoine de l’établissement. Après plusieurs mois d’investigations, le contrat de cession des objets qui conditionne la vente de la collection Lebaudy-Griaule est retrouvé attestant la prise en charge du fonds par l’université. Dès cet instant la collection acquiert le statut de collection publique et se trouve soumise aux principes d’imprescriptibilité, d’inaliénabilité et de dévolution. Le département d’ethnologie prend alors pleinement conscience des missions de conservation et de diffusion du patrimoine qui lui incombent et s’engage à les honorer en demandant l’inscription du projet de valorisation dans le contrat quadriennal 2001-2004 de l’université. L’obtention en 2001 de ce soutien financier ainsi que le concours de la MI­S­­HA (Mai­son Inter-universitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace) ont permis de mener à bien l’inventaire de la collection, de programmer une campagne photographique de l’ensemble des pièces et d’entrepren­dre leur numérisation pour la création d’un site Internet4. L’ensemble de ces opérations fut mené dans un local d’étude et de conservation approprié pour les objets, loué dans un espace extérieur à l’uni­versité que la collection faute de moyens a été contrainte de quitter en février 2007.

14En 2003, la direction de la collection est confiée à Roger Somé, nouvellement nommé au poste de maître de conférences. Ses investigations révèlent alors des incohérences dans l’identification des pièces (pré­sence d’objets provenant d’aires culturelles éloignées de celles couvertes par la mission Niger-Lac Iro), laissant supposer des provenances hétérogènes. La poursuite d’un effort de documentation contribue à identifier deux autres fonds : le premier, re­connu comme étant le résultat d’un don en 1967 de Léon Morel, artisan missionnaire ayant travaillé dans le centre du docteur Schweitzer à Lambaréné au Gabon ; le second, identifié comme étant également le fruit d’un don que Pierre Malzy fit en 1991 d’une collection qu’il rassembla lors de ses séjours africains entre 1930 et 1950. Avec ces découvertes qui ont permis la réécriture de l’histoire de ce fonds, la collection Lebaudy-Griaule s’est réduite à l’ensemble des objets dogon et kurumba. Par conséquent, la dénomination Lebaudy-Griaule, désignant l’ensemble des pièces, est remplacée par l’appellation plus générique de collection ethnographique de l’uni­versité de Strasbourg.

La collection comme outil pédagogique

15Les clauses de cession de la collection initiale venue de Cabrerets stipulaient que « les objets et maquettes cédés devront être présentés au public à l’Institut d’Ethnologie dépendant de la Faculté des Lettres à Strasbourg ».

16Le motif est donc clair : la collection est destinée au public sous la responsabilité d’un établissement d’en­­seignement et de recherche. En conséquence, elle a une visée pédagogique pour tous. Autrement dit, cette collection doit servir aussi bien à la formation des étudiants qu’à celle de tout citoyen. Ce fut effectivement le cas, Dominique Zahan, l’ayant utilisée pour l’enseignement et pour des expositions organisées en 1964 (L’art africain, à la Société générale alsacienne) et en 1967 (L’art nègre, présentée à Strasbourg et à Mulhouse). Entre les deux expositions, en 1966, la salle Lebaudy-Griaule du département d’ethnologie est née et présentera jusqu’en 1991 une exposition permanente des objets à l’intérieur de l’Institut.

17Masques, statuettes et serrures sculptées ont ainsi été utilisés dès 1964 par Dominique Zahan dans ses cours d’Ethnologie car, pour ce professeur, les objets constituent des témoins privilégiés pour reconstituer une culture. Ils participent à la démarche de recherche parce qu’épistémologiquement ils établissent un rapport matériel direct avec la culture étudiée et donnent à connaître la diversité plastique et spirituelle des sociétés africaines. Aujourd’hui, cette orien­tation pédagogique est maintenue et s’articule sur trois champs : l’université, le scolaire et le grand public.

img-6.png

Exposition L’Écriture secrète d’Afrique noire (2005, Bibliothèque municipale de Strasbourg)

© Collection ethnographique de l’UDS

18Si d’une façon générale, les propriétés scientifiques de ces objets ethnographiques n’ont pas véritablement changé au fil du temps et de l’évolution des connaissances, il n’en reste pas moins que les orientations théoriques de la discipline ont modifié le regard que les scientifiques portaient sur eux à tel point qu’aujourd’hui à l’université de Strasbourg, ils tendent à ne plus être utilisés dans l’enseignement ethnologique proprement dit mais plus volontiers dans celui destiné à la muséologie. Car, tout en con­servant son rôle premier d’objet de recherche, cette collection a acquis une valeur historique – en tant que témoin des liens étroits de la discipline avec l’institution muséale, témoin des idéologies et des pratiques de terrain, témoin du passage du statut d’objet scientifique à celui d’œuvre d’art… – qui vient se cumuler à sa valeur scientifique et apparaît comme une valeur ajoutée qui confère aux objets une forte potentialité polysémique qu’il convient aussi d’exploiter pédagogiquement. Et comment ti­rer au mieux un profit didactique de ces valeurs si ce n’est de s’en servir dans les cours de muséologie destinés à l’apprentissage de la conception d’exposition dont le produit, lui-même, revêt un caractère éducatif puisque son contenu est conçu en direction de publics spécifiques ?

19Ainsi, à l’université, depuis 1992, la collection est utilisée comme outil de formation dans le cadre d’un diplôme universitaire d’Ethnomuséographie (DEU) à l’UFR des Sciences sociales. Ce diplôme deviendra un master professionnel de Muséologie en 2005 avec la réforme LMD. Dès 2003 la collection a offert les possibilités d’un apprentissage pratique aux étudiants avec la conception d’expositions par lesquelles ils firent l’expérience des techniques de présentation. Dans ces projets l’organisation est en­tièrement confiée, sous le contrôle bien évidemment des enseignants, aux étudiants qui ont la charge d’exécuter l’ensemble des démarches (sélection des publics, choix du propos, étude sur les objets, re­cherche du lieu et de partenariats, scénographie, rédaction des textes et du catalogue…). La promotion de 2003-2004 du DEU a conduit, en partenariat avec la bibliothèque municipale, un projet d’exposition consacré au thème de L’Écriture secrète d’Afrique noire. Le propos qui s’adressait à un large public consistait à démontrer que les œuvres d’art d’Afrique subsaharienne constituent des signes dont la compréhension n’est pas donnée à tous. Les étudiants s’initièrent à la médiation par la réalisation de visites guidées à destination des scolaires, ils se familiarisèrent avec la conception d’actions cultu­relles en programmant un cycle de conférence et ils participèrent à la publication d’un catalogue. Les promotions suivantes du master professionnel « Mé­tiers de l’expertise anthropologique et cultu­relle » conçurent à leur tour, en partenariat avec différentes institutions, des manifestations semblables dont les thématiques tendaient à exploiter les valeurs tant scientifiques qu’historiques des objets, tout en œuvrant à leur réception par les publics ciblés.

img-7.png

Dans l’exposition L’Autre c’est nous réalisée par les étudiants en muséologie (2008, Centre socioculturel de la Meinau), une vitrine confronte des pièces de la collection ethnographique à des objets occidentaux du quotidien.

© Collection ethnographique de l’UDS

20Par exemple, le parti pris par les étudiants dans l’exposition Touche l’Afrique présentée à l’école élémentaire du Conseil des Quinze de Strasbourg (2007) était de faire découvrir les masques et les instruments de musique africains à des enfants en faisant appel au toucher. Masque Kanaga dogon, cagoule Iyana « jeune homme » dogon, tambour, lyre ou encore sanza étaient donnés à connaître et à comprendre à ces enfants non seulement par la vue mais, moyen bien plus captivant pour ce type de public, par le toucher d’échantillons de matières ayant servi à la confection des objets. Fidèles à leurs enseignements, les étudiants ont appliqué les prescriptions en matière de conservation préventive en proposant à la découverte tactile des enfants non pas les objets eux-mêmes mais des spécimens de ma­tières (bois, terre, crin, coquillage et fibres végétales) faisant intervenir divers types de techniques (taillé, gravé, sculpté, cordé ou noué). Ainsi, outre la pédagogie par la conception de l’exposition, l’usage didactique de ces objets intervenait au niveau du public dans la découverte par le toucher d’une autre culture et ce faisant, dans l’aptitude des enfants à travailler leur sensibilité avec les matières proposées. Enfin, cette manifestation était également l’occasion de sensibiliser ces écoliers à la fragilité et à l’altérabilité des objets qu’il faut savoir protéger pour pouvoir léguer à la postérité.

21À travers cet exercice muséographique, la collection ethno­graphique revêt une double fonction didactique : elle offre la possibilité aux étudiants de s’initier à la conception d’exposition et, en retour, elle permet aux visiteurs d’en tirer une expérience pédagogique. Car, bien que les enseignants ne souhaitent pas que le musée ou l’exposition soit perçu par leurs étudiants comme une école, chaque présentation initiée par ces futurs professionnels défend néanmoins l’idée d’« ap­prendre autrement », d’enseigner par la remise en question, par l’appel des sens ou par les émotions.

22L’exposition L’Autre c’est nous, présentée en 2008 au centre socioculturel de la Meinau, entendait, à travers la confrontation d’objets de deux aires culturelles diffé­rentes, l’Occident et l’Afrique, amener un public en partie analphabète à s’étonner des choix de la société à laquelle il appartient – notamment sur les thèmes de l’écologie, de l’idéologie du progrès technique ou de la mise en musée de l’Autre – et, ce faisant, à s’interroger sur ses valeurs. Femmes africaines, présentée en 2009 au CDI du lycée Jean Rostand, souhaitait faire découvrir à des lycéennes strasbourgeoises le rôle des femmes dans les sociétés africaines. Cette découverte d’autres modes de penser a poussé les jeunes filles à prendre conscience de leur propre culture et à se ques­tionner sur ses finalités. La dernière présentation Alter-égaux : entre Afrique et Occident, programmée pour La Nuit des Musées, s’est tenue à la MISHA en mai 2010 et a illustré pour un large public les liens unissant deux civilisations.

img-8.png

Présentation de la collection à une classe de 5e du collège Foch de Strasbourg dans le cadre de l’exposition Découvrons les Dogon (2010)

© Collège Foch de Strasbourg

23Ainsi, cette pédagogie par les expositions est amenée à quitter l’université pour aller à la rencontre du citoyen. En cela, la vulgarisation constitue l’exercice pédagogique destiné au grand public : elle est l’occa­sion de partager avec lui les résultats des travaux de recherche. Par conséquent, outre la formation des étudiants, ces actions pédagogiques contribuent à la réalisation de la valorisation scientifique et parti­cipent au rayonnement de la collection de l’univer­sité à l’exté­rieur, avec différents partenaires et institutions. Par­ticipent également à cette mission de valorisation les sollicitations pour les prêts dans le cadre d’expo­sitions temporaires réalisées par des institutions mu­­sé­ales. C’est le cas de la présentation Dogon mais aussi… au musée Alfred Canel de Pont-Audemer (2006), de l’exposition Animal au musée Dapper de Paris (2008) ou encore de Mali au féminin réalisée par le musée de Bretagne (2010).

24Cette action de vulgarisation comporte également une ouverture vers le public spécifique des scolaires. La collection ethnographique établit en effet des partenariats avec des écoles et des collèges dans la perspective d’une sensibilisation des jeunes à l’approche de la différence. Car la collection revêt de nouvelles formes en raison des mutations de nos sociétés. Dans cette perspective, les objets sont utilisés comme outil pédagogique auprès du public scolaire pour aborder les relations internationales entre les nations notamment entre l’Afrique et l’Europe. Cette approche permet, par exemple, d’étudier le fait colonial pour en­suite aboutir à une explication pour nos futurs con­citoyens de divers origines, de leur appartenance commune à la même identité dont ils n’ont pas toujours conscience. Ce partenariat a pu prendre la for­me d’ateliers-expositions se déroulant sur une journée, au cours de laquelle une sélection d’œuvres est pré­sentée aux élèves, ou celle de véritables expositions coréalisées avec les professeurs et présentées dans les locaux des établissements scolaires.

25Néanmoins, la conduite de cette mission pédagogique réclame des moyens structurels, logistiques et humains que l’université ne peut pas toujours satisfaire. La gestion de la collection s’avère donc déli­cate et les projets difficiles à mettre en œuvre.

26Vers une politique patrimoniale pérenne au sein de la nouvelle université de Strasbourg

  • 5 Outre la réalisation du réseau européen Universeum (2000) et la fondation du comité international U (...)

27L’apparition d’une forte préoccupation patrimoniale universitaire au niveau européen, accompagnée de réflexions sur la sauvegarde de ces biens, ont contribué à la mise en place au cours de ces dix dernières années d’initiatives qui attestent du renforcement des institutions et des réseaux professionnels dédiés aux collections universitaires5. Ces résolutions ont encouragé les responsables de collections et de mu­sées universitaires à mettre en avant les dysfonction­nements majeurs et la nécessité de renforcer les po­litiques de gestion patrimoniale au sein des établissements d’enseignement supérieur.

28Cependant, si ces requêtes ont été pour l’essentiel entendues par les universités, les gouvernements nationaux et les instances européennes, force est de cons­tater que sur le terrain ces intentions ne se révèlent pas toujours à la hauteur des besoins effectifs.

29Parallèlement, les universités connaissent en France, com­me à l’échelle européenne, de profonds rema­nie­ments dans leur mode de gestion (incitation à la diversité des financements, mise en concurrence, implication des Régions) qui leurs confèrent une relative instabilité. Mais, paradoxalement, par les nombreux défis qu’elle leur propose de relever, cette période trouble con­tribue également à les inscrire dans une certaine dynamique. Ces changements les incitent, en effet, à faire preuve d’innovation dans des projets destinés à attirer les étudiants et, à travers l’ouverture sur la Cité qu’ils exigent, à établir de nouveaux partenariats. Et c’est justement dans ce souci d’attractivité, qui s’exprime à travers la revendication d’une « identité » propre, que les collections académiques sont mobilisées car elles of­frent aux universités la possibilité de s’inscrire dans un territoire et une histoire partagés et constituent pour le citoyen une manière agréable de découvrir les sciences.

L’université de Strasbourg et le Jardin des Sciences : un défi pour le patrimoine académique ?

30C’est dans ce contexte d’affirmation identitaire que s’inscrit l’université de Strasbourg (UDS), née en janvier 2009 de la fusion des trois établissements d’enseignement supérieur de la ville. Suivant en cela la dynamique générale amorcée à l’échelle européenne, cette institution qui pos­sède un important patrimoine culturel et scientifique hérité de près de cinq siècles d’existence se veut ré­so­­lument engagée dans l’établissement d’une politi­que pérenne visant à amé­liorer la conservation et l’accès public de ses collections académiques.

  • 6 Le Jardin des Sciences de l’UDS remplace la Mission Culture Scientifique et Technique de l’universi (...)

31Pour mener à bien l’ensemble de ses missions patrimoniales – précisément de gestion, de con­servation et de recherche, mais éga­le­ment celles inhé­rentes à la valorisation et à la médiation scientifiques – l’UDS a constitué un conseil des collections universitaires et s’est dotée d’une structure, le Jardin des Sciences6, qui rassemble en un réseau la totalité de ses collections scientifiques.

img-9.png

Affiche de l’exposition La Cosmogonie Africaine. Naissance d’un monde chez les Dogon présentée en 2008 au Planétarium de Strasbourg.

© Collection ethnographique de l’UDS

  • 7 La politique culturelle et patrimoniale de l’UDS se traduit notamment dans le cadre du « Plan campu (...)
  • 8 L’ensemble des collections de l’UDS (Zoologie, Botanique…) partagent, dans une perspective de dynam (...)
  • 9 Suite au constat d’une collection peu connue des publics de l’université, les actions de valorisati (...)

32Bien qu’il soit à ce jour prématuré de se prononcer sur les initiatives adoptées par la nouvelle univer­sité7 pour soutenir la collection ethnographique, un élément remarquable peut cependant être souligné, celui consistant à offrir à l’ensemble de ses collections8, quelle que soit leur orientation disciplinaire, les services du Jardin des Sciences chargé des actions de diffusion de la culture scientifique et technique. Ce nouveau partenariat s’est manifesté dans l’encadrement pédagogique des étudiants du master Muséographie et dans l’accompagnement de leur mise en exposition des objets ethnographiques. Cette coopération a donné lieu, dans le cadre de la Mission de la Culture Scientifique et Technique pour activité complémentaire d’un contrat doctoral et avec le soutien de l’équipe informatique de la MISHA, à la conception d’un nouveau site Internet et de documents communicationnels destinés à renforcer la visibilité de la collection9. Enfin, cette collaboration s’est concrétisée dans la réalisation de l’exposition La Cosmogonie Africaine. Naissance d’un monde chez les Dogon, proposée en 2008 au Pla­nétarium de Strasbourg. Cette présentation est intéressante car elle est révélatrice de l’enjeu qui se manifeste à travers la structure du Jardin des Sciences et qui tend à rapprocher le patrimoine de sciences dites « molles » et celui des sciences dites « dures ». Son propos consistait à démontrer, dans l’espace du Planétarium dédié à la connaissance occidentale de l’univers, à travers des témoins de croyances africaines, qu’il existe autant de manières de comprendre et d’expliquer le monde qu’il y a de cultures. Ce faisant, cette manifestation mettait également en évidence le fait que l’ethnologie et l’astro­nomie, avec leurs outils de recherche et leurs objets respectifs, sont des sciences qui tentent toutes deux de répondre aux interrogations relatives à l’origine de notre monde et à son devenir. Il n’y a pas une science qui ne vaille davantage qu’une autre, ni de discours, ni de patrimoine ; c’est aussi sur ce point que peut résider l’enjeu du Jardin des Sciences de l’UDS.

Conclusion

33Les collections et musées universitaires ont un rôle décisif à jouer dans la mission de diffusion des savoirs qui incombe aux établissements de recherche et d’enseignement supérieur. C’est à ce titre, et parce qu’elle fut acquise à la condition de remplir cette fonction pédagogique, que la collection ethnographique de l’université de Strasbourg doit être ac­ces­sible au plus grand nombre. Mais, mener à bien cette mission réclame des ressources que les universités, en cette époque de réorganisations et de restrictions budgétaires sévères, ne sont pas toujours en mesure de mobiliser.

34À travers l’évocation de cette collection représentative à bien des égards d’autres fonds universitaires, il s’agit de souligner la persistance d’une certaine vulnérabilité au sein du patrimoine académique et ce, malgré l’indéniable renforcement d’attentions dont il fait l’objet. Les collections universitaires, en particulier les personnes chargées de ces collections, ont besoin de soutien – qu’il s’agisse de la reconnaissance d’une cer­taine autonomie ou d’une intégration à un réseau comme c’est le cas à Strasbourg avec le Jardin des Sciences – afin de pouvoir travailler à un partage des connaissances, à une meilleure compréhension de leur discipline et à la préservation de leur patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Boudia, S., Rasmussen, A. et Soubiran, S. (dir.). Patrimoine et communautés savantes. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010.

Coutancier, B. (dir.). Dogon mais encore... Objets d’Afrique, collections d’Europe. Paris : Somogy Édition d’Art, 2002.

Ferriot, D. et Lourenço, M. De l’utilité des musées et collections des universités, la Lettre de l’OCIM, n° 93, 2004, pp. 4-16.

Jolly, É. Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956), Journal des Africanistes, vol. 71, fascicule 1, 2001, pp. 149-190.

Lester, P. Mission Lebaudy-Griaule, Journal de la Société des Africanistes, vol. 9, fascicule 2, 1939, pp. 217-221.

Sanz, N. et Bergan, S. (dir.). Le patrimoine des universités européennes. Strasbourg : Conseil de l’Europe, 2002.

Soubiran, S., Lourenço, M.-C., Wittje, R., Talas, S. et Bremer, T. Initiatives européennes et patrimoine universitaire, la Lettre de l’OCIM, n° 123, 2009, pp. 5-14.

Soubiran, S. Patrimoine des universités et médiation scientifique, la Lettre de l’OCIM, n° 109, 2007, pp. 33-41.

Université de Strasbourg. Gestion et mise en public des collections universitaires. Symposium organisé les 26 et 27 février 2009 à Strasbourg. Vidéo accessible en ligne www.canalc2.tv/

Haut de page

Notes

1 L’importance qu’accorde l’Ethnologie à l’objet est à rechercher dans ses fondements, à la fin du XIXe siècle, époque où en l’absence de reconnaissance universitaire le devenir de la discipline est intimement lié à celui de l’institution muséale. L’ethnographie était alors définie comme l’étude des peuples « primitifs » (ne connaissant pas l’écriture). Pour étudier ces peuples « sans écriture » seul l’examen de leurs productions matérielles permettait de retracer leur développement, d’où la nécessité d’une collection ethnographique : l’objet était envisagé comme une ar­chive. En outre, l’étude de ces peuples était marquée par l’urgence du fait de leur disparition progressive présumée, car en même temps que la société industrielle anéantissait les diverses cultures, elle suscitait la nostalgie de ce qu’elle détruisait et provoquait le besoin d’en conserver les traces. Les missions de Griaule s’inscrivaient dans cette « ethnologie d’urgence » : les sociétés étudiées étant présumées en voie de disparition imminente, leur analyse devait s’accompagner de la collecte massive d’objets destinés à en témoigner au sein des musées.

2 Dès la fin des années 1940, l’ethnologie prit ses distances avec le musée, délaissant les productions matérielles au profit d’enquêtes portant sur les traditions orales car la tendance n’était plus à l’inventaire des ri­chesses coloniales mais à la valorisation des cultures africaines.

3 Les expositions Regards sur l’objet ethnographique et Masques noirs, Regards blancs organisées en 1999 et en 2000 par l’association « Mondes et Objets », nouvellement créée sous l’impulsion de Carine Schutz pour redonner vie à la collection, s’inscrivent dans cette dynamique.

4 La collection est visible depuis 2003 à l’adresse www2.misha.fr/flora/

jsp/index.jsp (base de données « Ethno »).

5 Outre la réalisation du réseau européen Universeum (2000) et la fondation du comité international UMAC, University Museums and Collec­tions (2001) sous-comité de l’ICOM, ces actions conduisirent à l’adoption par le Conseil de l’Europe de la Recommandation sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire (2005) ; cette recommandation Rec(2005) 13 est consultable à l’adresse http://wcd.coe.int/.

6 Le Jardin des Sciences de l’UDS remplace la Mission Culture Scientifique et Technique de l’université Louis Pasteur. Pour une présentation détaillée de ses missions voir le site Internet http://science-ouverte.u-strasbg.fr/mission.php.

7 La politique culturelle et patrimoniale de l’UDS se traduit notamment dans le cadre du « Plan campus » par le projet de création d’un conservatoire des collections qui regrouperait les divers fonds de l’université en les associant à des actions de médiation.

8 L’ensemble des collections de l’UDS (Zoologie, Botanique…) partagent, dans une perspective de dynamisation et de croisement interdisciplinaire, un même site Internet http://collections.u-strasbg.fr.

9 Suite au constat d’une collection peu connue des publics de l’université, les actions de valorisation ont été orientées en direction de ces derniers, sans toutefois omettre les autres citoyens. Le projet d’un nouveau site Internet davantage accessible à un public non-spécialiste s’inscrit également dans cette démarche : http://collethno-uds.u-strasbg.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Somé et Gaëlle Weiss, « La collection ethnographique de l’université de Strasbourg », La Lettre de l’OCIM, 134 | 2011, 5-13.

Référence électronique

Roger Somé et Gaëlle Weiss, « La collection ethnographique de l’université de Strasbourg », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 134 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ocim.revues.org/825 ; DOI : 10.4000/ocim.825

Haut de page

Auteurs

Roger Somé

Roger Somé est ethnologue, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg, directeur du Centre de Recherche et d’Étude en Sciences Sociales (CRESS), EA. 1334, et responsable de la collection ethnographique de l’université. some@unistra.fr

Gaëlle Weiss

Gaëlle Weiss est doctorante en Ethnologie et prépare une thèse portant sur la collection ethnographique de l’université de Strasbourg. g.weiss@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org