Navigation – Plan du site

Impliquer un Conseil scientifique dans les décisions de demain

Getting the Scientific Council to be involved in tomorrow’s decisions
Pauline Burnel
p. 13-18

Résumés

Comme de nombreux centres de sciences ou musées, le Vaisseau – centre de découverte des sciences et des techniques, basé à Strasbourg – possède un Conseil scientifique : en présentant ses règles de fonctionnement et ses attributions, l’auteur met l’accent sur le rôle joué par cette instance dans la définition des choix stratégiques de l’établissement et sur la relation constructive entre ce groupe d’experts et l’équipe du Vaisseau.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Avoir un Conseil scientifique n’est pas une obligation. Néanmoins, beaucoup de centres de sciences et de techniques et de musées en disposent. Un Conseil scientifique est généralement composé de membres issus des principaux établissements de recherche et d‘enseignement supérieurs publics, mais aussi des di­rec­tions scientifiques de grandes entreprises industrielles. Il peut, selon les cas, veiller à la qualité et à la cohérence d’une programmation, se prononcer sur une exposition ou encore participer à la stratégie générale de l’équipement.

Le Conseil scientifique et pédagogique émet des avis externes sur les grandes orientations du Vaisseau notamment en matière de contenu scientifique, de médiation scientifique et de pédagogie.

© Le Vaisseau

2Nous proposons ici une réflexion sur le rôle et la place d’un Conseil scientifique dans un centre de sciences avec l’exemple du Vaisseau, à Strasbourg : quelle est la particularité du Conseil scientifique du Vaisseau ? Comme il existe un « style Vaisseau » pour l‘animation à destination du visiteur, existe-t-il un style d’animation, d’implication Vaisseau pour le Conseil scientifique ? Quelle est sa plus value ? Ces questions sont le point de départ d’une ré­flexion plus large destinée à proposer une relation nouvelle entre experts d’un domaine et personnel d’un équipement.

Le Vaisseau : un équipement unique

3Le Vaisseau est un centre de découverte des sciences et des techniques destiné aux enfants de 3 à 15 ans, initié par le Conseil général du Bas-Rhin. À travers cette mission éducative, le Vaisseau s’attache à tenir une promesse : « apprendre en s’amusant », en donnant aux enfants l’occasion de développer leur curio­sité pour les sciences par une approche ludique : jeu, manipulation, action, création, expériences dans des petits laboratoires de la vie, qui se visitent avec les cinq sens. Le Vaisseau épaule les enseignants et les parents dans leur mission éducative et peut bien sûr susciter des vocations scientifiques et techniques.

4Un certain nombre de valeurs sont ainsi intégrées aux actions du Vaisseau, parmi lesquelles :

  • l’attention portée aux enfants,

  • le partage de la découverte et la coéducation,

  • l’ouverture sur d’autres cultures et notamment rhénane,

  • l’action en faveur des personnes en situation de handicap,

  • le respect de l’environnement.

5Le Vaisseau est en régie directe, avec un budget de 5 millions d’euros autofinancé à hauteur de 33 % (billetterie, mécénat, recettes de la boutique ou encore de la cafétéria…). Avec plus d’un million de visiteurs accueillis et plus de 2 000 m2 d’exposition, le Vaisseau est un équipement unique en région. Depuis l’année dernière, il coproduit même des expositions : l’une avec la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, Grains de bâtisseurs présentée dès la rentrée 2010, d’autres avec Cap Sciences à Bordeaux autour d’une thématique sur le vent, la nature et l’homme, programmée pour 2011 ou encore Plantastic réalisée avec d’autres acteurs européens dont le National Museum à Liverpool pour 2012.

6Dès sa phase projet, le Vaisseau a fait le choix de se faire accompagner par une instance consultative réu­nissant notamment des experts issus des domaines de la médiation, des sciences et des techniques. Cette instance consultative est nommée : le Conseil scientifique et pédagogique du Vaisseau.

Le Conseil scientifique : un moteur de performance

Le processus de décision au Vaisseau

7Le Vaisseau a 4 missions fondamentales inscrites dans les principes de sa programmation cultu­relle depuis son ouverture :

  • rendre la science accessible au plus grand nombre,

  • participer à l’éducation,

  • stimuler l’ouverture au monde,

  • être acteur du développement durable.

8Au-delà de ses missions fondamentales, le Vaisseau développe un projet d’établissement sur plusieurs an­nées définissant les grands axes de développement de l’équipement, validé par le président du Conseil général. Le projet d’établissement 2008-2012 est le fruit d’une concertation avec l’ensemble de l’équipe du Vaisseau ­et les élus en charge du Vaisseau. Mené par la direction, il se décline ensuite en actions ou actions prioritaires par service. Les actions menées chaque an­née s’inscrivent donc dans ce cadre général et sont régulièrement soumises pour avis à l’une des instances consultatives du Vaisseau.

La place du Conseil

9Le Conseil scientifique et pédagogique du Vaisseau est l’une des trois instances consultatives dont dispose le Vaisseau, les deux autres sont la Commission de la jeunesse et le Conseil consultatif et de développement (voir tableau ci-dessous).

10La Commission de la jeunesse et le Conseil consultatif et de développement réunissent des représentants du Conseil général du Bas-Rhin plus particulièrement en charge des grandes orientations de gestion et de stratégie du Vaisseau.

11Le Conseil consultatif et de développement du Vaisseau est saisi pour avis facultatif en amont de la Com­mission thématique à laquelle est rattaché le Vais­seau (appelée Commission de la jeunesse). Dans ce cadre, il est notamment appelé à se prononcer sur :

  • l’analyse de l’activité, essentiellement en termes d’of­fres culturelles ;

  • les résultats de la gestion tant passée (comptabilité analytique) que future (simulations budgétaires faites selon l’échéancier du projet d’établissement en cours), au regard des objectifs assignés par le Conseil général ;

  • les orientations stratégiques à proposer au Conseil général ;

  • le suivi de la mise en œuvre des décisions stratégiques.

12Le Conseil scientifique et pédagogique émet des avis externes sur les grandes orientations de l’équipement notamment en matière de contenu scientifique, de médiation scientifique et de pédagogie.

Les trois instances consultatives du Vaisseau

13Les avis du Conseil scientifique et pédagogique sont systématiquement communiqués aux membres de la Commission thématique du Conseil général du Bas-Rhin en charge du Vaisseau (Commission de la jeunesse). Il arrive que certains sujets soient d’abord présentés au Conseil consultatif et de dévelop­pement (voir le schéma ci-dessus).

Accueil des visiteurs, le jour du 1 000 000e visiteur du Vaisseau

© J.-L. Stadler

14Les avis et appuis des personnalités du Conseil scientifique et pédagogique permettent d’asseoir la réputation et le sérieux des activités développées par le Vaisseau et constituent un efficient réseau de partenaires.

Version schématique du report des sujets

La composition du Conseil

15Le Conseil, nommé par décision officielle du président du Conseil général, doit rassembler des compétences adaptées aux enjeux de l’équipement. Ainsi, le Con­seil scientifique et pédagogique du Vaisseau présidé par Marie-Christine Creton – an­cienne directrice de l’INSA Strasbourg – est composé de 23 membres représentatifs de l’activité de l’équipement strasbourgeois : élu du Conseil général, universitaires, directeurs de centres de sciences nationaux, européens ou internationaux, inspecteur de l’Éducation nationale, enseignants et pédagogues, représentants de la so­ciété civile (journalistes, membre de la chambre de consommation).

16Une telle diversité n’est pas commune. Pour autant, nos concitoyens – et donc la société civile – sont demandeurs de repères et souhaitent s’impliquer de plus en plus dans la CSTI. La science n’est pas une seule question de spécialistes, elle est une question de société qui engage notre responsabilité individuelle et collective. C’est pourquoi le Vaisseau souhaite mobiliser l’ensemble des acteurs, dont des jour­nalistes qui ont aussi la mission de vulgariser la science.

17Outre une pluridisciplinarité (variétés des métiers et des expériences), une autre particularité du Conseil scientifique du Vaisseau est sa composition pluriculturelle. Jouissant d’un emplacement géographique particulier (à un kilomètre de la frontière allemande) et de la vocation européenne et transfrontalière de la ville de Strasbourg, le Vaisseau n’est pas un projet franco-français, par conséquent les membres de son Conseil scientifique sont français, allemands, belges ou encore autrichiens et s’expriment en langue française ou allemande.

18La richesse des profils des membres du Conseil et leur capacité à prendre du recul (de par leur positionnement) apportent une valeur ajoutée certaine quant aux choix stratégiques

L’organisation des rencontres

19L’organisation des rencontres doit permettre un accès optimal à l’information afin de saisir en quelques minutes les informations essentielles au fonctionnement de l’équipement.

Groupes de travail réalisés le 1er juillet 2010

20Le Conseil scientifique et pédagogique du Vaisseau est sollicité au moins deux fois par an sur la base d’un ordre du jour préalable. Les membres travail­lent sous une contrainte temps importante (deux journées par an sont dédiées à la stratégie du Vais­seau), ce temps doit donc être organisé de manière à leur permettre d’assumer pleinement et sereinement l’ensemble de leurs responsabilités. C’est pour­quoi il est préférable de traiter un petit nombre de sujets mais en profondeur et de placer les sujets de débats en début de séance. Les sessions comportent des séances plénières et des groupes de travail (voir tableau ci-dessus).

Le Vaisseau : manip sur la compacité

© CSI/A. Robin

21L’objectif de ces rencontres est d’aboutir à des solutions et à des recommandations concrètes. Les rencontres permettent d’aborder à la fois des problématiques spé­ci­fiques au lieu (scénographie et scénarisation des es­paces, par exemple) et générales (la désaffection des jeunes des carrières scientifiques, la codification de l’information, les conditions d’accès idéales à une culture scientifique et technique ou encore l’accueil mul­ti­­culturel). Si l’ordre du jour est fixé par la présidente du Conseil, il existe néanmoins une forme de liberté sur le choix des thématiques à traiter : les projets abordés ne sont pas pressés par une échéance, ils viennent le plus souvent alimenter une réflexion globale, dans un calendrier qui tient compte des temps de ren­contre du Conseil. Or, avoir la possibilité de développer une idée sans le souci de devoir l’appliquer le lendemain dans un calendrier concerté, libère des contraintes ma­térielles, et permet ainsi de développer une forme de créativité, d’inventivité.

22Si les thématiques proposées aux membres semblent a priori plus larges qu’une seule thématique scientifique ou pédagogique, elles n’en restent pas moins des sujets d’observation et de discussion qui ont une conséquence sur le développement de l’équipement et donc, nécessairement, sur son approche scientifique et pédagogique. Ainsi, un sujet portant sur l’accueil des publics et la notion de visite de qualité pourra facilement aboutir aux clés utiles à l’enfant pour une meilleure appropriation du propos scientifique dans les expositions ou encore au soutien à apporter à l’enseignant dans sa prépa­ration de visite.

23Les groupes de travail de 4 à 6 personnes se déroulent simultanément et correspondent à une thématique précise. Les membres sont libres de participer au sujet de leur choix.

24Les travaux du Conseil font l’objet d’une restitution sous forme de compte-rendu diffusé quelques semaines après le Conseil. Les avis relevés sont en­suite traités en interne et leur application (ou non application) discutée lors du Conseil scientifique et pédagogique suivant.

Mais aussi un défi réel

25Impliquer et animer un Conseil scientifique est un privilège (recevoir un soutien ou un avis d’experts sur le développement de son équipement), mais également un défi réel : il s’agit de veiller à ce que les avis ou recommandations émis par le Conseil scientifique soient applicables (pour l’équipement, le visiteur, l’équipe…). La diffusion d’une information struc­turée comme évoquée auparavant est néces­saire mais non suffisante : il s’agit aussi de faciliter les rencontres sur site, d’établir une prise de contact directe, favoriser l’échange.

26Définir les conditions idéales de fonctionnement d’un Conseil est une préoccupation importante. Le Vaisseau s’y est bien sûr intéressé et a par exemple constaté que les ordres du jour des précédents Conseils scientifiques étaient trop denses et ne permettaient pas aux membres d’explorer le Vaisseau et de découvrir les nouveautés (expositions, éléments, animations). Le contenu des rencontres semes­trielles a donc été récemment modifié pour offrir aux mem­bres une phase d’observation du Vaisseau et de ses visiteurs. Cette phase favorise la connaissance de l’équipement d’une part, mais aussi l’objectivité d’au­tre part (les membres constatent par eux-mê­mes, interrogent les visiteurs…).

27Les membres eux-mêmes ont été invités à s’exprimer sur la qualité du Conseil scientifique, à évaluer son fonctionnement. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un simple recueil par voie de questionnaire mais un échange basé sur des questions ouvertes. À l’issue de ce dernier, plusieurs pistes d’amélioration sont apparues parmi lesquelles :

  • la possible présence d’un spécialiste externe ou expert de la thématique traitée qui permettrait d’amé­liorer la contribution du Conseil, d’enrichir le débat ;

  • un temps dédié aux membres pour exposer une particularité de leur établissement et ainsi mieux se connaître ;

  • ou encore la mise en place d’un outil collaboratif leur permettant d’échanger en dehors des rencontres semestrielles proposées.

28Ces nouvelles « règles » seront effectives dès les prochaines rencontres. Elles répondent bien à un souci d’applicabilité des conseils émis par les membres : expérimenter, observer, c’est mieux connaître l’équipement, ses particularités et ses visiteurs, et donc mieux répondre aux enjeux de son développement.

Le Vaisseau : atelier « Les bouteilles en plastique, ça se recycle !Univers Je fabrique »

© Cg67

Une relation nouvelle entre Conseil scientifique et équipe du Vaisseau

29Les membres du Conseil sont particulièrement impliqués dans les décisions du Vaisseau. Au-delà d’un intérêt, d’une posture d’écoute et d’échange, un élément détermine le succès d’une relation : le suivi des idées et conseils émis. Il apparaît très clairement que de savoir comment les idées et conseils émis sont utilisés par le Vaisseau est un facteur de motivation. Le suivi des idées repose sur trois conditions :

  • une utilisation simple,

  • des contributions reconnues,

  • un potentiel optimisé.

30Ainsi, le Vaisseau utilise des thématiques traitées en Conseil scientifique pour des réflexions internes dans le but de l’approfondir. C’est le cas par exemple du sujet « 8 animateurs-concepteurs, 180 éléments interactifs : quel dosage entre médiation humaine et médiation mécanique ? » traité par le Conseil scientifique et pédagogique le 1er juillet 2010, et qui a été proposé à l’équipe du Vaisseau sous forme de comité de réflexion à l’automne de la même année  : « Présence humaine en salle : quel temps hors public et face public pour le personnel pour garantir une meilleure médiation humaine ? ».

31Si la principale feuille de route du Vaisseau reste son projet d’établissement, un document mené par la direction du Vaisseau fixant les axes de dévelop­pement de l’équipement sur une période de 4 ans, cette feuille de route est régulièrement confrontée aux regards externes des instances consultatives dont le Conseil scientifique fait partie. Un méca­nisme fruc­tueux qui libère le questionnement, l’étude, l’approfondissement et garantit par conséquent toute la qua­lité pédagogique du Vaisseau.

32Synthèse des éléments favorisant l’efficacité d’un Conseil

  • Une palette de compétences et d’expériences

  • Un ordre du jour co-construit

  • Une information soigneusement structurée

  • Une place prépondérante à l’échange

  • L’organisation de débats productifs

  • À l’issue de chaque rencontre, l’édition d’un mémo des avis émis

33Une chose est sûre, le travail des uns et des autres participe à un processus d’amélioration continu pour le Vaisseau.

34Là où il n’y a pas de formule unique, certains facteurs sont pourtant facilitateurs : la variété des expériences et des points de vue, la liberté des sujets, l’interactivité. Et la fidélité des membres, pour le Vaisseau, en est certainement le premier indicateur de réussite.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le Conseil scientifique et pédagogique émet des avis externes sur les grandes orientations du Vaisseau notamment en matière de contenu scientifique, de médiation scientifique et de pédagogie.
Crédits © Le Vaisseau
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-1.png
Fichier image/png, 366k
Légende Les trois instances consultatives du Vaisseau
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Accueil des visiteurs, le jour du 1 000 000e visiteur du Vaisseau
Crédits © J.-L. Stadler
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-3.png
Fichier image/png, 349k
Légende Version schématique du report des sujets
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Groupes de travail réalisés le 1er juillet 2010
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le Vaisseau : manip sur la compacité
Crédits © CSI/A. Robin
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-6.png
Fichier image/png, 303k
Légende Le Vaisseau : atelier « Les bouteilles en plastique, ça se recycle !Univers Je fabrique »
Crédits © Cg67
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/866/img-7.png
Fichier image/png, 810k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Burnel, « Impliquer un Conseil scientifique dans les décisions de demain », La Lettre de l’OCIM, 135 | 2011, 13-18.

Référence électronique

Pauline Burnel, « Impliquer un Conseil scientifique dans les décisions de demain », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 135 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ocim.revues.org/866 ; DOI : 10.4000/ocim.866

Haut de page

Auteur

Pauline Burnel

Pauline Burnel est chargée du Développement,de la Communication et de l’Innovation au Vaisseau. pauline.burnel@cg67.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org