Navigation – Plan du site

Homme-femme : un projet collaboratif

Man-Woman: a collaborative project
Lucile Guittienne et Marlène Prost
p. 19-25

Résumés

Proposée par le Muséum-Aquarium de Nancy en 2009, l’exposition « Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? » a été conçue et animée grâce à une collaboration entre plusieurs structures issues notamment du milieu associatif, de l’Éducation nationale, de l’université de Nancy et de la communauté d’agglomération du Grand Nancy : les responsables du projet mettent ici en évidence les différents principes qui ont guidé de cette démarche.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

projet collaboratif
Haut de page

Texte intégral

1Le Muséum-Aquarium de Nancy est un muséum d’Histoire naturelle spécialisé en zoologie, il n’est ni un musée de société, ni un musée d’art ou un musée d’ethnographie. Pourtant, en 2009 il a réalisé une exposition sur le genre, non pas le genre taxonomique mais le genre sexuel : Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ?

2Très rapidement, la complexité du sujet et ses implications sont apparues dans de nombreux domaines (art, religion, histoire, linguistique…). Ces thèmes délicats et com­plexes ne devaient pas être traités trop rapidement ni partiellement ; cependant, la taille de nos salles d’exposition (350 m²) ne le permettait pas. La solution est alors apparue évidente, il fallait se rapprocher d’autres structures plus spécialisées dans ces domaines pour, à la fois aborder les questions du genre dans leur intégralité, et offrir à nos visiteurs d’autres points de vue sur ce vaste sujet.

3La démarche de travail en coopération qui en a découlé, marque la volonté d’inscrire ce projet sur un territoire, celui du Grand Nancy, l’une des deux tutelles du Mu­séum-Aquarium. Au-delà, il a aussi permis de fédérer plusieurs chercheurs locaux, mettant ainsi en valeur l’autre tutelle de l’établissement, l’université Henri Poincaré.

4Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ?, c’est donc l’histoire d’un projet touffu autour d’une exposition fédérant plusieurs partenaires qui ont développé une program­ma­tion culturelle collaborative.

Le projet Homme-femme

Situer le projet dans son environnement

5Les « gender studies » apparaissent aux États-Unis au début des années 1970. Cette problématique de recherche est axée non pas sur le sexe mais sur le genre, terme diffi­cilement traduisible en français  : il se rapporte aux caractéristiques psychologiques et aux caractéristiques sociales cré­ées par la culture humaine (M.-W. Matlin, 2007).

6L’émergence de cette discipline en France a été beaucoup plus tardive et il a fallu attendre 2011 pour qu’un enseignement obligatoire lui soit consacré à Sciences Po Paris. Peu d’expositions portent clairement sur ce sujet (2 ou 3 choses que j’ignore d’elles, 2007, FRAC Lorraine) et les musées d’Histoire naturelle, lorsqu’ils traitent de la thématique, se cantonnent souvent à la différence des sexes chez les autres animaux (Parades ou la séduction dans le monde animal, 2005-2006, Muséum national d’Histoire naturelle). Ce sont bien souvent les artistes, telle Annette Messager, qui par le biais de différentes créations, ont révélé ces concepts au grand public.

7Le Muséum-Aquarium choisit pourtant en 2009 de s’intéresser à cette problématique en centrant le propos sur l’es­pèce humaine. Aborder cette thématique, plutôt ancrée sciences humaines, dans un muséum d’Histoire naturelle peut dérouter le visiteur, plus habitué à découvrir dans ces lieux de culture scientifique les mœurs du gorille que ceux de son cousin l’humain. Une fois les réticences levées, celles du personnel et des élus, il convenait de cibler correc­tement ce sujet vaste, complexe et pluridisciplinaire et s’appuyer sur des formes d’expression variées pour compléter le propos : danse, chant, peinture, sculpture...

8Dans ses expositions, le Muséum-Aquarium de Nancy cherche à privilégier l’objet patrimonial sur le discours que nous voulons plus discret. Dans ce cas précis, cer­taines sous thématiques comme « religion et genre » ne pouvaient pas être traitées trop succinctement sous peine de simplifier le propos, le rendant par là même non con­forme à la réalité, voire sujet à polémique. D’autres mé­dias, comme le livre ou le film, se prêtaient plus à l’argu­mentation et au développement de tels concepts.

  • 1 Association Club Soroptimist, Association femmes et sciences, Association femmes et mathématiques, (...)

9Ainsi, Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? propose une exposition, un catalogue, une programmation culturelle et un film : il réunit 40 partenaires différents, dont 15 seulement appartenaient déjà au réseau régulier du Muséum-Aquarium1.

Un catalogue

  • 2 Bernard Andrieu, professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles, UHP, ACCORPS/Ar (...)

10Si dans un premier temps nous avons envisagé de concevoir un catalogue d’exposition, notre choix s’est rapidement transformé en une publication scientifique. En effet, le catalogue classique qui permet de mettre en valeur les œuvres exposées ou la scénographie ne correspondait pas à notre projet. Il semblait plus intéressant de demander à des chercheurs spécia­lisés d’écrire un article de fond dans des domaines variés et complémentaires : génétique, neuro­biologie, botanique, histoire ancienne, linguistique, science de l’éducation, informatique, sciences de l’information, sociologie, droit, politique, art, philosophie, cinéma. Le travail avec les commissaires d’ex­position, issus du milieu universitaire a facilité le contact avec ces spécialistes2. L’ouvrage a été publié aux Presses Uni­versitaires de Nancy  : pour lui apporter un aspect plus visuel, de nombreuses illustrations y ont été ajoutées, principalement des photographies d’artistes contemporains ou des représentations d’œuvres patrimoniales.

Un film

11Depuis 2006, le Muséum-Aquarium travaille régu­liè­rement avec Vidéoscop, centre de production vidéo et multimédia de l’université Nancy 2 : un premier projet a permis la production en 2007 d’un film documentaire L’animal dans la ville. C’est ainsi tout naturellement qu’est née l’idée de collaborer sur la réalisation d’un film qui traiterait de la question du genre et prendrait l’exposition comme point de départ. Le Muséum-Aquarium a transmis à Vidéoscop l’ensemble de ses contacts (chercheurs universitaires, spécialistes, structures partenaires) ainsi que le synopsis de l’exposition alors en cours de préparation.

12Prenant comme point de départ l’exposition Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ?, le film Homme-femme : sortir des stéréotypes donne la parole à des chercheurs de diverses disciplines. Chacun discute la thématique du genre à la lumière de sa spécialité, les sciences de l’éducation, le droit, la philosophie, la neurobiologie ou la so­ciologie. Il a d’ailleurs été très intéressant de constater que ce projet a permis la rencontre de certains chercheurs lo­caux qui, à cette occasion, se sont découverts des théma­tiques de travail communes. Les bonus qui complètent le DVD présentent l’intégralité des interviews de ces spécia­listes : elles sont divisées en séquences, ce qui permet un usage très souple pour illustrer une discussion ou un cours.

13Ce film constitue un lien majeur dans le maintien des échanges que le Muséum-Aquarium entretient avec les chercheurs : ainsi en 2010, il a été inscrit à plusieurs festivals de films documentaires, parfois même à la demande d’un chercheur.

14Le film Homme-femme : sortir des stéréotypes a été diffusé à de nombreuses reprises lors de soirées spéciales (nocturnes étudiantes, Nuit européenne des musées, soirée Femmes d’influence aux Galeries Lafayette…).

  • 3 Canal U : www.canal-u.tv/producteurs/les_amphis_de_france_5/dossier_ programmes/sociologie/hommes_f (...)

15Le DVD est proposé à la vente à l’accueil du Muséum-Aquarium, mais c’est par l’intermédiaire Internet (Canal U, Psychologie sociale) que sa diffusion est la plus importante3. Par ailleurs, le DVD a été envoyé à tous les collèges et lycées de la région Lorraine, devenant support de cours et de ré­flexion pour les scolaires. De même, dans le cadre des relations plus étroites que le Muséum-Aquarium entretient dé­sor­mais avec la Maison des Sciences de l’Homme de Lor­raine, il a été diffusé dans tout le réseau des MSH de France.

Deuxième partie de l’exposition « De l’influence de l’éducation et de la culture »

© Muséum-Aquarium de Nancy

Troisième partie de l’exposition « Vers la liberté du genre ? »

© Muséum-Aquarium de Nancy

La coopération dans une programmation culturelle

16Le Muséum-Aquarium a déjà pris part à plusieurs projets mêlant de nombreuses structures culturelles du Grand Nancy (Nancy, au temps des Lumières en 2005 par exemple). Les plus importants étaient à l’initiative du service cul­turel de la Ville de Nancy, avec une équipe de travail et un budget dédiés. Homme-femme est le premier projet d’ampleur mené par le Muséum-Aquarium autour d’une de ses expositions.

17Le principe de base du volet « activités culturelles » se fonde sur la coopération entre plusieurs institutions. Par coopérer, on entend agir et travailler conjointement avec autrui. On peut même parler de travail collaboratif, s’agissant d’un processus animé par des acteurs qui s’attaquent aux différents aspects d’un problème, exploitent leurs dif­fé­rences et cherchent à mettre en œuvre des solutions communes (M.-J. Couchaere, 2011).

Les objectifs de cette programmation culturelle partenariale

  • 4 Le théâtre Gérard Philippe de Frouard, par exemple, avait déjà en projet de programmer une pièce év (...)

18Dans l’esprit des organisateurs, mettre en place une programmation culturelle collaborative visait à offrir une vision la plus large possible sur la thématique du sexe et du genre chez l’Homme. Le partenaire devait se saisir du thème pour le faire sien avec ses propres outils4. L’ap­propriation du sujet allait jusqu’à une intégration dans sa programmation de saison et jusqu’à une prise en compte complète de la part financière. La conception, la réalisation et le financement des supports de communication pour diffuser cette programmation étaient entièrement assu­més par le Muséum-Aquarium. Il s’agissait d’un site In­ternet dédié au projet global, d’un agenda culturel semestriel regroupant l’ensemble des manifestations proposées et de totems de communication, estampillés Homme-femme et installés sur chacun des sites au moment de l’événement.

19Aucune barrière n’a été posée lorsqu’il s’est agi de con­tacter les partenaires potentiels. L’objectif était d’élargir au maximum la vision sur cette thématique et d’inciter le pu­blic fidélisé de ces établissements à en découvrir d’autres. Tous les musées, médiathèques, galeries d’art, centres d’art, DRAC, FRAC, théâtres, opéra, ballet, cinémas, écoles su­périeures, librairies, conservatoire de musique, associations, festivals locaux, service de culture scientifique et technique, de Nancy et alentours, ont été contactés pour solliciter leur participation. Ceux qui ont manifesté leur intérêt, ont ensuite été rencontrés individuellement puis collectivement.

20Ces échanges menés à différentes échelles (en tête à tête et en groupe) étaient indispensables pour favoriser le dialogue et éviter toute incompréhension. Dans notre cas précis, le rendez-vous individuel a manqué pour l’une des collaborations et c’est justement sur celle-ci que nous avons rencontré quelques difficultés dues à un déficit de communication. Ce projet imparfait a permis de clarifier les échanges suivants, les coordinatrices ayant pris la mesure de l’importance de ces rencontres individualisées.

21Une première critique peut être apportée à ce stade. En cherchant un appui politique auprès d’une des tutelles du Muséum-Aquarium, cette démarche de collaboration au­rait pu être présentée comme un événement culturel fort sur le territoire de Nancy. Porté par un élu, il aurait gagné en reconnaissance (à l’égard des autres collectivités et des structures sollicitées) et aurait peut-être permis de faci­liter l’obtention de financements supplémentaires.

L’organisation du travail

22La réunion générale réunissant une partie des partenaires a constitué un moment fort de cette collaboration : vingt éta­blis­sements de l’agglomération marquaient leur intérêt à travailler ensemble autour d’un projet commun. Il s’est agi de présenter les coordinatrices/interlocutrices, l’ensemble du projet (exposition, film, activités culturelles) et les « règles du jeu », autrement dit, ce qui était attendu des personnes présentes. Le tour de table, qui a suivi, a conduit chacun à préciser sa contribution : le musée des Beaux-Arts a proposé un cycle de visites commentées sur le thème, le ballet de Lorraine un spectacle dans l’un des jardins de la ville, l’ar­tiste Mu a présenté ses œuvres dans une galerie d’art... En quittant la réunion, chaque contributeur savait qu’il aurait à fournir pour une date donnée, des éléments de présentation précis destinés à alimenter l’agenda culturel.

23Cette réunion a permis l’organisation de projets croisés, favorisés par la rencontre de partenaires qui ne se con­nais­saient pas jusqu’alors. C’est justement ce champ d’auto­nomie que les coordinatrices souhaitaient favoriser : que les partenaires se saisissent du projet, se l’approprient et l’assimilent selon leurs spécificités.

« Dialogue », défilé de mode, créations vestimentaires sur le thème homme-femme par les élèves de la section design de mode à l’école de Condé de Nancy

© Muséum-Aquarium de Nancy

24Des travaux d’étudiants en design ont été présentés sous la forme d’une exposition dans une médiathèque et un DVD de portraits filmés réalisés par des étudiants en art a été diffusé dans tous les musées de la ville à l’occasion de la Nuit européenne des musées. Le Muséum-Aqua­rium a aussi pu à cette occasion développer un projet avec un nouveau partenaire européen, rencontré quelques mois auparavant lors d’une réunion d’échange avec les musées de Karlsruhe, ville jumelée avec Nancy : dans un premier temps, l’exposition a été présentée sous forme de conférence à l’institut français de Karlsruhe dans le cadre du festival Perspectives de femmes 2009 et dans un second temps, l’organisatrice allemande est venue présenter une conférence sur les femmes et l’Iran, pays à l’honneur de cette édition.

25Dans cette réunion générale se cristallisaient donc plusieurs éléments qui ont conditionné la bonne poursuite du projet. Un premier tour de table a permis de situer cha­cun des contributeurs et sa structure. La présentation précise du projet a posé les bases de la coopération, évoqué les résultats attendus et les échéances à respecter. Ces échanges ont aussi été l’occasion de préciser la place de chacun dans le projet afin que tous – coordinateur et contributeurs – puissent mesurer leur marge de ma­nœuvre. Le projet était coordonné par deux personnes du Muséum-Aquarium. Cette organisation a permis de pallier les problèmes d’absence ou d’indisponibilité : les con­tributeurs trouvaient ainsi toujours une interlocutrice en mesure de leur répondre.

26Une autre critique peut être présentée à ce niveau. Une seconde réunion générale avant le lancement du travail sur l’agenda culturel aurait permis de consolider les liens entre tous les contributeurs. Cela aurait pu se traduire, par exemple, par un bilan à mi-parcours de la fréquen­tation des activités, un relevé des dysfonctionnements... C’est seulement dans le dernier mois de l’exposition qu’une soirée bilan conviviale a été proposée, mêlant visite de l’exposition, projection du film et retour sur la programmation culturelle. De façon plus formelle enfin, les contributeurs ont tous reçu le bilan complet du projet Homme-femme. Ce document détaillait entre autres, la fréquentation de l’exposition, de la médiation culturelle organisée autour et de la programmation culturelle (dans et hors les murs), les retombées dans la presse, les autres supports de communication et les subventions obtenues.

D’autres projets collaboratifs

27Le projet Homme-femme n’est pas un cas isolé, le Muséum-Aquarium prend part à d’autres projets collaboratifs qui perdurent parfois depuis plusieurs années.

28Depuis dix ans maintenant, les six musées de l’agglomé­ration nancéienne organisent conjointement une noc­turne étudiante au printemps : 1 nuit-6 musées-47 000 étudiants. Le pilotage de la manifestation est tournant. Les rôles sont ici différents du projet Homme-femme dans le sens où d’une année à l’au­tre, chaque musée est plus ou moins pris par l’organisation mais néanmoins partie prenante dans toutes les décisions.

« Le Jardin », pièce dansée présentée par le CCN-Ballet de Lorraine.

© Muséum-Aquarium de Nancy

29Il est intéressant de noter que plusieurs groupes d’étudiants, dans le cadre de leur cursus, interviennent désormais dans l’organisation. À chaque fois, le musée-pilote accompagne le travail des étudiants tout au long de l’année, de sorte qu’il reste en cohérence avec l’esprit voulu par les membres. À des moments précis, ce sont les six structures qui viennent à la rencontre des étudiants pour échanger sur leur travail.

30Dans ce cas, l’ancienneté du projet rend les échanges plus ai­sés dans le sens où tous les participants ont, au fil des an­nées, appris à se connaître et ont l’habitude de travailler ensemble.

31Plus récemment, d’autres projets dans le domaine de la culture scientifique et technique ont vu le jour. Citons deux exemples : Les Conf’curieuses, un cycle de conférences scientifiques mensuelles organisé par le Muséum-Aquarium, les Conservatoire et Jardins Botaniques de Nan­cy et le service de culture scientifique et technique du PRES de l’université de Lorraine et La science au coin du bois, une manifestation en forêt proposée le dimanche 26 juin par le Muséum-Aquarium, les Conservatoire et Jar­dins Botaniques de Nancy, le service de culture scientifique et technique du PRES de l’université de Lorraine, l’INRA, l’ONF et AgroParisTech.

32Unir plusieurs structures pour concevoir un projet est certes séduisant. La mise en commun de compétences et de moyens, humains et financiers, permet l’élaboration d’une manifestation de plus grande ampleur. Toutefois, selon le nombre d’intervenants et surtout selon la qualité du pilotage et la répartition des tâches à accomplir, la collabo­ration est plus ou moins fructueuse et chronophage.

Conclusion

33Aucune véritable étude de public n’a pu être menée au­tour de ces activités culturelles proposées autour du projet Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? Toutefois, les données chiffrées permettent de juger de leur importance : 6 800 personnes ont suivi un des 82 rendez-vous proposés dans les locaux du Muséum-Aquarium ou dans une des structures partenaires.

34Organiser un évènement de cette ampleur au niveau local, régional et européen a permis au Muséum-Aquarium de se positionner en tant qu’établissement culturel de référence. Les muséums sont souvent considérés avant tout comme des lieux de science et non comme des lieux de culture. À cet égard, le rapprochement avec des structures culturelles plus classiques (musée des Beaux-Arts, opéra, ballet, médiathèque) a donc été bénéfique en terme d’image.

35Nous avons qualifié ce projet de collaboratif. Cependant, un terme nouveau semble tout à fait correspondre : la proopération (J. Barrand). Il désigne une coopération cherchant à satisfaire tous les acteurs qui coopèrent en ayant le souci de produire des résultats durables pour toutes les parties, la question du durable dans la coopération entre institutions étant cruciale aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Barrand, J. Le Manager agile : vers un nouveau management pour affronter la turbulence. Dunod, Paris, 2009.

Couchaere, M.-J. Favoriser le travail en équipe par la coopération. Esf, 2011.

Dhume-Sonzogni, F. La coopération dans l’action publique. L’Harmattan, 2006.

Boutin, G. et Le Cren, F. Le partenariat : entre utopie et réalité. Nouvelles éditions, 2004.

Guittienne, L. et Prost, M. (dir.). Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? PUN, 2009.

Matlin, M. W. Psychologie des femmes. De Boeck, 2007.

Homme-femme : sortir des stéréotypes, DVD. Vidéoscop, 2009.

Canal U : www.canal-u.tv/producteurs/les_amphis_de_france_5/dossier_

programmes/sociologie/hommes_femmes_sortir_des_stereotypes

Haut de page

Annexe

Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ?

Naître fille ou garçon. Être une fem­me ou un homme. L’appartenance à l’une de ces catégories est-elle suffisante pour caractériser un individu ? Cette question d’ap­­parence simple, voire simpliste, a été au centre de l’exposition du Muséum-Aquarium de Nancy : Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? présentée du 7 mars 2009 au 3 janvier 2010. Les questions autour du genre ont été abordées sans tabou et sans démagogie, tentant par là-même de dépasser le modèle homme versus femme.

Le catalogue de l’exposition

© Muséum-Aquarium de Nancy

Dans cette exposition, le visiteur était tout d’abord confronté à une observation des différences physiques externes et internes entre homme et femme puis subrepticement, le discours l’écartait de ses idées préconçues en abordant le sexe d’un point de vue sociologique, culturel ou encore linguistique. Conduit face à une multitude d’identités, le visiteur voyait s’éloigner le modèle dual classique. Disparu le moule préétabli en fonction de son sexe, chaque individu fait ses propres choix, s’invente son identité qui le distingue des autres. Il devient alors peu aisé de classer l’ensemble de l’humanité en deux catégories : homme ou femme.

Cette exposition centrée sur l’espèce humaine s’est construite comme un message de tolérance et d’ouverture vers le différent, le non soi. Dans ce cadre, des disciplines diverses furent abordées : biologie au sens large (embryologie, biologie du développement, anatomie, génétique, écologie évolutive, sociologie, psychologie, philosophie, linguistique, droit...).

Face à une telle pro­­blématique, il n’était pas évident de choi­sir le bon titre, il devait interpeller le public visé et mettre en évidence toute la com­plexité du sujet. Le choix a été fait de mettre le visiteur en position de questionnement sur sa propre nature, lui mon­trant ainsi dès la lecture du titre, que rien n’est aussi simple que l’on pourrait le penser a priori.

La politique d’exposition du Muséum-Aquarium de Nancy

Comme c’est le cas pour bon nombre d’autres muséums, le rassemblement de collections de cabinets de curiosités au XVIIIe siècle a abouti à la création d’un cabinet d’His­toire naturelle de Nancy. C’est sous l’impulsion de Lucien Cuénot, naturaliste et biologiste nancéien, nommé directeur de ce cabinet en 1898, que le muséum va prendre sa forme actuelle. L’enrichissement des collections va provoquer leur éclatement par discipline et seule la zoologie et une partie de la paléontologie trouveront leur place dans le musée de Zoologie créé en 1933.

Le Muséum-Aquarium de Nancy est un être étrange et bicéphale, ce qui n’est pas sans complication. Dans les années 1970, des bacs d’aquariums tropicaux sont peu à peu construits sur l’ensemble du rez-de-chaussée. L’établis­sement comprend actuellement 57 aquariums de présentation au public. Mêlant le vivant et des collections patrimoniales, l’aspect muséal classique et le parc zoologique, cet établissement se voit doté en 1998 d’un nom biculturel : Muséum-Aquarium. Mais, la dualité de cet établissement ne réside pas seulement dans son nom ou dans ses présentations, elle est dans sa nature même. Il est l’un des rares sur le territoire national à posséder une double tutelle unissant une collectivité, la Communauté urbaine du Grand Nancy, et une université, l’université Henri Poincaré.

Après de premiers aménagements dans les galeries d’aqua­riums dans les années 1970, c’est soixante-dix ans après sa création que l’établissement vit sa seconde jeunesse. Des réserves sont créées, une nouvelle muséographie de l’exposition permanente est présentée en 2005, libérant ainsi deux espaces d’exposition dédiés aux événements temporaires.

Depuis cette rénovation, le Muséum-Aquarium de Nancy a développé une véritable politique d’expositions temporaires. Ainsi, une exposition majeure entièrement conçue en in­terne est présentée chaque année. Les thèmes se veulent volontairement interpellants, voire impertinents : les déjections Crotte alors ! en 2006, le sexe Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? en 2009. La démarche reste toujours pluridisciplinaire, n’hésitant pas à mêler l’art aux sciences : Salon des artistes animaliers en 2007, 2 moi -2 artistes en 2008, De crépuscule en crépuscule en 2011. Quelquefois, les thématiques suivent des programmes de plus grande ampleur, Luxem­bourg et Grande Région capitale européenne de la culture, Les envahisseurs en 2007, l’année internationale de la biodiversité, Biodi­versité : hommage à une limace disparue en 2010.

Depuis 2010, le Muséum-Aquarium travaille sur son projet scientifique et culturel. Cela a permis de dégager clairement la ligne directrice de la programmation culturelle. L’approche paléontologique et zoologique, en considérant l’Homme comme un animal à part entière, est favorisée tout en conservant une ouverture vers les sciences humaines et l’art. Chaque année, une exposition temporaire sera donc programmée, elle durera environ 9 mois et son pu­ blic cible sera clairement défini (très jeune public, jeu­ne public, adolescent, adulte, senior…) et variera selon les années. Cela permettra d’éviter de tenter, en vain, de programmer des expositions dites tout public. Ces expositions devront être dans la lignée des précédentes, originales et un peu décalées. De plus petites expositions (1 ou 2 par an) à destination d’un public plus spécialisé compléteront la programmation en mettant en valeur, à travers une scénographie simple, des pièces de nos collections.

Haut de page

Notes

1 Association Club Soroptimist, Association femmes et sciences, Association femmes et mathématiques, Association Lesbienne, Gay, Bi­sexuelle et Transexuelle, Ballet national de Lorraine, Bibliothèque des Sciences et Techniques, Bibliothèque municipale de Saint Max, Car­refour Santé, Ville de Nancy, Centre d’art contemporain la synagogue de Delme, Centre départemental de Documentation pédagogique, Centre d’Information du Droit des Femmes et des Familles, Conservatoire régional du Grand Nancy, Collège Jean Lurçat, Conservatoire régional de l’Image Nancy Lorraine, Conservatoire et Jardins Botaniques de Nancy, CNRS, École de Condé de Nancy, École nationale supérieure des Beaux-Arts de Nancy, Équinoxe Nancy Lorraine, Festival du film de chercheur, Forum-IRTS de Lorraine, Galerie Ovadia, Groupe Sciences Innovation et Société (Nancy), Librairie La Parenthèse, Librairie L’Autre Rive, Lycée technique Henri Loritz, Materia Prima / le TOTEM, MSH Lorraine, Médiathèque de Nancy, Médiathèque Haut du Lièvre, Médiathèque Jules Verne de Vandœuvre-lès-Nancy, Mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, Musée de l’Image à Épinal, Musée des Beaux-Arts de Nancy, Musée lorrain, Rectorat Nancy-Metz, Service de Culture scientifique et technique de l’université Henri Poincaré, Théâtre Gérard Philipe de Frouard, Ville de Karlsruhe, Vidéoscop.

2 Bernard Andrieu, professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles, UHP, ACCORPS/Archives Poincaré, CNRS ; Chris­tian Dournon, professeur de biologie du développement et de la reproduction, Nancy Université.

3 Canal U : www.canal-u.tv/producteurs/les_amphis_de_france_5/dossier_ programmes/sociologie/hommes_femmes_sortir_des_stereotypes. Le coin des vidéos du site psychologie sociale : www.psychologie-sociale. com/index.php ?option =com_content&task =view&id =420&Itemid =124

4 Le théâtre Gérard Philippe de Frouard, par exemple, avait déjà en projet de programmer une pièce évoquant les questions de la famille et du genre. Le directeur en a alors profité pour proposer en parallèle, une rencontre autour de la question du genre dans les représentations théâtrales jeune public.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Tandem
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Deuxième partie de l’exposition « De l’influence de l’éducation et de la culture »
Crédits © Muséum-Aquarium de Nancy
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Légende Troisième partie de l’exposition « Vers la liberté du genre ? »
Crédits © Muséum-Aquarium de Nancy
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-3.png
Fichier image/png, 315k
Légende « Dialogue », défilé de mode, créations vestimentaires sur le thème homme-femme par les élèves de la section design de mode à l’école de Condé de Nancy
Crédits © Muséum-Aquarium de Nancy
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-4.png
Fichier image/png, 224k
Légende « Le Jardin », pièce dansée présentée par le CCN-Ballet de Lorraine.
Crédits © Muséum-Aquarium de Nancy
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-5.png
Fichier image/png, 747k
Légende Le catalogue de l’exposition
Crédits © Muséum-Aquarium de Nancy
URL http://ocim.revues.org/docannexe/image/961/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Guittienne et Marlène Prost, « Homme-femme : un projet collaboratif », La Lettre de l’OCIM, 137 | 2011, 19-25.

Référence électronique

Lucile Guittienne et Marlène Prost, « Homme-femme : un projet collaboratif », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ocim.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/ocim.961

Haut de page

Auteurs

Lucile Guittienne

Lucile Guittienne est directrice adjointe du Muséum-Aquarium de Nancy, attachée de conservation du patrimoine. lucie.guittienne@grand-nancy.org

Marlène Prost

Marlène Prost est responsable du département des Publics au Muséum-Aquarium de Nancy, attachée de conservation du patrimoine. marlene.prost@grand-nancy.org

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • Les cahiers de Revues.org